La Cour des Senteurs à Versailles

Marie-Laure de Vienne
Pari audacieux et réussi de la ville, pour réunir à 100 mètres du château quelques boutiques de luxe, dans des bâtiments bien rénovés architecturalement. Guerlain et Dyptique pour les odeurs, Fabre pour le toucher, Lenôtre pour les papilles : nos sens sont en éveil dans cette Cour des Senteurs !
Prolongez votre visite de Versailles avec une expérience sensorielle dans la Cour des Senteurs qui accueillent un jardin de senteur, un passage végétal et des enseignes luxueuses qui exalteront vos sens.

Prolongez votre visite de Versailles avec une expérience sensorielle dans la Cour des Senteurs qui accueillent un jardin de senteur, un passage végétal et des enseignes luxueuses qui exalteront vos sens.
©DR

Versailles et sa cohorte de touristes qui doivent « s’envoyer le château » en 3 heures chrono, avant de remonter illico presto dans le bus pour le Louvre, Montmartre, Pigalle. Mais à côté de ces Chinois, Japonais, Américains, qui font parfois l’Europe en 4 jours, n’existe-t-il pas d’autres touristes prêts à visiter la ville du Roi Soleil de manière plus posée ? L’avenir le dira, quand les premiers résultats commerciaux des boutiques tomberont…..


François de Mazières, député et maire de Versailles, est à l’initiative de la Cour des Senteurs, conçue comme une promenade olfactive et gustative unique, à seulement 100 mètres de l’emblématique Château de Versailles.

François de Mazières, député et maire de Versailles, est à l’initiative de la Cour des Senteurs, conçue comme une promenade olfactive et gustative unique, à seulement 100 mètres de l’emblématique Château de Versailles.
©DR


Cependant, c’est l’idée et le souhait du député-maire de Versailles, François de Mazières, en regroupant sur d’anciennes parcelles en friche de la ville et de l’armée, des bâtiments et jardins ouvrant sur une thématique autour des sens olfactifs et gustatifs. Le désir de la municipalité est d’attirer les visiteurs tout près du château, afin qu’ils découvrent toutes les facettes du patrimoine de la ville hors château, qu’ils s’égarent dans les ruelles historiques alentour. Les vieux quartiers de Versailles sont là : Jeu de Paume, le potager du Roi, la rue des métiers d’art…. C’est pourquoi l’ensemble s’est niché dans des pavillons XVIIème, complétés par des jardins de senteurs, qui seront à leur apogée dans quelques semaines, la mise en place étant prévue pour la mi-fin mai.


En plein cœur de la Cour des Senteurs, entre Guerlain et Dyptique, retrouvez le célèbre gantier Fabre, qui poursuit la mode des gants parfumés, initiée par Catherine de Médicis, sur les conseils de François Ier.

En plein cœur de la Cour des Senteurs, entre Guerlain et Dyptique, retrouvez le célèbre gantier Fabre, qui poursuit la mode des gants parfumés, initiée par Catherine de Médicis, sur les conseils de François Ier.
©DR


Un mini musée à l’entrée


C’est l’historienne des parfums, Elisabeth de Feydeau, qui a scénographié la maison des parfums. Fontaine à parfums, films explicatifs de l’univers des matières premières et du travail des nez : on s’immerge de manière sensorielle dans les fragrances. Et l’historienne de justifier la légitimité de cet espace d’interprétation : Louis XIV se faisait appeler le « doux-fleurant », et sous Louis XV on parlait de la « Cour parfumée ».


Parfumeur d’intérieur réputé dans le monde entier, Dyptique trouve naturellement sa place dans la Cour des Senteurs de Versailles, en proposant un choix raffiné de 50 odeurs différentes.

Parfumeur d’intérieur réputé dans le monde entier, Dyptique trouve naturellement sa place dans la Cour des Senteurs de Versailles, en proposant un choix raffiné de 50 odeurs différentes.
©DR


Des senteurs d’intérieur grâce à  Dyptique


A l’origine, la maison débute vers 1960, par l’édition de belles cotonnades, puis d’objets de déco d’intérieur. En 1963, sont proposées trois bougies parfumées, Thé, Aubépine et Canelle, aux étiquettes dessinées par Desmond Knox-Leet, devenues emblématiques. Aujourd’hui, la maison est un spécialiste de la bougie d’intérieur, et propose 50 odeurs différentes. Pour la Cour des Senteurs, une exclusivité avec un coffret de 3 mini bougies aux notes florales et herbacées a été créé : rose, jasmin et menthe verte embaumeront maisons et appartements.


 


La ganterie aveyronnaise Fabre


L’histoire commence en 1924, à Millau, avec Etienne Fabre, maître gantier, qui se spécialise dans les gants blancs en chevreau. Avant la seconde guerre mondiale, la ganterie est en pleine expansion, avec 350 employés ; mais les années 1970 à 1990 amorcent un très net déclin de l’activité. Si aujourd’hui il ne reste plus que 14 personnes à travailler dans l’entreprise familiale, celle-ci est néanmoins sauvée par des partenariats avec des créateurs de renom (Chantal Thomass en 2013), et l’ouverture de boutiques dans des quartiers historiques (Palais Royal, Saint-Germain des Prés). La présence de Fabre à Versailles est pleinement justifiée : sur les conseils de François Ier, c’est Catherine de Médicis qui a lancé la mode des gants parfumés, reprise plus tard par le parfumeur Houbigant, et des maisons comme Maître Parfumeur et Gantier. Pour la Cour des Senteurs, Fabre crée son premier gant parfumé : un talc parfumé patchouli-cuir-cèdre-ambre est encapsulé, et se libère au contact de la chaleur des mains.


La célèbre maison Lenôtre, présente dans la Cour des Senteurs de Versailles sous forme de restaurant-boutique, présentera chaque saison de nouvelles créations exclusives… pour le plus grand plaisir des gourmets.

La célèbre maison Lenôtre, présente dans la Cour des Senteurs de Versailles sous forme de restaurant-boutique, présentera chaque saison de nouvelles créations exclusives… pour le plus grand plaisir des gourmets.
©DR


Les gourmandises Lenôtre pour les palais les plus exigeants


Clin d’œil au jardinier du même nom ou institution moderne de la gastronomie ? Lenôtre est depuis 1957, et Gaston Lenôtre un nom à lui seul, une société labellisée entreprise du patrimoine vivant, membre du comité Colbert. Plusieurs espaces de restauration ont été aménagés : des tables hautes avec tabourets pour une restauration rapide, une vraie salle à manger, quelques tables en terrasse sur le jardin, et pour les plus pressés un service Drive-in by Lenôtre. Cela va changer du Drive-in by Mac Do’, même si le concept est identique : retrait en un arrêt minute de sa commande. Une idée géniale, à la seule condition que le portefeuille puisse suivre. Pour se glisser de manière plus gourmande encore dans cette cour, le MOF et pâtissier maison, Guy Krenzer, a imaginé une surprise inspirée par la fleur fétiche de Marie-Antoinette, le jasmin. Il a créé un macaron pailleté au cœur coulant d’une confiture à la fleur de jasmin. Au fur et à mesure des saisons, des créations inédites et sucrées sortiront des fours, mais toujours avec une pointe de parfum.


Jasmin de Calabre, cyclamen en cœur, ambre et musc blanc… Thierry Wasser, le nez de Guerlain, a imaginé une fragrance royale à base d’essences nobles, pour les amateurs de senteurs exclusives.

Jasmin de Calabre, cyclamen en cœur, ambre et musc blanc… Thierry Wasser, le nez de Guerlain, a imaginé une fragrance royale à base d’essences nobles, pour les amateurs de senteurs exclusives.
©DR


Guerlain ou la parfumerie des cours royales et impériales


Depuis 1828, Guerlain fournit et parfume toutes les cours du monde, de la reine Marie Amélie, dernière reine de France, à l’impératrice Eugénie de Montijo, et aux grands de notre monde actuel. L’astre du Roi Soleil a été recréé et sculpté, pour orner le vestibule de la boutique, en reflet à son image qui décore les emballages des savons et des poudres de la maison. Mis en valeur dans des niches, de précieux flacons décorent la pièce et entrent en résonance avec la magnificence de la cour. Bar à parfums, éventails en céramique parfumés pour tester les jus, sans oublier les mythiques abeilles de l’Eau de Cologne Impériale, traduites ici dans les suspensions du plafond : des pièces symboliques du patrimoine de la maison s’exposent dans ces murs.


 


Pour les passionnés de parfum, pour ceux qui ne veulent pas porter la fragrance de Monsieur Tout-le-monde ; Thierry Wasser, le nez Guerlain, a concocté un bouquet souvenir des fêtes royales du château. Marie-Antoinette était friande d’odeurs au jasmin, alors que les hommes prisaient du tabac parfumé au jasmin. Les essences les plus nobles ont donc été sélectionnées : bergamote et galbanum en tête, jasmin de Calabre et cyclamen en cœur, ambre et musc blanc en fond. Appelé Versailles, la fragrance royale se lovera dans un flacon abeilles blanches, dont le col sera ourlé d’un gros grain rouge écarlate, rappel de la cour écarlate où seul le roi Louis XIV avait le droit de porter des talons rouges.


 


Lieu de rencontres, de partages, la boutique Guerlain comme les trois autres est un pont entre le passé et l’avenir, témoignage du modernisme voulu par la ville.


 


La Cour des Senteurs

8, rue de la Chancellerie

78000 Versailles

Tél : 01 39 51 17 21

Ouvert du mardi au dimanche de 10h à 19h


www.dyptiqueparis.fr

www.maisonfabre.com

www.lenotre.com

www.guerlain.com