Le design dynamise la région Normandie

Emilie Morvany
En 1953, l’américain Raymond Loewy écrit « la laideur se vend mal », et propose de donner une valeur esthétique et symbolique forte aux objets manufacturés pour relancer l'économie. Aujourd’hui, c’est la région Normandie qui décide d’appliquer cette recette, avec succès !
En 2012, Clotilde Neveu et Julien Cantais remportent le concours « Design jeunes créateurs 2013 Cinna/Maison Française » dans la catégorie « mobilier » avec le bureau « Ready to Go ! »

En 2012, Clotilde Neveu et Julien Cantais remportent le concours « Design jeunes créateurs 2013 Cinna/Maison Française » dans la catégorie « mobilier » avec le bureau « Ready to Go ! »
©DR

Le design comme moteur de l’économie


Plus connue pour ses vaches et ses pommiers, la Normandie est cependant une région innovante. C’est pour cela que Guillaume Lévêque a collaboré cette année encore avec l’association 3JDO pour promouvoir le développement du design dans la région.


« Ce qui nous à séduit » explique Guillaume Lévêque, directeur général des services de la Communauté de Communes de l’Orbiquet, « c’est non seulement la qualité et l’ambition culturelle de ce projet, mais aussi le potentiel de développement économique local lié au design. […] Le design et les activités connexes nous semblent une voie prometteuse. C’est une manière pour nous d’anticiper l’avenir. Nous avons des PME dynamiques et ouvertes vers l’exportation, dont le savoir-faire pourrait être utilisé dans le domaine du design : menuiserie industrielle, fabrication de mobilier, traitement de surfaces, ateliers de mécanique de précision… Nous devons êtres attentifs à confronter ces PME qui peuvent trouver dans le design une source de diversification. »


C’est dans un ancien couvent du XVIIème, réhabilité en 1983 pour devenir le centre culturel de la ville d’Orbec, que ce déroule l’exposition Création et Design en Normandie. La scénographie sobre et claire permet de voir et de toucher le mobilier présenté.

C’est dans un ancien couvent du XVIIème, réhabilité en 1983 pour devenir le centre culturel de la ville d’Orbec, que ce déroule l’exposition Création et Design en Normandie. La scénographie sobre et claire permet de voir et de toucher le mobilier présenté.
©DR


Nos régions ont du talent !


Si Orbec est devenu en deux ans une des bases arrière de la création design, ce n’est pas par hasard. C’est là que vivent et travaillent les designers Matthew Impey et Dominique du Merle. Il faut noter aussi, la présence d’un réseau d’artisans et de PME, qui rendent localement réalisable la production d’objets d’une qualité particulièrement reconnue. « Cette région a toujours eu une petite industrie de qualité, notamment autour du travail du bois, du métal et du cuir, des matériaux couramment utilisés en design » nous fait remarquer Dominique du Merle. On ne saurait parler d’une « école normande du design » à proprement dit, mais il est indéniable que les bases sont là…


Après une formation d’ébéniste de trois ans en cours du soir à l’école Boulle de Paris, Magali Sénaux se spécialise dans l’agencement. En 2009, elle installe son atelier à Victot-Pontfol, au cœur du Pays d’Auge, où elle conçoit de petits objets de décoration ou des luminaires et assure la rénovation de quelques meubles.

Après une formation d’ébéniste de trois ans en cours du soir à l’école Boulle de Paris, Magali Sénaux se spécialise dans l’agencement. En 2009, elle installe son atelier à Victot-Pontfol, au cœur du Pays d’Auge, où elle conçoit de petits objets de décoration ou des luminaires et assure la rénovation de quelques meubles.
©DR


L’avenir du design en France


Pour Eliane de Vendeuvre, qui soutient cette initiative depuis ses débuts, « La France est trop peu présente dans la production des biens de consommation, où l’intervention du design est primordiale, tels que le design de produits (mobilier, luminaires, électroménager, transport, électronique…), design textile, design d’environnement (urbanisme), architecture d’intérieur, ou encore l’emballage et le conditionnement design de systèmes de produits … ». Pour Chantal Hamaide, directrice de publication et rédactrice en chef de la revue Intramuros, les pouvoirs publics semblent avoir pris conscience de l’importance du design dans la société ; « La Ministre de la Culture et de la Communication, Aurélie Filippetti, et le ministre du Redressement Productif, Arnaud Montebourg, ont récemment montré tout l’intérêt qu’ils portaient au design. Arnaud Montebourg considère le design comme un levier pour le redressement productif du pays : « Le design n’est pas là pour faire joli, mais pour développer le commerce », a-t-il dit ».


A l’heure ou l’industrie du meuble affronte une période chahutée, il parait indispensable de redéfinir le métier de designer. « Souvent utilisé à tort et à travers, le terme « design » est perçu de manière confuse par le grand public. Cela peut s’expliquer en partie par le fait que le designer touche à des domaines très variés», nous explique Thibault Desombre designer et conférencier. Il parait donc indispensable de faire travailler les entreprises et les designers main dans la main, pour faire face à des problématiques variées telles que la disparition des points de vente physiques, ainsi que les difficultés d’exportation liées au coût de la main d’œuvre française. »


Sylvain Tranquart est étudiant en 4ème année aux Beaux Arts de Caen quand il découvre l’univers du meuble. Il entame une carrière d’artiste, expose en France et à l’étranger dans le cadre de l’association artistique Station Mir. Il devient en parallèle médiateur culturel pour l’artothèque de Caen, mais l’idée de faire du mobilier ne l’a jamais quittée. Il reprend alors un CAP d’ébéniste et ouvre son propre atelier en 2008.

Sylvain Tranquart est étudiant en 4ème année aux Beaux Arts de Caen quand il découvre l’univers du meuble. Il entame une carrière d’artiste, expose en France et à l’étranger dans le cadre de l’association artistique Station Mir. Il devient en parallèle médiateur culturel pour l’artothèque de Caen, mais l’idée de faire du mobilier ne l’a jamais quittée. Il reprend alors un CAP d’ébéniste et ouvre son propre atelier en 2008.
©DR


Réunir les designers et les artisans : un gage de réussite


C’est dans ce contexte que l’association 3JDO à vu le jour. Elle vient en aide et soutient la création artistique, de l’édition à la diffusion, en organisant des expositions et des manifestations artistiques. Après une première édition remarquée par la qualité de l'exposition et de sa scénographie, CREATION & DESIGN EN NORMANDIE a de nouveau exposé les 27, 28 et 29 septembre 2013 au centre culturel d'Orbec. Le public a pu y découvrir les designers de demain à travers une exposition accessible à tous mais aussi des débats et des tables rondes sur le thème du « design ». Y ont aussi été exposées les œuvres de Clotilde et Julien, Alain Le Boucher, Magali Senaux, Sébastien Mittig, Pierre Magnier, Daan Koers, Marie-Anne Thieffry, Matthew Impey, Nicolas et Nicolas, Sylvain Tranquart, Jérôme Tison ou encore Dominique du Merle.


www.creationdesign-normandie.fr


Diplômé des Beaux Arts à l’école Middlesex à Londres, Matthew Impey entame avec succès une carrière de peintre abstrait à Londres. Mais la peinture ne correspond pas à ses attentes, il entame peu à peu une formation d’ébéniste. Sa formation artistique confère à son métier une vision singulière. Le créateur anglais crée des meubles en bois, mais aussi des sculptures.

Diplômé des Beaux Arts à l’école Middlesex à Londres, Matthew Impey entame avec succès une carrière de peintre abstrait à Londres. Mais la peinture ne correspond pas à ses attentes, il entame peu à peu une formation d’ébéniste. Sa formation artistique confère à son métier une vision singulière. Le créateur anglais crée des meubles en bois, mais aussi des sculptures.
©DR