Le Mobilier National sort de sa réserve

Agnès Zamboni
Quelques-uns des 100 000 joyaux d’ameublement du Mobilier National ont été présentés lors de la Biennale des Antiquaires, du 10 au 18 septembre 2016, sous la verrière du Grand Palais, à Paris.
Tapisserie des Gobelins « Cœur Cinabre » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1984, Paris.

Tapisserie des Gobelins « Cœur Cinabre » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1984, Paris.
©Philippe Sébert


Une nouvelle biennale



A la Biennale des Antiquaires, désormais annuelle, les plus belles collections d’antiquité s’exposent. Parmi elles, celle du Mobilier National dans le cadre d’une exposition intitulée Tradition et Audace. L’édition 2016 annonce le renouveau de cette manifestation avec 125 exposants. Mais aussi le retour des grandes galeries internationales et, outre cette exposition, deux autres évènements d’exception présentés par le Musée de l’Ermitage et la Fondation de la Haute Horlogerie.



Bureau en fibre de carbone. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du designer Christian Ghion, 2010, Paris.

Bureau en fibre de carbone. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du designer Christian Ghion, 2010, Paris.
©Isabelle Bideau




Qu’est-ce que le Mobilier National ?



Héritier du Garde-Meuble de la Couronne, le Mobilier National pourvoit à l’ameublement des résidences présidentielles, mais aussi à celui des assemblées, des grands corps de l’Etat, des ministères et des ambassades. Il meuble les pièces de réception, les bureaux des ministres et de leurs directeurs de cabinet. Il participe à la décoration des espaces accueillant les sommets inter- nationaux hors de Paris, à l’aménagement de châteaux-musées (Versailles, Chambord, Azay-le-Rideau) et, par ses prêts, à de très nombreuses expositions en France et à l’étranger. En outre, il organise régulièrement des présentations de ses collections à la Galerie des Gobelins. Mais c’est avant tout un centre actif de création qui a toujours fait appel aux créateurs de chaque époque et aux plus grands décorateurs et designers de leur temps. Il assure aussi la direction des manufactures nationales de tapisserie des Gobelins, de Beauvais et la Savonnerie, de l’atelier de recherche et de création, des ateliers conservatoires de dentelle d’Alençon et du Puy-en-Velay. Et il conserve, restaure et entretien toutes ses créations. Depuis 1967, il dispose d’un Atelier de recherche et de Création (ARC). Avant cette date, il achetait des meubles aux meilleurs décorateurs de son temps.



Fauteuil en sycomore laqué ivoire et doré, avec satin. Création Jacques Leleu, 1946, Paris.

Fauteuil en sycomore laqué ivoire et doré, avec satin. Création Jacques Leleu, 1946, Paris.
©Cazenabe




Un témoignage de modernité



Au programme de « Tradition et Audace », un triptyque de tapisseries créées à partir des œuvres de Jean Dewasne, choisies pour leur forte présence. Ce très grand ensemble tissé par la Manufacture des Gobelins n’a été montré qu’une seule fois au grand public en 1992. La géométrie circulaire de ses compositions a été associée à des pièces d’ameublement aux formes sphériques, futuristes et elliptiques émaillées de couleurs chaudes datant de 1967 à 1998. Parmi elles, un secrétaire signé Serge Manzon, caractéristique du goût qui s’est développé autour des années 1970 pour les formes parfaitement rondes et les couleurs franches.
Il traduit le goût de l’auteur pour les « objets structurés sortant du carcan et
de la normalisation où les a mis l’industrialisation actuelle ». Egalement, dans cette veine, un étonnant fauteuil réalisé par l’architecte du métal, Edouard Albert. Aérien, mobile et atypique, son piètement est composé de 5 fines tiges en acier inoxydable. Les deux cercles entrecroisés qui forment le siège sont réalisés en profilés aluminium. Le dossier pivote autour d’un axe. L’assise et le dossier sont garnis de rangées de balles en mousse de latex recouvertes de cuir noir et blanc. En 2010, l’ARC a réalisé avec la collaboration du designer Christian Ghion deux pièces expérimentales en fibre de carbone, un bureau et un fauteuil, qui montre sa volonté d’être à l’avant-garde des nouveaux matériaux et des technologies les plus pointues. Et les créations de Noé Duchaufour-Lawrence, aujourd’hui considérés comme l’un des plus grands designers de sa génération, couronnent la présentation. En bois, cuir blanc et fibre de lin, elles ont été présentées sur un tapis de la Manufacture de la Savonnerie exécuté d’après une œuvre de Claude Levêque, dans un étonnant jeu de perspectives. Pour le plaisir des yeux…



Tapisserie des Gobelins « Les Travaux et les Jours » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1982, Paris.

Tapisserie des Gobelins « Les Travaux et les Jours » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1982, Paris.
©Serge Bois-Prevost




Contact :

Mobilier National

1, rue Berbier de Mets

75013 Paris

Tél. : 01 44 08 52 00

www.mobiliernational.culture.gouv.fr

Et Biennale des Antiquaires

www.biennale-paris.com



Mobile télévisuel en métal laqué noir, métal chromé, et ébène. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du styliste Serge Manzon, 1977, Paris.

Mobile télévisuel en métal laqué noir, métal chromé, et ébène. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du styliste Serge Manzon, 1977, Paris.
©Philippe Sébert




Secrétaire en poirier, polyester, laqué, aluminium, laiton et cuir. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du styliste et designer Serge Manzon, 1978, Paris.

Secrétaire en poirier, polyester, laqué, aluminium, laiton et cuir. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national. Création du styliste et designer Serge Manzon, 1978, Paris.
©Philippe Sébert




Fauteuil en inox, aluminium, verre, mousse de latex, et cuir. Prototype réalisé par l’Atelier de recherches et de création du Mobilier national pour être présenté à l’exposition « Les Assises du Siège contemporain » au Musée des Arts décoratifs en mai 1968. Création de l’architecte Edouard Albert, 1968, Paris.

Fauteuil en inox, aluminium, verre, mousse de latex, et cuir. Prototype réalisé par l’Atelier de recherches et de création du Mobilier national pour être présenté à l’exposition « Les Assises du Siège contemporain » au Musée des Arts décoratifs en mai 1968. Création de l’architecte Edouard Albert, 1968, Paris.
©Isabelle Bideau




Fateuil en fibre de carbone. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national et signé par le designer Christian Ghion, 2010, Paris.

Fateuil en fibre de carbone. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national et signé par le designer Christian Ghion, 2010, Paris.
©Isabelle Bideau




Bureau en placage de palmier, fer et cuivré patiné. Commandé par le Mobilier national en 1943 ce meuble a été présenté au Salon des Tuileries en 1944. Création Eugène Printz, 1944, Paris.

Bureau en placage de palmier, fer et cuivré patiné. Commandé par le Mobilier national en 1943 ce meuble a été présenté au Salon des Tuileries en 1944. Création Eugène Printz, 1944, Paris.
©Isabelle Bideau




Tapis de la Savonnerie « Projet I » en laine. Création d’après le peintre Christian Bonnefoi, 1999, Paris.

Tapis de la Savonnerie « Projet I » en laine. Création d’après le peintre Christian Bonnefoi, 1999, Paris.
©Isabelle Bideau




Tapis de la Savonnerie « Soleil noir » en laine. Création d’après l’artiste plasticien Claude Lévêque, 2007, Paris.

Tapis de la Savonnerie « Soleil noir » en laine. Création d’après l’artiste plasticien Claude Lévêque, 2007, Paris.
©Isabelle Bideau




Lutrin en acier laqué irisé vert, cristal, polyester et laiton. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national pour le comptoir de vente du Musée Magnin à Dijon. Création du designer Sylvain Dubuisson, 1990, Paris.

Lutrin en acier laqué irisé vert, cristal, polyester et laiton. Prototype réalisé par l’Atelier de recherche et de création du Mobilier national pour le comptoir de vente du Musée Magnin à Dijon. Création du designer Sylvain Dubuisson, 1990, Paris.
©Philippe Sébert




Tapisserie des Gobelins «  Les Quatre Vents » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1989, Paris.

Tapisserie des Gobelins « Les Quatre Vents » en laine et fils métalliques argent. Création d’après le peintre Jean Dewasne, 1989, Paris.
©Philippe Sébert