Une brasserie contemporaine dans un lieu signé Mansart

Michel Tanguy
Un lieu multi carte à deux pas de Bastille. Une brasserie contemporaine qui accueille en toute simplicité qui veut se restaurer ou boire un verre, à toutes heures de la journée.
La façade du Beaumarchais, pavillon de l’hôtel particulier de Sagonne construit par et pour Jules Hardoin Mansart.

La façade du Beaumarchais, pavillon de l’hôtel particulier de Sagonne construit par et pour Jules Hardoin Mansart.
©DR


Jules Hardouin Mansart, Comte de Sagonne, premier architecte du roi, ne reconnaitrait pas aujourd’hui, le garage à calèche de son hôtel particulier du boulevard Beaumarchais. L’espace impressionne d’abord par ses multiples volumes, et par l’atmosphère qui se dégage des lieux.



Difficile au premier coup d’œil de tout distinguer. Le bar à l’entrée, comme un ilot, semble articuler les différentes ambiances. Quelques tables bistrots, une mezzanine au cachet indéniable, au demi niveau inférieur, près du bar, un nouvel espace se dévoile, avant d’en découvrir un autre, presque caché, comme dédié à préserver votre intimité. L’étage laisse imaginer les fastes du passé. Les salons de Ninon accueillent les grandes tablés, en toute convivialité, dans un décor de bois blond brut. En prime, vue sur la cours, et l’hôtel de Sagonne.



L'espace bar et dans le fond, la mezzanine, l’architecture a été confiée au duo de l’agence NEM.

L'espace bar et dans le fond, la mezzanine, l’architecture a été confiée au duo de l’agence NEM.
©DR




Le Beaumarchais est un espace de vie. On y vient pour boire un verre, un cocktail – avec chaque soir « Les heures de Folies » entre 18 h et 21 h -, se restaurer sur le pouce, déjeuner – Formule à 15€50 et chaque jour 3 entrées et 3 plats en suggestion –, ou se poser pour profiter de l’endroit un peu plus tard dans la soirée.



La carte est celle d’une brasserie, prompte à rassurer et satisfaire tous les appétits. Cochon braisé, agneau cuit 7 heures et hamburger. Cabillaud ou sole se placent aussi comme de sincères plats de bistrots, pour les amateurs de saveurs marines. Le petit plus : vous pouvez choisir à loisirs entre plusieurs accompagnements pour vos plats. Sur la carte des sucrés, les classiques ont aussi la côte, avec la brioche pain perdu, le chocolat chaud et sa glace café et le cheesecake citron, très apprécié pour sa légèreté – même si le citron se fait un peu trop discret.



Le cheesecake, tout en légèreté.

Le cheesecake, tout en légèreté.
©DR




En conclusion, on apprécie ici la polyvalence des lieux, le service poli et souriant, une atmosphère conviviale, une cuisine sincère et des prix raisonnables.



Le Beaumarchais

21, boulevard Beaumarchais

75004 PARIS

www.lebeaumarchais.com



Le Chef Yann Devarieux.

Le Chef Yann Devarieux.
©DR