Le Moulin de la Galette n’est plus un attrape touriste

Michel Tanguy
Le Moulin de la Galette revit sur les hauteurs de Montmartre, emmené par l’énergie d’une nouvelle équipe, prête à redorer le blason de ce navire qui n’attirait plus un temps que les touristes de passage.
L'emblème de ce mythique restaurant : le moulin !

L'emblème de ce mythique restaurant : le moulin !
©maximeledieu


Après quelques semaines de travaux, la nouvelle déco du restaurant du Moulin de la Galette joue le mélange des genres entre béton brut style « indus », comptoir en étain superbement travaillé, lustres globes ultra-contemporains et murs laqués blanc avec moulure et épaisse moquette grise. Ambiance agréable, soutenue par un service souriant, mêlant habillement professionnalisme et dilettantisme. La carte des vins recèle quelques belles références offrant à la fois de grands crus pour les connaisseurs, et  des vins les plus abordables pour les néophytes. Vins tout aussi méritants comme ce « Modeste », Côte du Roussillon 2014, du Domaine du Clos des Fées, équilibré, généreux, sur le fruit, un excellent rapport qualité prix à 22 € la bouteille.



La nouvelle salle du Moulin de la Galette associe chic et look industriel.

La nouvelle salle du Moulin de la Galette associe chic et look industriel.
©maximeledieu




En place depuis 6 mois, le chef Anthony Detemmermann, passé par les cuisines de Hervé Rodriguez – Restaurant Masa - et celle de Michel Rostang auprès de Nicolas Beaumann,  signe une carte bistrotière, assumant ses classiques et deux ou trois originalités. L’offre est alléchante, les assiettes bien pensées, mais il y a encore deux ou trois réglages à faire. Notamment en matière de saisonnalité, avec une daurade et un bar qui ne devraient pas être inscrits sur la carte au mois de mai, de légères sur-cuissons et des appellations qui manquent parfois de justesse. 



Le magistral pâté croûte interprété par Anthony Detemmermann.

Le magistral pâté croûte interprété par Anthony Detemmermann.
©maximeledieu




En entrée, la daurade royale en sashimi est un filet de poisson mariné... Et c’est dommage, car la chair est du coup un peu molle et perd la délicatesse de son parfum et de sa texture. En revanche, le tarama est excellent avec ce petit goût fumé très subtil, et les petits radis pickles vraiment comme il faut !



Le pâté en croûte lui aussi joue la fantaisie, se présentant sous la forme d’une tourte et sans gelée, s’écartant ainsi de la définition première. Néanmoins, cette tourte de viande est excellente, tant son équilibre, ses parfums et sa texture vraiment agréable en bouche. Une entrée à partager au moment de l’apéritif avec un verre de Marsannay blanc, proposé à la carte parmi les vins au verre.



Le cabillaud escorté de sa purée de céleri.

Le cabillaud escorté de sa purée de céleri.
©maximeledieu




Le cabillaud est un plat généreux, avec une belle portion de poisson et une quantité appréciable de purée de céleri. Un poisson légèrement moins cuit et une purée de pomme de terre rendraient l’assiette plus séduisante à mon goût… Mieux, une belle cocotte de légumes printaniers remplacerait avantageusement le céleri servi ici un peu un peu loin de l’hiver.



La déclinaison chocolat, au top de chez top !

La déclinaison chocolat, au top de chez top !
©maximeledieu




Ces détails devraient vite être réglés par le chef qui, au vu de son parcours, ne devrait pas tarder à se mettre complétement en place. Mais si la cuisine n’est pas encore tout à fait sur les rails, le pâtissier quant à lui maitrise son sujet, ponctuant le repas de bien belle manière, avec de très jolies assiettes, à la présentation soignée, autant que les goûts d’ailleurs. Une déclinaison chocolat qui matche bien, saveurs et textures sont au rendez-vous. Une mousse légère et douce, une ganache poivrée, quelques gavottes légères et croustillantes et un sablé bienvenu. Les quartiers de fraises se blottissent dans une généreuse crème à la pistache déposée sur de petits cercles de pâte sablé. Tout cela est gourmand et mêle onctuosité et parfums généreux, fraîcheur du fruit et gourmandise du caramel de fraise.



Le Moulin de la Galette

86, rue Lepic

75018 PARIS

Tél.: 01 46 06 84 77

www.lemoulindelagalette.fr



La terrasse idéale pour profiter des beaux jours.

La terrasse idéale pour profiter des beaux jours.
©maximeledieu