Saveurs africaines au Waly Fay

Michel Tanguy
Ouvert il y a presque 20 ans dans le 11ème arrondissement, le Waly Fay est vite devenu un lieu de mixité sociale. Un endroit d’échange autour d’une cuisine au caractère métissé.
Les délicieuses pastels de poisson.

Les délicieuses pastels de poisson.
©Michel Tanguy


Né d’un papa martiniquais et d’une maman algérienne, Olivier Thimothé a voulu créer un restaurant qui lui ressemble. Un lieu de « retour au source » qui n’offrirait pas seulement une cuisine africaine, mais une carte multiculturelle qui puiserait son inspiration aussi bien aux Antilles qu’au Cameroun ou au Sénégal. Le pari est gagné, l’établissement affiche complet et la clientèle est aussi mixte que la carte. Voisins de quartier, rappeurs, businessmen, artistes, comédiens, tous se retrouvent au Waly Fay.



Le Thiep bou dièn.

Le Thiep bou dièn.
©Michel Tanguy




Olivier Thimothé peut aujourd’hui se féliciter du parcours accompli, car la route fût longue et parfois chaotique. Deux ans de travaux entièrement autofinancés,  quelques sueurs froides lorsqu’il a fallu négocier des traites difficiles à payer, de gros doutes, le recours au système D, pour au final faire vivre un lieu qui a très vite su faire accepter son identité. Un restaurant qui ne ressemble à aucun autre, et où chacun se retrouve un peu comme chez lui, un peu comme au pays, avec ses souvenirs de vacances, une forte envie de partage, et celle aussi de retrouver des saveurs justes et vraies.



La Pepe Soupe, soupe pimentée africaine.

La Pepe Soupe, soupe pimentée africaine.
©Michel Tanguy




Et comme une seconde jeunesse à l’âge de la maturité, un nouvel espace s’est ouvert en septembre 2015. Un local adjacent avec sols et murs brut où le client se presse à l’heure du déjeuner. Prise de commande au comptoir d’une cuisine entièrement ouverte sur la salle, avant de s’installer sur la grande table d’hôtes pour prendre son repas, toujours dans cet esprit de convivialité et de partage.



Le flan coco, un dessert empreint de douceur.

Le flan coco, un dessert empreint de douceur.
©Michel Tanguy




Chaque jour, la cuisinière Fatou Sylla prépare ses jus et ses bouillons. Les ingrédients viennent du pays – acheté dans le quartier du Chapeau Rouge –, et tout est préparé pour offrir au client le rendu original. La « Pepe soupe » a du caractère avec ses parfums de crevettes séchées qui rappelle l’Afrique. Les pastels de poisson sont excellents, la pâte est fine et moelleuse et la farce délicatement parfumée. Et si la sauce du Yassa de Poulet mériterait d’être dégraissée, le Thiep Bou dièn tient toutes ses promesses.



Aux commandes, la cuisinière Fatou Sylla originaire de Saint-Louis du Sénégal.

Aux commandes, la cuisinière Fatou Sylla originaire de Saint-Louis du Sénégal.
©Michel Tanguy




Également à la carte, quelques accras, un gratin de crabe, un N’dole de bœuf, un maffé Kandja, ou encore un demi poulet grillé sur la braise. Comme pour les plats salés, les desserts aussi bénéficient du label « Fait Maison ». Le sorbet gingembre et la glace au Corossol sont excellents, le flan coco pousse à la gourmandise.



Pour démarrer ou pour terminer la soirée, difficile de résister à l’un rhum de la carte - j’avoue mon faible pour le Rhum gingembre - ou pour être plus sage par un jus de bissap, une infusion de la fleur d’hibiscus.



Le Waly Fay

6, rue Godefroy de Cavaignac

75011 PARIS

Tél. 01 40 24 17 79

www.walyfay.com



Ambiance conviviale pour déguster les spécialités culinaires de l'Afrique de l'Ouest au Waly Fay.

Ambiance conviviale pour déguster les spécialités culinaires de l'Afrique de l'Ouest au Waly Fay.
©DR