Une table d’exception en Dordogne, l’Imaginaire

Michel Tanguy
À l’origine il y a ce lieu emblématique de la ville. Une superbe bâtisse de pierre édifiée au XVIIème siècle, qui fût tour à tour abbaye, puis gendarmerie, poste, mairie et enfin restaurant.
La façade de l'établissement datant du XVIIème, accueillant à la fois le restaurant gastronomique et une hôtellerie raffinée de 7 chambres uniquement.

La façade de l'établissement datant du XVIIème, accueillant à la fois le restaurant gastronomique et une hôtellerie raffinée de 7 chambres uniquement.
©Michel Tanguy


La hauteur sous plafond de cette grande voûte de pierre frappe d’entrée lorsque l’on pousse la porte. Puis le regard se projette dans cette profonde salle, l’œil séduit par l’élégance des lieux. Le mobilier contemporain et les paravents de bois clair qui structurent l’accueil de l’établissement ont été conçus et imaginé par la designer Christine Goris. Pour parachever l’ambiance quelques éléments de déco bien choisis, de belles tables nappées et des lustres de chez Flos.



Le comptoir d'accueil et les paravents créés par Christine Goris.

Le comptoir d'accueil et les paravents créés par Christine Goris.
©Michel Tanguy




Avenante et souriante, l’équipe de salle du restaurant maitrise son art, sait être efficace et discrète. Soulignons là le travail d’Anne Descas, directrice de salle, dont le casting semble sans faille. Le sommelier, quant à lui, est déjà très à l’aise avec la carte des vins – qu’il n’a pas créée, mais qu’il enrichira sur le long terme - avec de très jolis accords proposés sur les plats.



La mise en bouche, tartare de tomate, espuma concombre.

La mise en bouche, tartare de tomate, espuma concombre.
©Michel Tanguy




Si la salle a pris possession des lieux, qu’en est-il de la cuisine ? Sous la direction du chef François Adamski - MOF et Bocuse d’or – qui signe cette première carte, le chef des cuisines Julien Dayre sert, dans une période de rodage, des assiettes plutôt prometteuses. Les bases classiques s’affichent même si quelques touches d’exotisme apparaissent çà et là ; les cuissons sont maitrisées, jus et sauces sont remarquables.



Les cuisses de Grenouille, véritable "lèche doigts".

Les cuisses de Grenouille, véritable "lèche doigts".
©Michel Tanguy




En entrée la langoustine se présente en carpaccio, relevée d’un jus acidulé et coiffée d’une crème légère et d’une pointe de caviar d’Aquitaine. Épaulée par un sublime Sancerre 2009 « Le Grand Rochoy » - d’une minéralité bluffante, c’est une merveille. L’ail très subtilement dosé laisse aux cuisses de grenouille l’entière possibilité d’exprimer leur délicat parfum. La sauce d’herbes qui les accompagne - outrageusement beurrée – est une invitation à la gourmandise. Seul le risotto semble ici en trop. Quant au foie gras poêlé, poireau et huître, c’est un mariage plus que réjouissant.



Cuisson parfaite pour le turbot poêlé, entouré d’une sublime sauce crémeuse aux coquillages.

Cuisson parfaite pour le turbot poêlé, entouré d’une sublime sauce crémeuse aux coquillages.
©Michel Tanguy




Le chef semble autant s’amuser sur les plats. Turbot parfait, entouré d’une sublime sauce crémeuse aux coquillages. Superbe pigeon aux couleurs de l’automne avec un champignon japonais surprenant – Eryngii – et une poire qui accompagne à merveille la cuisse confite.



Touche finale pour couronner un dîner exceptionnel: le Finger chocolat, praliné croquant cacahuète.

Touche finale pour couronner un dîner exceptionnel: le Finger chocolat, praliné croquant cacahuète.
©Michel Tanguy




Dans le « Grand Menu Découverte », pas de choix à faire. C’est fromage et dessert. Un caillé de chèvre servi avec lard frit, crouton et ciboulette fait office de pré-dessert fromager, original et bien pensé, avant que l’ananas poêlé, sorbet Mojito et émulsion coco ne vienne préparer le palais pour la finale sucrée. Un Finger chocolat, praliné croquant cacahuète. Le parfum de l’arachide est tout en discrétion, intimement lié au chocolat. Un dessert dont on redemande même à l’issue de tous ces plats.



Un très agréable repas qui devrait permettre au restaurant étoilé de conserver son rang.



L’Imaginaire

1, route de la Fontaine Saint-Julien

24100 Terrasson-la-Villedieu

Tél. 05 53 51 60 37

www.l-imaginaire.fr

contact@l-imaginaire.fr



La nouvelle carte est signée par le chef François Adamski, MOF et Bocuse d'or 2001.

La nouvelle carte est signée par le chef François Adamski, MOF et Bocuse d'or 2001.
©Michel Tanguy