Fêtes de l’éphémère en hiver sur la Côte d’Azur

Marie-Laure de Vienne
Les fleurs à Nice, et en particulier le mimosa à Mandelieu, les agrumes et le citron à Menton : la Côte d’Azur propose de superbes fêtes hivernales autour de ses plantes et fruits. Allez cueillir le temps d’un week-end des bouquets odorants de fleurs et de fruits.
Train à l'ancienne dans les jardins Biovès pour que Philéas Fogg puisse rejoindre Londres.

Train à l'ancienne dans les jardins Biovès pour que Philéas Fogg puisse rejoindre Londres.
©DR

Que vous habitiez sur place, ou que vous y alliez en vacances, la Côte d’Azur est incontournable pour ses fêtes hivernales. Les fêtes et carnavals sont d’autant plus beaux sur la Riviera, qu’ils sont totalement éphémères autour de fleurs, et d’agrumes qui sont offerts ou jetés dans l’assistance lors des corsos.


La route du mimosa couvre les massifs de l’Estérel et du Tanneron.

La route du mimosa couvre les massifs de l’Estérel et du Tanneron.
©DR


Les boules d’or du mimosa


De Bormes à Grasse, la route du mimosa couvre les massifs de l’Estérel et du Tanneron de milliers d’arbustes aux boules jaunes odorantes. Mais ce sont les communes de Tanneron, Pégomas et Mandelieu-la-Napoule qui sont les villes emblématiques de cette plante de la famille des acacias. Et c’est dans la capitale du soleil fleuri, Mandelieu, qu’ont lieu les élections des Miss Mimosa et les parades fleuries. Cette année, les corsos se plieront au thème du conte. Si vous ratez les parades du week-end des 23 et 24 février, partez dans l’arrière-pays vous promener entre les chênes liège et les arbustes de mimosas. La floraison y est féérique jusqu’au 15 mars environ.


Gastronomiquement vous pouvez vous arrêter pour un repas dans le bistrot des chefs doublement étoilés de l’Oasis. Sur fond de poutres de bois, au 1er, le bistrot L’Etage (04 93 49 95 52) a tout de même été récompensé d’un BIB gourmand par le Michelin 2011. A 31 €, la formule permet de goûter une délicieuse soupe de poissons et sa rouille doucement aillée, un filet de loup grillé mais relevé par sa sauce à l’orientale, et un mille feuille vanillé à la pâte feuilletée légère et croustillante.


Le roi du carnaval niçois ainsi que les chars des cinq continents (thème 2013) défilent le long de la promenade des Anglais.

Le roi du carnaval niçois ainsi que les chars des cinq continents (thème 2013) défilent le long de la promenade des Anglais.
©DR


Nice ou le carnaval fleuri de la Riviera depuis la nuit des temps


A Nice, l’institution du carnaval remonte au Moyen Age. Après quelques 72 heures de piquâge des fleurs, les chars traversent plusieurs fois la ville en jetant çà et là des brassées florales aux badauds. La fête est omniprésente, jusqu’au 6 mars et les chars des cinq continents (thème 2013) défilent le long de la promenade des Anglais en semant roses, œillets, orchidées, gerberas, mimosas, amaryllis, lys et giroflées. Il faut avoir vu la beauté des chars multicolores au moins une fois dans sa vie : ils progressent lentement dans un climat bon enfant, accompagnés de troupes de rues qui chantent et dansent. Cela est d’autant plus beau, quand on sait que ces imposantes structures métalliques sont désossées de leurs fleurs à chaque passage de corso. Après trois jours de re-piquâge des quelques 2 500 – 3000 tiges qui composent chaque char, ceux-ci peuvent à nouveau arpenter les rues sous les applaudissements de la foule.


Le soir, les Caves Bianchi (04 93 85 65 79) sont un établissement mythique du vieux Nice, qui enchante le palais des gourmets depuis 1860. Le sommelier de la cave fait pendant 3/ 4 d’heure des commentaires de vins sélectionnés (1 coupe de champagne +1 Bordeaux ou 1 Bandol – 1 vin de Loire + 1 Rosé + 1 Bandol pour 35 € ou 3 vins de 3 appellations pour 27 €), et vous pouvez accompagner la découverte œnologique d’une assiette niçoise composée d’un mini pan bagnat, d’une pizza, d’une pissaladière et d’une tourte aux blettes sucrée, pour 20 €.


Après le repas, un autre défilé nocturne de chars avec des personnages grandioses et leurs majestés, le roi et la reine du carnaval, prolongent la fête. Là, le spectacle s’américanise un peu, et les fantasmagories à la Jean-Paul Goude ne sont pas loin.


Les chimères du corso l'après-midi à Nice, lors du célèbre carnaval.

Les chimères du corso l'après-midi à Nice, lors du célèbre carnaval.
©DR


Les agrumes sont princiers à Menton et le citron est leur roi


Mais la fête la plus belle est assurément celle des citrons de Menton. De la cité quasi frontalière le citron est le prince. Jusqu’au 6 mars, il est décor féérique et magie de couleurs dans les jardins Biovès pour 12 grandes structures et pour la dizaine de chars des corsos. Cette année, Menton fêtant sa 80ème fête des citrons, a choisi comme thème Jules Verne et son tour du monde en 80 jours. Partez donc avec Phileas Fogg pour une course contre la montre, ou plutôt laissez s’arrêter le temps, et admirez là des monuments faits de citrons et d’oranges : une mosquée du Caire, là un temple indien et l’éléphant du voyageur, ici une jonque et une pagode asiatiques, puis la statue américaine de la Liberté, et le train à travers Londres pour aller jusqu’à son Tower Bridge. Lors des défilés, d’autres chars, eux aussi garnis d’agrumes, forcent l’admiration. Les serpentins, les confettis et même des bulles de savons accompagnent leur passage, sous les yeux émerveillés des enfants.


Mais au-delà du spectacle, il faut imaginer l’incroyable travail pour réaliser ces œuvres éphémères : 10 mois de conception, des personnages réalisés en bois et en polystyrène, la ferronnerie pour supporter le poids des fruits et des chiffres vertigineux de 120 tonnes d’agrumes, et 1 million d’élastiques nécessaires à la réalisation des œuvres horticoles.


Pour sa 80ème fête des citrons, la ville de Menton a choisi comme thème Jules Verne et son tour du monde en 80 jours, avec passage obligé dans la pagode chinoise.

Pour sa 80ème fête des citrons, la ville de Menton a choisi comme thème Jules Verne et son tour du monde en 80 jours, avec passage obligé dans la pagode chinoise.
©DR


A Menton les agrumes se transforment donc en joyaux décoratifs ; mais le seul citron reste tout au long de l’année l’or liquide et juteux des cuisiniers. En effet, à cause du terrain marno-calcaire mais surtout de l’exceptionnelle douceur climatique, la variété citron de Menton n’est en rien comparable aux autres variétés de citron. Sans amertume l’agrume développe une forte saveur, et parmi les 3, 4 producteurs, certains comme la Citronneraie du mas Flofaro (on peut la visiter en réservant au 04 92 10 97 10) vendent toute leur production aux chefs étoilés.


Avant de partir vous penserez aussi à faire un tour dans la confiturerie Herbin : la fabrication y est expliquée et quelques pots très originaux de confitures yuzu mandarine, citron gingembre, cédrat, mandarine, orange whisky figurent parmi les nombreuses variétés cuisinées (04 93 57 20 29).


 


Office de tourisme de Mandelieu : 04 93 93 64 64

Office de tourisme de Nice : 0 892 70 74 07

Office de tourisme de Menton : 04 92 41 76 58

Tout renseignement sur www.cotedazur-tourisme.com et 04 93 37 78 78