Maison du futur : une construction organique

Agnès Zamboni
L’architecte d’origine vietnamienne Minh Tâm Ngô Velasco, a imaginé ce projet audacieux de maison organique en forme d’œuf, sorte d’igloo contemporain, pour redonner un sens à la vie de famille. Mention du Grand Prix d’Architecture 2012 de l’Académie des beaux-arts, pour sa création « Le ciel dans l’œuf ».
A la fois primitive et céleste, la maison se présente comme un œuf dont la coquille s’ouvre sur le ciel.

A la fois primitive et céleste, la maison se présente comme un œuf dont la coquille s’ouvre sur le ciel.
©Minh Tâm Ngô Velasco

Un projet humain


« L’idée a jailli avec ce poème vietnamien « Le ciel dans l’œuf » en le lisant à ma fille. J’ai souhaité que cette maison retisse les liens sociaux et familiaux distendus. Comme un cocoon chaleureux, elle protège ses occupants. Pas de cloison, mais des coins ménagés pour l’intimité. Et les distances et les hauteurs créent l’isolement. C’est une maison qui apprend à se respecter Quant à  la permanence du ciel, elle redéfinit les rapports entre intérieur et extérieur »,  explique l’architecte Minh Tâm Ngô Velasco qui a situé ce projet, à Saint-Germain-sous-Doue, en Seine et Marne. Elle l’a conçu comme un prototype promouvant une perception alternative de la maison. Le rapport aux espaces, intérieur et extérieur, est rendu immédiat afin qu'habiter reprenne une valeur active. Partant d'une remise en perspective de l’évolution des formes de l'habitation, depuis l’igloo, ce projet propose une "maison organique" - l'œuf - privilégiant les rapports interpersonnels issus de l’idée du campement premier, laissant aux habitants l'initiative d'une médiation renouvelée, voire constante, sur les fonctions intérieures.


L’univers intime et le monde se dessinent en continuité  dans le déroulement de l’enveloppe de la maison. Comme dans le campement premier, l'extérieur rejoint l'intérieur.

L’univers intime et le monde se dessinent en continuité dans le déroulement de l’enveloppe de la maison. Comme dans le campement premier, l'extérieur rejoint l'intérieur.
©Minh Tâm Ngô Velasco


L’art de la courbe


Le projet renoue tant avec les formes curvilignes les plus naturelles qu'avec la permanence du ciel. On peut l’imaginer en béton ou acier. Alors que la plupart des projets des architectes sont inféodés au cube, l’originalité de ce projet renoue avec les expérimentations des années 1960. Mais contrairement à cette époque, où on imaginait des bulles ou des grottes peu ouvertes sur l’extérieur, Minh Tâm Ngô Velasco Min a apporté une dimension supplémentaire. On peut aussi applaudir  la complexité de l’espace et avec un rapport au sol et au plafond bien étudié. 


C’est aussi une maison active avec un puits d’eau potable, une possibilité de compostage des déchets et un système de recyclage des eaux usées, des toilettes sèches…

C’est aussi une maison active avec un puits d’eau potable, une possibilité de compostage des déchets et un système de recyclage des eaux usées, des toilettes sèches…
©Minh Tâm Ngô Velasco


Plus qu’une maison


« Cette maison est un catalyseur de rapports sociaux sereins, bien au-delà des limites de la maison. Plus que la volonté d'une nouvelle forme d'habitation,  mon projet souhaite mettre en avant un plaisir nouveau d'habiter la maison, la société ». De plus, le caractère organique impose à chaque habitant un investissement personnel  à l’égard de l'environnement collectif proche.


Que pensez-vous de cette maison qui permet de renouer les liens familiaux distendus. Pensez-vous qu’elle peut désamorcer les tensions et réconcilier les générations ?


Ce projet constitue ainsi une maison conviviale dans le sens où elle est pleinement destinée à la réappropriation par ses habitants.

Ce projet constitue ainsi une maison conviviale dans le sens où elle est pleinement destinée à la réappropriation par ses habitants.
©Minh Tâm Ngô Velasco