Novaxud, la naissance d’un nouveau éco-quartier au Mans

Agnès Zamboni
On l’appelle encore le quartier de la gare TGV, mais bientôt, on ne parlera plus que de Novaxud. Cet éco-quartier, en devenir, s’avère être un projet très innovant sur le plan environnemental et social au Mans.
Vue générale sud-est du projet qui sera terminé en 2018, après 4 tranches de travaux.

Vue générale sud-est du projet qui sera terminé en 2018, après 4 tranches de travaux.
©DR

10 ans de travaux !


Le nouvel éco-quartier se déploiera, à terme, sur une surface totale de 100 000 m²  et comportera des bureaux, des logements, des commerces et des sites d’activité. Rien à voir avec un classique quartier d’affaires désert, en dehors des heures de travail. A Novaxud, la vie professionnelle et la vie privée seront intimement liées. Alors que la phase 1 du chantier est terminée, 5 bâtiments ont déjà surgi, baptisés Kappa, Epsilon, Auriga, Atlas et Vegas.  Rendez-vous en 2018 pour  découvrir ces 1000 logements sociaux, des espaces d’exposition, une salle de sport  « low-cost » accessible de 7h00 à minuit tous les jours (sur le principe déjà expérimenté avec succès dans la ville de Tours), des crèches et un Palais des Congrès de 1000 places.


Ancien hôpital psychiatrique, Etoc Demazy, classé Monument Historique, qui sera rénové et valorisé. Son ancien potager sera réhabilité et mis à la disposition des jardiniers en herbe du quartier.

Ancien hôpital psychiatrique, Etoc Demazy, classé Monument Historique, qui sera rénové et valorisé. Son ancien potager sera réhabilité et mis à la disposition des jardiniers en herbe du quartier.
©DR


En route pour le développement durable


C’est l’architecte Claude Vasconi  et son cabinet qui sont en charge du chantier. Avant son décès récent, il l’avait défini comme  « un espace de grande mixité d’usages et de vie en maximisant  les espaces verts par une densification des bâtiments ». Et Novaxud sera relié par une passerelle à un parc de 16 hectares non constructibles.


Le projet s’inspire des directives du Grenelle l’Environnement. Selon un principe de « juste  consommation », les calories générées par les bâtiments qui abritent les espaces de travail sont récupérées et utilisées pour chauffer les logements et inversement en fonction des heures de la journée. Quant à la gestion de l’énergie, elle se base sur les énergies renouvelables. Aucune énergie n’est achetée. Le promoteur ARTPROM mise sur l’excellente isolation des plafonds rayonnants rafraîchissants, et l’utilisation exclusive des énergies gratuites, photovoltaïques et géothermiques.


Le futur bâtiment Alfred Adler, en cours de construction et qui sera loué par Pôle Emploi.

Le futur bâtiment Alfred Adler, en cours de construction et qui sera loué par Pôle Emploi.
©DR


Un véritable laboratoire


Importé de Finlande, un système de traitement des déchets par aspiration, déjà expérimenté à la Mecque, sera mis en œuvre pour la première fois, en France. Adieu aux traditionnels vide-ordures nauséabonds ! Bienvenue aux bornes extérieures esthétiques ! Fini le ramassage bruyant des poubelles : les déchets sont aspirés automatiquement vers un réseau en sous-sol, puis acheminés par un tuyau jusqu’à la station d’incinération !


Qui a dit que les principes de l’écologie étaient contraignants ?  Pensez-vous que ce type de projet peut changer de façon bénéfique nos conditions de vie ?


Renseignements :

Vasconi Associés Architectes

Thomas Schinko

www.claude.vasconi.fr

Novaxud : www.novaxud.fr


Bâtiment en projet, à la signature architecturale forte.

Bâtiment en projet, à la signature architecturale forte.
©DR