Brasilia : exposition hommage à Oscar Niemeyer

Mathilde Elie
L’exposition Brasilia, un demi-siècle de la capitale du Brésil, est prolongée jusqu’au 29 juin 2013, au siège du Parti Communiste Français. Un hommage au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer, acteur majeur dans la construction de Brasilia.
La Cathédrale Métropolitaine Notre-Dame de l’Apparition est une oeuvre emblématique de Brasilia, et de son auteur, Oscar Niemeyer. Le monument est supporté par 16 colonnes de béton, représentant des bras tendus vers le ciel. L’entrée souterraine est surveillée par quatre statues géantes, représentant les évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean.

La Cathédrale Métropolitaine Notre-Dame de l’Apparition est une oeuvre emblématique de Brasilia, et de son auteur, Oscar Niemeyer. Le monument est supporté par 16 colonnes de béton, représentant des bras tendus vers le ciel. L’entrée souterraine est surveillée par quatre statues géantes, représentant les évangélistes Matthieu, Marc, Luc et Jean.
©Fabio Colombini

Depuis 2010, l’exposition Brasilia, un demi-siècle de la capitale du Brésil, traverse le monde, dans le cadre des commémorations du 50ème anniversaire de la capitale brésilienne. Après l’Espagne, le Portugal, l’Argentine, le Chili, le Brésil et l’Inde, l’exposition est présentée en France pour la première fois, par Artetude Cultural, en charge de la promotion et de la diffusion de la culture, de l’art, de la nature, et du tourisme brésilien.


Lorsque les travaux commencent en 1956, le Planalto Central est envahi par plus de 60 000 « candangos », les ouvriers bâtisseurs de la future Brasilia. Mario Fontenelle offre ici une vue aérienne de l’esplanade des ministères, à l’est la construction du Congrès National, et à l’ouest la gare routière de Brasilia.

Lorsque les travaux commencent en 1956, le Planalto Central est envahi par plus de 60 000 « candangos », les ouvriers bâtisseurs de la future Brasilia. Mario Fontenelle offre ici une vue aérienne de l’esplanade des ministères, à l’est la construction du Congrès National, et à l’ouest la gare routière de Brasilia.
©Mario Fontenelle


Brasilia s’est construite sous l’impulsion du président de l’époque, Juscelino Kubitschek, qui promet « 50 ans de progrès en 5 ans ». Pour mener à bien son projet, il s’entoure de l’architecte Oscar Niemeyer, de l’urbaniste Lucio Costa, et du paysagiste Roberto Burle Marx. La grande plaine désertique et inhabitée du Planalto Central devient alors, en très peu de temps, une cité utopique et futuriste. Après son inauguration le 21 avril 1960, Brasilia est inscrite au Patrimoine de l’Humanité en 1987, et reste l’une des réalisations architecturale marquantes du XXème siècle.


Le Congrès National du Brésil est construit par Oscar Niemeyer sur la Place des Trois Pouvoirs. Les deux gratte-ciel jumeaux abritent les services administratifs du Congrès. Les volumes s’équilibrent et s’intègrent dans l’espace.

Le Congrès National du Brésil est construit par Oscar Niemeyer sur la Place des Trois Pouvoirs. Les deux gratte-ciel jumeaux abritent les services administratifs du Congrès. Les volumes s’équilibrent et s’intègrent dans l’espace.
©Fabio Colombini


Un hommage au travail d’Oscar Niemeyer


L’exposition est l’occasion de rendre hommage au célèbre architecte brésilien Oscar Niemeyer. Clairvoyant et novateur, il a marqué toute une époque. Il a su mettre en avant un pays perçu jusqu’alors comme uniquement agricole et rural. Son esprit, empli de liberté, se retrouve dans les courbes poétiques et avant-gardistes de ses réalisations au caractère universel.


Le président brésilien Juscelino Kubitschek, et l’urbaniste Lucio Costa, au point zéro de la construction de l’Avenue Monumentale, qui coupe la ville en deux parties symétriques. Cette avenue est considérée par les brésiliens comme la plus large du monde.

Le président brésilien Juscelino Kubitschek, et l’urbaniste Lucio Costa, au point zéro de la construction de l’Avenue Monumentale, qui coupe la ville en deux parties symétriques. Cette avenue est considérée par les brésiliens comme la plus large du monde.
©Mario Fontenelle


A travers une rétrospective en images de la construction et de l’histoire de la ville de Brasilia, l’une des capitale les plus récentes au monde, et œuvre majeure de l’architecte, redécouvrez la capitale brésilienne, ainsi que sa portée historique et architecturale. Et ce n’est pas un hasard si l’exposition est installée au siège du Parti Communiste Français à Paris, place du Colonel Fabien : le lieu a été construit et aménagé par l’architecte brésilien, lors de son exil politique en France, entre 1966 et 1971.


Le siège du Parti Communiste Français a été réalisé par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, lors de son exil politique en France, de 1966 à 1971. Ce bâtiment de 20 000 m², classé monument historique français depuis 2007, a les mêmes lignes que les monuments bâtis à Brasilia.

Le siège du Parti Communiste Français a été réalisé par l’architecte brésilien Oscar Niemeyer, lors de son exil politique en France, de 1966 à 1971. Ce bâtiment de 20 000 m², classé monument historique français depuis 2007, a les mêmes lignes que les monuments bâtis à Brasilia.
©Jacques Benoît


L’exposition est prolongée jusqu’au 29 juin 2013.

Entrée gratuite.

Ouverture du lundi au samedi de 10 heures à 18 heures.


Siège du Parti Communiste Français, Espace Oscar Niemeyer

2, place du Colonel Fabien

75019 Paris


www.brasilia50.info


La nef de la Cathédrale Métropolitaine de Brasilia, construite en sous-sol, est éclairée par la lumière naturelle qui transperce les vitraux. Sous un soleil, trois anges semblent tomber du ciel. Réalisés par le sculpteur brésilien Alfredo Ceschiatti, le plus grand pèse 300 kilos !

La nef de la Cathédrale Métropolitaine de Brasilia, construite en sous-sol, est éclairée par la lumière naturelle qui transperce les vitraux. Sous un soleil, trois anges semblent tomber du ciel. Réalisés par le sculpteur brésilien Alfredo Ceschiatti, le plus grand pèse 300 kilos !
©Fabio Colombini


La Cathédrale Métropolitaine imaginée par Oscar Niemeyer est une œuvre futuriste. L’assemblage de 16 colonnes de 90 tonnes chacune lui font atteindre 70 mètres de diamètre. Elle est inaugurée le 31 mai 1970.

La Cathédrale Métropolitaine imaginée par Oscar Niemeyer est une œuvre futuriste. L’assemblage de 16 colonnes de 90 tonnes chacune lui font atteindre 70 mètres de diamètre. Elle est inaugurée le 31 mai 1970.
©Mario Fontenelle


Cette maquette géante, construite spécialement pour l’exposition par Antonio José Pereira de Oliveira, représente la ville d’aujourd’hui. Elle a été réalisée grâce à des panneaux photographiques haute définition, obtenus à partir d’images satellites. Les bâtiments principaux de Brasilia en résine acrylique et bois, sont conçus en volume. Il s’agit d’une reproduction de la maquette originale se trouvant à Brasilia.

Cette maquette géante, construite spécialement pour l’exposition par Antonio José Pereira de Oliveira, représente la ville d’aujourd’hui. Elle a été réalisée grâce à des panneaux photographiques haute définition, obtenus à partir d’images satellites. Les bâtiments principaux de Brasilia en résine acrylique et bois, sont conçus en volume. Il s’agit d’une reproduction de la maquette originale se trouvant à Brasilia.
©DR


Les deux tours du Congrès National et la demi-sphère abritant le Sénat.

Les deux tours du Congrès National et la demi-sphère abritant le Sénat.
©Mario Fontenelle


Lucio Costa est l’architecte du Plan Pilote de Brasilia, l’une des plus grandes réalisations urbanistiques du XXe siècle. Il s’inspire de la modernité du Bauhaus et de Le Corbusier pour concevoir un plan « original, autochtone et brésilien », autour de trois axes principaux, formant une croix. Audacieux, son projet est une combinaison de grandes avenues, « bucoliques et urbaines, lyriques et fonctionnelles ». Le tout ressemble à un oiseau en plein vol, dont la colonne vertébrale serait l’Avenue Monumentale.

Lucio Costa est l’architecte du Plan Pilote de Brasilia, l’une des plus grandes réalisations urbanistiques du XXe siècle. Il s’inspire de la modernité du Bauhaus et de Le Corbusier pour concevoir un plan « original, autochtone et brésilien », autour de trois axes principaux, formant une croix. Audacieux, son projet est une combinaison de grandes avenues, « bucoliques et urbaines, lyriques et fonctionnelles ». Le tout ressemble à un oiseau en plein vol, dont la colonne vertébrale serait l’Avenue Monumentale.
©DR


Le palais de l’Alvorada, ou palais de l’Aurore, est la résidence officielle des présidents brésiliens. Ressemblant au palais de Planalto, ses colonnes en voiles de bateau recouvertes de marbre blanc soutiennent un grand toit de béton. Devant, les Baigneuses d’Alfredo Ceschiatti prennent du bon temps.

Le palais de l’Alvorada, ou palais de l’Aurore, est la résidence officielle des présidents brésiliens. Ressemblant au palais de Planalto, ses colonnes en voiles de bateau recouvertes de marbre blanc soutiennent un grand toit de béton. Devant, les Baigneuses d’Alfredo Ceschiatti prennent du bon temps.
©Fabio Colombini


Le pont Juscelino Kubitschek, ou pont JK, passe sur le lac Paranoa. Inauguré en 2002, il s’inscrit dans la lignée des lignes épurées et stylisées d’Oscar Niemeyer. Son architecte, Alexandre Chan, a d’ailleurs reçu la médaille Gustav Lindenthal, à la Conférence des Ponts de 2003, récompensant « une réalisation exceptionnelle, montrant l’harmonie avec l’environnement, l’esthétique, et le succès de l’implication de la communauté pour ce projet ».

Le pont Juscelino Kubitschek, ou pont JK, passe sur le lac Paranoa. Inauguré en 2002, il s’inscrit dans la lignée des lignes épurées et stylisées d’Oscar Niemeyer. Son architecte, Alexandre Chan, a d’ailleurs reçu la médaille Gustav Lindenthal, à la Conférence des Ponts de 2003, récompensant « une réalisation exceptionnelle, montrant l’harmonie avec l’environnement, l’esthétique, et le succès de l’implication de la communauté pour ce projet ».
©Fabio Colombini


Cette fresque du sculpteur et peintre Athos Bulcao se trouve à l’église N. Sra. de Fatima. Ses motifs font penser à une colombe, symbole de la paix, mais aussi au plan urbanistique de Brasilia. Ses nombreuses œuvres sont marquées par l’élégance de l’association des couleurs, et la volonté de créer, en harmonie avec l’architecture et le paysage.

Cette fresque du sculpteur et peintre Athos Bulcao se trouve à l’église N. Sra. de Fatima. Ses motifs font penser à une colombe, symbole de la paix, mais aussi au plan urbanistique de Brasilia. Ses nombreuses œuvres sont marquées par l’élégance de l’association des couleurs, et la volonté de créer, en harmonie avec l’architecture et le paysage.
©Fabio Colombini


Le Musée national de Brasilia a été inauguré le 15 décembre 2006, le jour des 99 ans de son architecte, Oscar Niemeyer. Véritable soucoupe volante de béton de 400 m², c’est la plus grande coupole au monde ! Une rampe circulaire extérieure relie les deux niveaux.

Le Musée national de Brasilia a été inauguré le 15 décembre 2006, le jour des 99 ans de son architecte, Oscar Niemeyer. Véritable soucoupe volante de béton de 400 m², c’est la plus grande coupole au monde ! Une rampe circulaire extérieure relie les deux niveaux.
©Fabio Colombini