A Bruxelles, hommage à l’architecte Pierre Jeanneret

Agnès Zamboni
Jusqu’au 20 février 2017, l’atelier Jespers accueille une exposition sur Chandigarh. Evocation d’un chantier colossal et de son mobilier que l’on ne doit pas seulement au travail de Le Corbusier.
A Chandigarh, le béton brut est roi. Dans les années 1950-60, ce matériau symbolisait l’audace et permettait de construire à moindre coût.

A Chandigarh, le béton brut est roi. Dans les années 1950-60, ce matériau symbolisait l’audace et permettait de construire à moindre coût.
©Simon Allix-production Carl Wormser


Chandigarh, une œuvre double



Cette ville indienne nouvelle, conçue par Le Corbusier, après l’indépendance de l’Inde est aussi l’œuvre de 3 autres architectes, Pierre Jeanneret, Edwin Maxwell Fry et Jane Beverly Drew. Avec ses formes modernes et minimalistes, le mobilier créé par Pierre Jeanneret à Chandigarh met en valeur, adapte et met en œuvre les idées et le design de Le Corbusier, tout en créant son propre style. «Si cela ne fonctionne pas, nous allons écrire un livre à ce sujet», disait parfois Le Corbusier avec résignation. Nous devons «commencer à construire et arrêter de douter», a répondu Pierre Jeanneret. La totalité de l'esprit de leur collaboration se trouve là. À partir du plan directeur initial, basé sur le concept d'une «ville jardin», incorporant la forme d'un corps humain, Chandigarh est devenu l'un des symboles architecturaux du XXème siècle, un engagement esthétique et la mise en œuvre du concept, de l'art « de vivre et donc d'habiter ». Construite de 1951 à 1965, la ville a été ensuite oubliée et négligée de 1975 à 2000. Depuis le début du XXIème siècle, Chandigarh a fait l’objet de plusieurs opérations de sauvegarde, restauration et conservation qui ont permis  de redécouvrir son patrimoine inestimable.



Etudiant avec chaise de bibliothèque. Création Pierre Jeanneret pour Chandigarh.

Etudiant avec chaise de bibliothèque. Création Pierre Jeanneret pour Chandigarh.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Qui est Pierre Jeanneret ?



Sa carrière et son œuvre, souvent minorées et mises au second plan derrière celle de Le Corbusier, méritent cependant d’être évoquées. C’est en 1921 que Pierre Jeanneret rejoint l'agence parisienne des frères Perret (grâce à une lettre d'introduction de Le Corbusier qui avait travaillé pour eux 10 ans plus tôt). Malgré des idées similaires sur la nécessité d'une nouvelle architecture, Le Corbusier s’est séparé d'Auguste Perret en raison de leurs différences d'urbanisme et de logements de masse. Pierre Jeanneret décide ensuite de rejoindre son cousin et devient son collaborateur officiel en 1923. Entre 1923 et 1940, l'entreprise "Le Corbusier et Pierre Jeanneret" produit plusieurs projets.



Fauteuil en cuir et teck massif dit « Commitee chair » du Sénat. Dossier, assise et accotoirs légèrement renversés. Piètement latéral de type « compas » en teck à jambes plates obliques et profilées, formant supports d’accotoirs détachés à manchettes rembourrées de type rouleau. Création Pierre Jeanneret. Modèle vers 1953-54.

Fauteuil en cuir et teck massif dit « Commitee chair » du Sénat. Dossier, assise et accotoirs légèrement renversés. Piètement latéral de type « compas » en teck à jambes plates obliques et profilées, formant supports d’accotoirs détachés à manchettes rembourrées de type rouleau. Création Pierre Jeanneret. Modèle vers 1953-54.
©Simon Allix-production Carl Wormser




À partir de 1936, Pierre Jeanneret travaille également en dehors de l'agence avec Charlotte Perriand sur des meubles. En 1936, ils conçoivent des meubles pour le bureau du ministre de l'Agriculture. En 1937, ils présentent le Refuge Bivouac pour les randonneurs de montagne à l'Exposition Internationale. À partir de 1938, Pierre Jeanneret commence à concevoir ses propres bâtiments. Puis avec Charlotte Perriand, Jean Prouvé et Georges Blanchon, Pierre Jeanneret met en place un atelier d'architecture pour répondre aux besoins en structures d'urgence afin de remplacer les bâtiments détruits pendant la guerre: les écoles volantes par exemple. En décembre de la même année, il rejoint le BCC (Central Construction Bureau) et se sépare de Le Corbusier. Le BCC, développé par Georges Blanchon est missionné pour reconstruire des bureaux et des sites d'affaires dans le Sud de la France qui ont dû être déplacés pendant la guerre. Leur tâche principale est de concevoir des bâtiments préfabriqués qui pourraient être démantelés et transportés, ainsi que des meubles légers. En 1944, Jeanneret retourne à Paris où il fonde un nouveau studio d'architecture avec Georges Planchon. Il travaille également avec Charlotte Perriand, Jean Prouvé et Jean Bossu. Avec ce nouveau studio, Pierre Jeanneret s’occupe de différents projets pour les écoles, les appartements et les maisons individuelles. En 1949, la collaboration avec Georges Planchon prend fin. Dans les années 1949-1950, Pierre Jeanneret, en collaboration avec Domingo Escorsa, construit une école technique à Béziers, aujourd'hui reconnue comme l'une de ses grandes œuvres et classée monument historique. Et aux Etats-Unis, il conçoit des meubles pour Knoll & Associates.



Portrait de Pierre Jeanneret qui est né, à Genève, dans une famille de classe moyenne suisse le 22 mars 1896. Brillant étudiant aux Beaux-Arts de Genève, il reçoit les plus hautes notes en peinture, sculpture et architecture et côtoie, dans sa jeunesse,  son cousin Charles–Edouard venu vivre dans sa famille.

Portrait de Pierre Jeanneret qui est né, à Genève, dans une famille de classe moyenne suisse le 22 mars 1896. Brillant étudiant aux Beaux-Arts de Genève, il reçoit les plus hautes notes en peinture, sculpture et architecture et côtoie, dans sa jeunesse, son cousin Charles–Edouard venu vivre dans sa famille.
©DR




A Chandigarh 



C’est en 1951 que Pierre Jeanneret part pour Chandigarh, ville du nord de l'Inde et capitale des États du Pendjab et de l'Haryana. Entre 1951 et 1965, les 4 architectes conçoivent et construisent ensemble des logements publics, des maisons privées, des écoles, des hôpitaux, des bibliothèques, des édifices culturels et administratifs et des commerces, ainsi que le campus de l'Université du Punjab et l'auditorium Gandhi Bhawan. Pendant ce temps, Pierre Jeanneret continue aussi à concevoir des meubles innovants et travaille sur l'urbanisme d’autres villes de la région.



En 1954, Pierre Jeanneret est nommé architecte en chef et consultant en planification pour l'état du Punjab. Il occupe ce poste jusqu'en 1965. Il devient aussi le principal de l'école d'architecture de Chandigarh. En 1965, il quitte définitivement l'Inde en raison de problèmes de santé et il retourne à Genève où il décède le 4 décembre 1967.



Vue d’un passage extérieur sur une façade du Bâtiment de Haute-Cour peint aux couleurs emblématiques de Le Corbusier. High Court Chandigarh.

Vue d’un passage extérieur sur une façade du Bâtiment de Haute-Cour peint aux couleurs emblématiques de Le Corbusier. High Court Chandigarh.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Contact :

Atelier Jespers (sur RDV)

149, rue du Prince Héritier

1200 Bruxelles

Belgique

Tél. : 0032 475 64 95 81

www.atelierjespers.com



Affiches de l’exposition déclinée dans les couleurs primaires de Le Corbusier.

Affiches de l’exposition déclinée dans les couleurs primaires de Le Corbusier.
©DR




La Main Ouverte « Ouverte pour donner, ouverte pour recevoir » emblème de Chandigarh.

La Main Ouverte « Ouverte pour donner, ouverte pour recevoir » emblème de Chandigarh.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Affiche de l’exposition et façade de l’Atelier Jespers construit par Victor Bourgeois pour son ami le sculpteur Oscar Jespers en 1928 où se déroule l’exposition sur Chandigarh.

Affiche de l’exposition et façade de l’Atelier Jespers construit par Victor Bourgeois pour son ami le sculpteur Oscar Jespers en 1928 où se déroule l’exposition sur Chandigarh.
©Filip Dujardin




Bâtiment extérieur et intérieur du secrétariat à Chandigarh.

Bâtiment extérieur et intérieur du secrétariat à Chandigarh.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Etagère basse dite « File Rack » en sisso massif (palissandre indien) laqué noir pour un nettoyage plus facile. Equipée de 6 casiers ouverts à usage de bibliothèque dont 4 centraux et 2 latéraux plus hauts. Création Le Corbusier et Pierre Jeanneret.

Etagère basse dite « File Rack » en sisso massif (palissandre indien) laqué noir pour un nettoyage plus facile. Equipée de 6 casiers ouverts à usage de bibliothèque dont 4 centraux et 2 latéraux plus hauts. Création Le Corbusier et Pierre Jeanneret.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret-Gris assis et Pierre Jeanneret. Les deux architectes étaient cousins et collaborateurs.

Le Corbusier, de son vrai nom Charles-Edouard Jeanneret-Gris assis et Pierre Jeanneret. Les deux architectes étaient cousins et collaborateurs.
©DR




Dans le nord de la ville de Chandigarh, Le Corbusier a construit les grandes administrations. Les différents secteurs sont traversés par une « coulée verte » inconstructible et un lac artificiel pour la détente des familles le week-end. A droite, Palais des Assemblées du Pendjab et de l’Haryana dont Chandigarh est la capitale.

Dans le nord de la ville de Chandigarh, Le Corbusier a construit les grandes administrations. Les différents secteurs sont traversés par une « coulée verte » inconstructible et un lac artificiel pour la détente des familles le week-end. A droite, Palais des Assemblées du Pendjab et de l’Haryana dont Chandigarh est la capitale.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Palais de l’Assemblée et cantine de l’Université à Chandigarh.

Palais de l’Assemblée et cantine de l’Université à Chandigarh.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Détails du Bâtiment de Haute-Cour à Chandigarh aux couleurs emblématiques de Le Corbusier.

Détails du Bâtiment de Haute-Cour à Chandigarh aux couleurs emblématiques de Le Corbusier.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Pied en forme de compas pour cette table basse dite « Coffee table » en teck massif créée par Pierre Jeanneret. Plateau en dalle de verre enchâssée sur glissière et reposant sur une traverse centrale. Paire de pieds latéraux de type « compas » supportant le châssis à casier ouvert. Panjab University de Chandigarh secteur 14. Modèle vers 1960.

Pied en forme de compas pour cette table basse dite « Coffee table » en teck massif créée par Pierre Jeanneret. Plateau en dalle de verre enchâssée sur glissière et reposant sur une traverse centrale. Paire de pieds latéraux de type « compas » supportant le châssis à casier ouvert. Panjab University de Chandigarh secteur 14. Modèle vers 1960.
©Simon Allix-production Carl Wormser




Plaque de regard de canalisation, Le Corbusier.

Plaque de regard de canalisation, Le Corbusier.
©Simon Allix-production Carl Wormser