Les chefs-d’œuvre en béton armé d’Auguste Perret !

Agnès Zamboni
Hommage à l’architecte français Auguste Perret, au Palais d’Iéna de Paris. Un bâtiment qu’il a construit en 1937 et qui abrite actuellement le CESE (Conseil Economique Social et Environnemental). A voir jusqu’au 19 février 2014.
Vue aérienne du Havre, vers l’Eglise Saint-Joseph avec sa flèche qui culmine à 200 mètres de hauteur.

Vue aérienne du Havre, vers l’Eglise Saint-Joseph avec sa flèche qui culmine à 200 mètres de hauteur.
©CNAM

L’homme


C’est l’un des maîtres du béton armé, un bâtisseur de la modernité. Une partie de son œuvre est inscrite à la Liste du Patrimoine mondial de l’Unesco depuis 2005. Fils d’un tailleur de pierre, Auguste Perret a associé le pensé et le construit, pour façonner une œuvre unique. Et il travaillait en synergie avec les architectes de son temps, expérimentait, créait des plans…Il a même accueilli, dans son atelier, un stagiaire prestigieux, le futur Le Corbusier !


Tel un temple grec rivalisant avec le Parthénon, le Palais d’Iéna, à Paris.

Tel un temple grec rivalisant avec le Parthénon, le Palais d’Iéna, à Paris.
©Benoit Fougeirol


L’œuvre


Huit édifices majeurs sont présentés : à Paris, le Palais d’Iéna (1937), considéré comme son testament architectural reprend tous les thèmes présents dans ses projets antérieurs. L’immeuble de la rue Franklin (1903), avec ses deux niveaux de planchers éclairés et ses pièces orientées côté rue, se distingue par sa façade en briques de verre. Ses éléments, dont on peut apercevoir un échantillon dans l’exposition, ont été soufflés dans des moules en fer, selon un procédé déposé en 1886 par l’architecte suisse Gustave Falconnier. Innovantes, toutes les constructions de Perret l’étaient, comme le Théâtre des Champs-Elysées (1913), avec ses 4 pylônes supportant 2 ponts ceinturés par des planchers en béton qui offrent une nouvelle solution structurelle. De même, pour l’église Notre-Dame du Raincy (1923), la salle Cortot (1928), le Mobilier National (1934) et au Havre, l’Hôtel de Ville (1950), l’église Saint-Joseph (1951). Chacune de ces réalisations, à leur manière, représente le nouvel ordre classique du XXème siècle, comparable aux ordres antiques, mais basées sur des techniques contemporaines.


Maquette de l’Eglise Saint-Joseph au Havre. La construction réelle offre des bétons bruts de décoffrage inondés de la lumière colorée qui émane des vitraux. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé ».

Maquette de l’Eglise Saint-Joseph au Havre. La construction réelle offre des bétons bruts de décoffrage inondés de la lumière colorée qui émane des vitraux. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé ».
©Florian Kleinefenn. Courtesy: Fondazione Prada et CESE


L’expo


Elle regroupe des documents d’archives, des photographies, des maquettes analytiques, des lettres, des albums, des livres et des revues évoquant les œuvres sélectionnées parmi les réalisations d’Auguste Perret.


Organisée par le CESE et la Fondazione Prada, elle prend place dans la salle hypostyle du Palais d’Iéna et offre un panorama de l’architecture en béton de la première moitié du XXème siècle. Un matériau qui n’a pas fini de nous étonner.


Et vous, pensez-vous que le béton a encore de l’avenir ?


Portrait d’Auguste Perret, en 1925. Après la mort de son père en 1905, il s’associe à ses frères Gustave et Claude pour créer la firme Perret Frères.

Portrait d’Auguste Perret, en 1925. Après la mort de son père en 1905, il s’associe à ses frères Gustave et Claude pour créer la firme Perret Frères.
©IFA


Contact :

Palais d’Iéna

9, place d’Iéna

75116 Paris

www.expositionperret.fr


Œuvre décisive dans l’histoire du béton armé, le théâtre des Champs-Elysées présente une solution structurelle innovante. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Théâtre des Champs-Elysées (1913).

Œuvre décisive dans l’histoire du béton armé, le théâtre des Champs-Elysées présente une solution structurelle innovante. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Théâtre des Champs-Elysées (1913).
©Florian Kleinefenn


Telle un claustra en béton armé ajouré qui enveloppe l’ossature, l’extraordinaire légèreté de l’Eglise du Raincy. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Église Notre Dame du Raincy (1923).

Telle un claustra en béton armé ajouré qui enveloppe l’ossature, l’extraordinaire légèreté de l’Eglise du Raincy. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Église Notre Dame du Raincy (1923).
©Florian Kleinefenn. Courtesy: Fondazione Prada et CESE


Architecture visionnaire remarquée par Le Corbusier, l’immeuble de la rue Franklin est caractérisé par un mur en briques de verre qui capture la lumière naturelle. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Immeuble de la rue Franklin (1903) ».

Architecture visionnaire remarquée par Le Corbusier, l’immeuble de la rue Franklin est caractérisé par un mur en briques de verre qui capture la lumière naturelle. « Auguste Perret, Huit Chefs d’œuvre !/? – Architectures du béton armé » Immeuble de la rue Franklin (1903) ».
©Florian Kleinefenn. Courtesy: Fondazione Prada et CESE