Le Gymnase de Le Corbusier à Bagdad mis à l'honneur

Elodie Fostier
Les Editions du patrimoine rendent hommage au dernier projet de Le Corbusier. Jusqu’alors tombé dans l’oubli, son gymnase à Bagdad est pourtant un symbole de jeunesse et de modernité pour la capitale irakienne.
La façade sud-ouest du gymnase de Bagdad est ornée de symboles, dont le modulor, comme sur beaucoup d’autres de ses réalisations.

La façade sud-ouest du gymnase de Bagdad est ornée de symboles, dont le modulor, comme sur beaucoup d’autres de ses réalisations.
©Fondation Le Corbusier / Adagp, Paris

Commandée dans les années 50 par l’Irak qui s’était alors lancé dans de grands projets d’infrastructures, la Cité Olympique de Le Corbusier n’a jamais vu le jour. Seul le gymnase, auquel il a consacré les huit dernières années de sa vie, a été achevé en 1980, 15 ans après sa disparition. Bien que cela fasse de ce gymnase l’une des dernières œuvres du célèbre architecte, sa paternité est tombée dans l’oubli, notamment car il s’agit d’une œuvre posthume. En outre, l’isolement de l’Irak et les guerres ont sans doute aidé le fait que le bâtiment n’a pas été signé officiellement par son créateur.


Ce dessin daté du 24 juin 1964 signé Le Corbusier représente la version achevée de la façade principale et de la façade latérale du gymnase de Bagdad.

Ce dessin daté du 24 juin 1964 signé Le Corbusier représente la version achevée de la façade principale et de la façade latérale du gymnase de Bagdad.
©Fondation Le Corbusier / Adagp, Paris


Ce n’est qu’en 2011, à l’occasion d’une visite par Jacques Sbriglio, vice-président de la Fondation Le Corbusier, que le gymnase sort de l’oubli et refait parler de lui dans la presse. Les rénovations ont alors commencé, mais en s’éloignant de la vision de son fondateur : des faux-plafonds bloquent l’éclairage zénithal, les gradins sont envahis de sièges aux couleurs criardes, et certaines fenêtres ont été décorées de carreaux colorés.


Après la publication en 2011 d’un ouvrage consacré à Firminy-Vert, les Editions du patrimoine confirment leur intérêt pour les dernières œuvres de Le Corbusier avec le Gymnase signé Le Corbusier à Bagdad.

Après la publication en 2011 d’un ouvrage consacré à Firminy-Vert, les Editions du patrimoine confirment leur intérêt pour les dernières œuvres de Le Corbusier avec le Gymnase signé Le Corbusier à Bagdad.
©Fondation Le Corbusier / Adagp, Paris


Il a alors fallu mener l’enquête pour retrouver plans et dessins attestant de l’esprit initial du gymnase de Bagdad. Depuis, de nombreux documents d’archives ont été exhumés, en particulier grâce à Axel Mesny, l’architecte d’opération du gymnase, et de la famille de Xenakis, architecte-ingénieur qui a collaboré avec Le Corbusier sur ce projet.


Le gymnase de Bagdad est orné d’un Modulor sculpté en relief sur l’une des façades. Inventé par Le Corbusier, cette silhouette humaine lui servait à adapter ses réalisations proportionnellement à la taille moyenne d’un être humain.

Le gymnase de Bagdad est orné d’un Modulor sculpté en relief sur l’une des façades. Inventé par Le Corbusier, cette silhouette humaine lui servait à adapter ses réalisations proportionnellement à la taille moyenne d’un être humain.
©Fondation Le Corbusier / Adagp, Paris


C’est cette histoire et ces documents que présentent les historiens et spécialistes de l’architecture Mina Marefat, Caecilia Pieri, et Gilles Ragot dans leur ouvrage Le Gymnase de Le Corbusier à Bagdad publié aux Editions du patrimoine. Riche de nombreux documents d’archives que l’on croyait perdus et de nouveaux reportages, ce livre de 56 pages aux 115 illustrations retrace le cheminement de l’une des pièces manquantes de l’œuvre de Le Corbusier.


Le Gymnase de Le Corbusier à Bagdad

Mina Marefat, Caecilia Pieri, Gilles Ragot

Les Editions du patrimoine

Parution : 20 mars 2014

Prix : 12 euros

ISBN : 978-2-7577-0301-4

www.monuments-nationaux.fr


René Burri a pris cette photo en 1959, alors que Le Corbusier travaillait au projet de Bagdad avec des collaborateurs, dans son atelier au 35 rue de Sèvres.

René Burri a pris cette photo en 1959, alors que Le Corbusier travaillait au projet de Bagdad avec des collaborateurs, dans son atelier au 35 rue de Sèvres.
©Magnum / René Burri


Emblème l’émergence d’une nouvelle génération de sportifs irakiens, le gymnase de Bagdad conçu par Le Corbusier est un symbole cher à tous les athlètes qui s’y sont entraînés.

Emblème l’émergence d’une nouvelle génération de sportifs irakiens, le gymnase de Bagdad conçu par Le Corbusier est un symbole cher à tous les athlètes qui s’y sont entraînés.
©Fondation Le Corbusier / Adagp, Paris