Henry van de Velde, un architecte aux talents multiples

Marie Heckenbenner
L’office national Allemand du tourisme célèbre le 150ème anniversaire d’Henry van de Velde. Cet architecte est, avec Victor Horta et Paul Hankar, l’un des fondateurs de l’Art nouveau belge, et plus généralement l’un des acteurs majeurs du mouvement moderniste de l’architecture et du design en Europe au début du 20ème siècle.
La villa Esche conçue par l’artiste belge Henry van de Velde est considérée comme un monument d’importance européenne. Elle compte parmi les impressionnantes performances d’architecture à Chemnitz. Depuis la fin des travaux de restauration, la villa Esche abrite le premier musée allemand Henry Van de Velde, et sert de centre de communication et de rencontre dans les domaines de l’économie, l’art et de la culture.

La villa Esche conçue par l’artiste belge Henry van de Velde est considérée comme un monument d’importance européenne. Elle compte parmi les impressionnantes performances d’architecture à Chemnitz. Depuis la fin des travaux de restauration, la villa Esche abrite le premier musée allemand Henry Van de Velde, et sert de centre de communication et de rencontre dans les domaines de l’économie, l’art et de la culture.
©DR

Le belge Henry van de Velde est considéré comme l’artiste qui a ouvert la voie à la tradition du Bauhaus. Ses domaines d’activités vont de l’architecture à l’aménagement intérieur, du dessin de bijoux au design d’objets quotidiens. En 1900, après plusieurs commandes, il se rendit en Allemagne où il devait créer de nombreuses œuvres. Cette année, l’Office National Allemand du tourisme (ONAT) célèbre le 150ème anniversaire de la naissance d’Henry van de Velde, en choisissant de faire de cet artiste, mais aussi de l’architecture et du design allemand, un thème majeur de son action de promotion. «  L’anniversaire d’ Henry van de Velde est pour nous l’occasion de renforcer en 2013 l’image de l’Allemagne en tant que pays culturel, en plaçant cette année sous le signe d’une thématique spécifique » affirme Petra Hedorfer, présidente du comité directeur de l’ONAT.


Henry van de Velde (1863-1957) compte parmi les pères fondateurs du Mouvement Moderne. Designer, relieur et architecte, il transmet également par l’enseignement son savoir et le résultat de sa quête de la beauté à travers l’élaboration d’un art total.

Henry van de Velde (1863-1957) compte parmi les pères fondateurs du Mouvement Moderne. Designer, relieur et architecte, il transmet également par l’enseignement son savoir et le résultat de sa quête de la beauté à travers l’élaboration d’un art total.
©DR


L’œuvre architecturale d’Henry van de Velde constitue une source essentielle de l’art moderne. Elle est le fruit d’une impressionnante activité créatrice, poursuivie de manière quasi ininterrompue depuis ses débuts, comme jeune peintre au cercle belge d’avant-garde puis jusqu’aux prestigieuses commissions de constructions publiques des années 1930. L’artiste valorisera ses activités multiples en les intégrant dans son architecture, où il cherche essentiellement à créer des cadres de vie, imprégnés d’esthétique.


Les conceptions artistiques d’Henry van de Velde se manifestent très nettement dans sa maison appelée «  Haus Hohe Pappeln » ou «  High Peupliers » à Weimar, dans laquelle il habita avec sa famille de 1908 à 1917. L’exposition « Passion, Fonction, Beauté » du Neues Museum de Weimar, ouverte du 24 mars au 23 juin 2013, montre quelle fut la contribution de van de Velde à l’art moderne européen.

Les conceptions artistiques d’Henry van de Velde se manifestent très nettement dans sa maison appelée « Haus Hohe Pappeln » ou « High Peupliers » à Weimar, dans laquelle il habita avec sa famille de 1908 à 1917. L’exposition « Passion, Fonction, Beauté » du Neues Museum de Weimar, ouverte du 24 mars au 23 juin 2013, montre quelle fut la contribution de van de Velde à l’art moderne européen.
©DR


En 1902, Henry van de Velde arrive à Weimar en tant que conseiller artistique du grand-duc. C’est aussi à Weimar qu’il fonda l’Ecole de l’Artisanat d’Art. L’ensemble des bâtiments conçus par l’artiste pour abriter l’Ecole de l’Artisanat d’Art est de nos jours une partie de l’université du Bauhaus de Weimar. L’œuvre  d’Henry van de Velde est marquée par la rigueur, mais aussi animée par un esprit très individuel. Dans ses réalisations, il cherche à démontrer les lois immuables de la construction et les principes auxquels sont assujetties les formes. Il plaide également pour l’expression personnelle, la griffe du génie créateur. L’un des principaux édifices conçus par l’architecte van de Velde et que l’on considère comme une œuvre d’art totale, est la « Maison Schulenburg » de Gera, en Allemagne. Elle fut construite en 1914 pour le fabricant de textiles et collectionneur Paul Schulenburg, et l’on peut y déceler des éléments qui annoncent à la fois le Bauhaus et le style Art Déco. La maison Schulenburg abrite de nombreuses pièces d’importance internationale comme des livres et des publications de van de Velde, des meubles et des esquisses de l’artiste.


La maison «  High Peupliers » est l’ancienne maison de Henry van de Velde à Weimar et désormais prise en charge par la fondation du classicisme de Weimar, utilisée comme un musée.

La maison « High Peupliers » est l’ancienne maison de Henry van de Velde à Weimar et désormais prise en charge par la fondation du classicisme de Weimar, utilisée comme un musée.
©DR


La «  Route Henry van de Velde » qui s’étend de Paris à la Pologne, offre un panorama particulièrement complet de l’œuvre de cet artiste universel. La villa Esche à Chemnitz, en Saxe, occupe une place bien spécifique dans l’œuvre de van de Velde, il s’agit de sa première commande qu’il reçut d’Allemagne en tant qu’architecte. Elle est considérée comme l’un des édifices correspondant le plus authentiquement aux conceptions que se faisait alors van de Velde du «  Jugendstil », le nom allemand de l’Art nouveau.


La carrière d’Henry van de Velde a été jalonnée de multiples rencontres, qui lui ont permis d’exercer son art hors de son pays d’origine, la Belgique : aux Pays-Bas notamment, puis en Allemagne. Ses nombreux écrits et conférences, traduits et publiés à l’étranger, et ses relations avec d’influents mécènes et intellectuels européens ont largement contribué au rayonnement international de son œuvre.


Chaque samedi, entre avril et octobre, on peut visiter la maison « High Peupliers » inscrite désormais au Patrimoine mondial de l’UNESCO, un chef d'œuvre du courant Bauhaus.

Chaque samedi, entre avril et octobre, on peut visiter la maison « High Peupliers » inscrite désormais au Patrimoine mondial de l’UNESCO, un chef d'œuvre du courant Bauhaus.
©DR