A Paris, le Centre Georges Pompidou fête ses 40 ans

Agnès Zamboni
Ce musée est né en parallèle avec le quartier des Halles récemment rénové avec la création de La Canopée. Un anniversaire qui donne l’occasion de revenir sur une architecture époustouflante !
Pour les sous-sols, des prises d'air, semblables à des trompes d'éléphants ou à des manches à air sur le pont des bateaux, émergent le long de la piazza et de la rue du Renard, à l'arrière du bâtiment.

Pour les sous-sols, des prises d'air, semblables à des trompes d'éléphants ou à des manches à air sur le pont des bateaux, émergent le long de la piazza et de la rue du Renard, à l'arrière du bâtiment.
©Ph. Migeat


Un concept révolutionnaire



C’était hier, à la fin des Trente Glorieuses… C’est en 1969 que le Président Georges Pompidou décide d’affecter le plateau Beaubourg à la création d’un centre culturel pluridisciplinaire d’un genre inédit, réunissant une bibliothèque de lecture publique (BPI), un musée national d’art moderne (MNAM) et un centre de création musicale (IRCAM). Il renferme également un atelier de créations pour les enfants, une boutique d’objets design, une librairie et dans la section d’exposition permanente, on peut aussi voir de nombreuses œuvres de design iconiques et actuelles, qui abolissent la frontière entre art et design. Outre la fusion du musée national d’art moderne et du centre de création industrielle (CCI), une programmation de spectacles vivants, de cinéma et de paroles, rencontres et débats a aussi défini son identité.



Le bâtiment offre une conception résolument différente des conceptions dominantes en matière d’architecture muséale.

Le bâtiment offre une conception résolument différente des conceptions dominantes en matière d’architecture muséale.
©Ph. Migeat




Un bâtiment, un architecte



Son architecture très audacieuse, on la doit au talentueux trio Gianfranco Franchini, Renzo Piano et Richard Rogers. Leur atelier a été ouvert à Paris en 1971. Il a été désigné gagnant d’un concours international par un jury présidé par l’architecte-ingénieur Jean Prouvé. Quant à la création du Centre Georges Pompidou, elle sera annoncée officiellement à la presse l’année suivante et le musée ouvrira ses portes au grand public en 1977, sous la présidence de Valéry Giscard d’Estaing. Coup de maître ou coup de provocation, le Centre Georges Pompidou propulse Renzo Piano sur le devant de la scène architecturale parisienne qui s’offre une nouvelle carte postale. A-t-on déjà vu une « machine de science-fiction », affublée de système d’installation extérieurs, aussi spacieuse, fonctionnelle et modulable à l’intérieur ? A-t-on déjà vu un musée flanqué d’une esplanade aussi grandiose, capable d’accueillir le trafic incessant des visiteurs, les files d’attente et les hordes de touristes ? Offrir un toit au monde de l’art, et plus largement à celui de la culture a été une dominante de la réflexion de Renzo Piano. Dépoussiérant la notion de « temple de la Culture », il a réinventé le musée jusqu’au non-musée. Car l’architecte s’est intéressé en priorité au site et au contenu du futur bâtiment, avant de concevoir son enveloppe. Il a construit selon ses propres termes « le Quasimodo de Beaubourg ». Rénové entièrement il y a 10 ans pour ses trente ans, le Centre Georges Pompidou est aussi un monument phare de Paris qui a redonné une identité à une enclave. Et il est devenu un véritable lien, un passage obligé entre le quartier des Halles et le quartier du Marais. Quant au bâtiment innovant, il étonne par sa superstructure métallique visible offrant des poutres métalliques de 45 mètres de long, 2,85 m de haut et qui pèsent 75 tonnes. Les poteaux de 5, 21 et 23 mètres de hauteur avec un diamètre de 85 cm sont en acier moulé centrifugé creux.  Et sa « tuyauterie » intérieure et extérieure apparente et polychrome est une vraie œuvre d’art hyper-réaliste : les prises d'air et les tours de refroidissement sont de couleur blanche, tandis que les tuyaux d'air sont identifiés par la couleur bleue et ceux d’eau par la couleur verte. Leur circulation est organisée sur la façade arrière du bâtiment, qu'ils habillent.



A l'extérieur est suspendue la " chenille ", un grand escalier mécanique qui dessert les étages et parcourt toute la façade en diagonale.

A l'extérieur est suspendue la " chenille ", un grand escalier mécanique qui dessert les étages et parcourt toute la façade en diagonale.
©Manuel Braun




Une année exceptionnelle



Cette année, le centre Georges Pompidou fêtera aussi son anniversaire avec de nombreuses expositions organisées hors murs. Notamment, à Sèvres, la couleur sera mise à l’honneur dans le domaine de la terre cuite à la Cité de la Céramique, du 13 septembre 2017 au 30 mars 2018. A Roubaix, à La Piscine, la polychromie sera également au programme avec une exposition qui regroupera design, architecture et graphisme, du 1er avril au 11 juin 2017. Sans oublier, de mai à septembre 2017, un hommage à l’architecte et designer Eileen Gray, organisée dans sa maison de Roquebrune, Cap-Martin.



Dans les années 1970, l’architecture controversée de Beaubourg a été qualifiée « Notre-Dame des Tuyaux », de « raffinerie », d’ « usine à gaz » ou d’ « hangar d’art ». Les tuyaux d’air sont identifiés par la couleur bleue et les tuyaux d’eau par la couleur verte.

Dans les années 1970, l’architecture controversée de Beaubourg a été qualifiée « Notre-Dame des Tuyaux », de « raffinerie », d’ « usine à gaz » ou d’ « hangar d’art ». Les tuyaux d’air sont identifiés par la couleur bleue et les tuyaux d’eau par la couleur verte.
©Ph. Migeat




Renseignement : Centre Georges Pompidou

Place Georges Pompidou

75004 Paris

www.centrepompidou.fr 



Sur la terrasse du Centre Georges Pompidou, œuvres de Max Ernst, Capricorne, 1948/1964, de Henri Laurens, L’Adieu, 1941/1967, Le Matin, 1944 et Nu à la draperie, 1928.

Sur la terrasse du Centre Georges Pompidou, œuvres de Max Ernst, Capricorne, 1948/1964, de Henri Laurens, L’Adieu, 1941/1967, Le Matin, 1944 et Nu à la draperie, 1928.
©Adagp, Paris, Manuel Braun. 2015




Placés à l’extérieur, les tuyaux d’eau qui servent à la climatisation, aux sanitaires et aux bornes d’incendie sont materialisés par la couleur verte.

Placés à l’extérieur, les tuyaux d’eau qui servent à la climatisation, aux sanitaires et aux bornes d’incendie sont materialisés par la couleur verte.
©Ph. Migeat




Toute la structure du bâtiment est ouverte. Pas de murs porteurs, mais des panneaux de façades vitrés ou opaques, selon les endroits, posés à l’intérieur de la structure, à l’endroit ou la poutre s’attache à la gerberette.

Toute la structure du bâtiment est ouverte. Pas de murs porteurs, mais des panneaux de façades vitrés ou opaques, selon les endroits, posés à l’intérieur de la structure, à l’endroit ou la poutre s’attache à la gerberette.
©Ph. Migeat




L’architecture du Centre Georges Pompidou possède l’originalité de rendre visible les différentes pièces de sa structure métallique. Les gerberettes, éléments clefs de la construction, ont été conçues en un seul morceau, pèsent 10 tonnes et mesurent 8 mètres de long.

L’architecture du Centre Georges Pompidou possède l’originalité de rendre visible les différentes pièces de sa structure métallique. Les gerberettes, éléments clefs de la construction, ont été conçues en un seul morceau, pèsent 10 tonnes et mesurent 8 mètres de long.
©Ph. Migeat




A Beaubourg, tous les espaces de circulation sont rejetés à l’extérieur pour laisser les plateaux intérieurs parfaitement libres. Les couloirs, escaliers mécaniques d’accès aux différents niveaux placés sur la façade et la coursive offrent une vue inédite sur le quartier des Halles et les toits de Paris.

A Beaubourg, tous les espaces de circulation sont rejetés à l’extérieur pour laisser les plateaux intérieurs parfaitement libres. Les couloirs, escaliers mécaniques d’accès aux différents niveaux placés sur la façade et la coursive offrent une vue inédite sur le quartier des Halles et les toits de Paris.
©Manuel Braun




L’atelier des enfants réservé aux artistes en herbe de 6 à 10 ans propose de nombreuses activités thématiques pour développer le talent libre et spontané des plus jeunes.

L’atelier des enfants réservé aux artistes en herbe de 6 à 10 ans propose de nombreuses activités thématiques pour développer le talent libre et spontané des plus jeunes.
©Manuel Braun




L’architecture du Centre Beaubourg présente des poteaux situés à l’extérieur. Chaque baie vitrée a une hauteur de 7 mètres.

L’architecture du Centre Beaubourg présente des poteaux situés à l’extérieur. Chaque baie vitrée a une hauteur de 7 mètres.
©Manuel Braun




Les tours de refroidissement, installées sur les toits, servent à la climatisation. Des tuyaux d'air y sont reliés qui parcourent tous les plafonds à chaque étage pour chauffer et climatiser les espaces, selon les saisons.

Les tours de refroidissement, installées sur les toits, servent à la climatisation. Des tuyaux d'air y sont reliés qui parcourent tous les plafonds à chaque étage pour chauffer et climatiser les espaces, selon les saisons.
©Centre Pompidou Georges Meguerditchian