50 m² rénovés au cœur de Saint-Germain-des-Prés

Agnès Zamboni
Cette rénovation orchestrée par l’architecte DPLG Philippe Demougeot a permis de repenser totalement l’espace. Sous les combles, on passe du charme rustique au design contemporain.
Le lit de la nouvelle chambre repose sur un pan de mur doublé, pour améliorer son isolation phonique et thermique. Il est percé de niches de rangement, qui intègrent aussi des éclairages ponctuels, et offrent une nouvelle perspective à l’espace visible de la pièce à vivre.

Le lit de la nouvelle chambre repose sur un pan de mur doublé, pour améliorer son isolation phonique et thermique. Il est percé de niches de rangement, qui intègrent aussi des éclairages ponctuels, et offrent une nouvelle perspective à l’espace visible de la pièce à vivre.
©DR

Jadis et naguère


Niché sous les toits, cet appartement modernisé, a gardé cependant le souvenir et le charme de ses origines. Pourtant, un changement radical d’atmosphère s’est opéré. « La demande des propriétaires reposait sur la création d’une grande suite, utilisable en pied-à-terre, avec le confort d’un appartement-hôtel », raconte Philippe Demougeot, architecte. Finies la mini-cuisine reconvertie en WC de réception, et la salle de bains enfermée à gauche du couloir. Supprimé aussi le couloir inutile, qui empêchait la lumière de pénétrer à l’intérieur de l’espace…


En continuité de la chambre, une salle de bains discrète a été aménagée. La douche aménagée dans une alcôve semi-ouverte, est partiellement cachée par un pan de mur carrelé, et les rangements offrent une unité esthétique. Au sol, les deux espaces se différencient.

En continuité de la chambre, une salle de bains discrète a été aménagée. La douche aménagée dans une alcôve semi-ouverte, est partiellement cachée par un pan de mur carrelé, et les rangements offrent une unité esthétique. Au sol, les deux espaces se différencient.
©DR


Tout à inventer


« La difficulté principale du chantier provenait du sol qui présentait une pente de 10 à 15 cm due à un affaissement de l’immeuble, datant du XVIIème siècle ». Philippe Demougeot  s’est servi de cet inconvénient, pour créer une différence de niveau dans la pièce de vie principale. Ainsi la séparation du coin salon et du coin repas surbaissé se fait doucement, sans réelle rupture, tout en conservant la fluidité de l’espace, devenu traversant après suppression des cloisons. L’espace cuisine s’ouvre désormais sur la pièce principale, caché par un petit muret, à la manière d’un faux bar. Tous les rangements ont été intégrés, pour offrir un maximum d’espace et faciliter la circulation. Seul le « mobilier de plaisir », sièges, tables et objets décoratifs animent la pièce à vivre avec son coin salle à manger et son salon cosy. Une salle de bains ouverte sur la chambre donne à tout l’espace une ambiance chaleureuse et feutrée. Il y a même une buanderie pour entreposer le lave et sèche linge.


Les rangements de la suite, recouverts de stratifié (Polyrey) de couleur foncée, s’accordent avec la poutraison pour composer un ensemble harmonieux.

Les rangements de la suite, recouverts de stratifié (Polyrey) de couleur foncée, s’accordent avec la poutraison pour composer un ensemble harmonieux.
©DR


Des matériaux plus contemporains


Au sol, on a allégé le poids sur le plancher avec la pose d’un parquet moins lourd et moins épais que les tomettes en terre cuite d’origine. Les meubles recouverts de stratifié (Polyrey) font corps avec l’architecture intérieure. Du Corian® a été choisi pour le plan de travail et le plateau qui recouvre le meuble-télé.


Cette formule design sous les toits de la capitale vous séduit-elle ?


Le coin repas jouxte la cuisine, qui joue la carte de la discrétion derrière un muret.

Le coin repas jouxte la cuisine, qui joue la carte de la discrétion derrière un muret.
©DR


Réalisation : 

Philippe Demougeot, architecte DPLG

Agence People’s Republic of Design

144, rue du Chemin Vert, 75011 Paris

Tél. : 01 43 55 22 22 et 06 03 20 01 26

Mail : philippedemougeot@prod.fr

www.philippedemougeot.com


Descriptif technique :

SHON : 50 m²

Année de création : 2012

Durée de l’étude : 2 mois

Durée du chantier : 6 mois

Montant des travaux : de 1600 € à 2400 € TTC, le m²

Dispositif énergétique : remplacement des convecteurs électriques et conservation du ballon d’eau chaude électrique, renforcement de l’isolation au niveau du sol et du plafond, avec plaques de plâtre et laine de roche

Performances énergétiques : non communiquées.