Un appartement tout blanc et tout en Hi-Macs

Christian de Rivière
Fil conducteur à la blancheur absolue, l’Hi-Macs Alpine White court le long des cloisons et des plans de cet appartement de 130 M² pour devenir tour à tour dressing, étagère, plan de travail ou encore lavabo.
Dans la cuisine, le mur jouxtant la grande table et la suspension ont été réalisées en chêne afin de poursuivre l’effet de continuité avec le parquet.

Dans la cuisine, le mur jouxtant la grande table et la suspension ont été réalisées en chêne afin de poursuivre l’effet de continuité avec le parquet.
©Sergio Pomar Montahud

Un plateau à aménager


Désireux d’habiter un lieu fonctionnel et à forte personnalité, le propriétaire s’est décidé pour une surface brute à aménager de A à Z dans une immeuble neuf d’Albaida dans la province de Valence en Espagne. L’influence orientale et les racines mauresques de la ville ont permis de poser les fondamentaux des teintes et matériaux retenus pour la décoration de l’appartement : le blanc en grande quantité, le noir par opposition, l’or de l’orient et le chêne, éternel. Si le blanc ponctué de noir a été employés pour les principaux éléments architecturaux, le chêne s’est vu réserver au parquet avec de larges lattes naturelles et aux éléments mobiliers, tels que la grande table de repas rectangulaire entourée de 6 chaises de la même essence, au lit à baldaquin et à ses chevets intégrés. Evocatrice des richesses de l’Orient, la précieuse feuille d’or, quant à elle, sert de fond pour la tête de lit, avec un rappel sur la grande suspension de la salle à manger « La macchina della luce » ainsi que la niche du salon accueillant un grand canapé noir d’angle. « L’objectif essentiel était de concevoir un espace inspiré par les émotions, qui elles-mêmes influencent la vie des gens » dixit l’agence d’architecture Cuartopensante, à l’origine de la conception du lieu.


La pièce à vivre s'ouvre largement sur les différentes terrasses.

La pièce à vivre s'ouvre largement sur les différentes terrasses.
©Sergio Pomar Montahud


Fluidité des espaces


La genèse du projet fut de répondre aux souhaits du propriétaire ayant l’envie de créer un hâvre de paix, tout conservant un caractère familier et une atmosphère où l’on se sente bien. Au démarrage, c’est une coquille vide qui fut proposée à l’équipe d’architectes d’intérieur, dont la première tâche a été de diviser l’appartement en trois principaux espaces de vie. En entrant, un grand dressing, un miroir noir et une cloison en claustra de chêne ajouré séparent visuellement l’espace jour composé par le salon, la salle à manger et le bureau. S’imposa alors l’Hi-Macs comme matériau pouvant relier tous les espaces avec un grand naturel et une extrême souplesse d’utilisation en agencement intérieur. Totalement lisse, contemporain et esthétique, il passe avec évidence de la cuisine aux différents éléments des salles de bains, en passant par les étagères et portes de dressing. Les poignées s’intègrent directement dans la matière, les joints sont invisibles et le matériau se travaille comme le bois. Pour l’architecte d’intérieur du projet, Rafael Muñoz: « l’emploi du Hi-Macs comportait de nombreux avantages, comme la propreté absolue de la pierre acrylique, ses caractéristiques techniques, et la possibilité de travailler avec une épaisseur de 9 millimètres ».


Une salle de bains 100% Hi-Macs.

Une salle de bains 100% Hi-Macs.
©Sergio Pomar Montahud


La blancheur comme fil conducteur

L’intégration fait partie des leitmotivs des architectes qui ont conçus l’appartement en intégrant placards, rangements, bibliothèques, chevets, hotte et cave à vin dans la cuisine, cheminées au bioéthanol dans la chambre et dans le salon…


L'entrée est cloisonnée grâce à un claustra de chêne qui la sépare visuellement de l’espace jour composé par le salon, la salle à manger et le bureau. Des meubles ont été installés pour séparer le salon de la salle à manger, avec sa grande table et ses six chaises en cuir noir.

L'entrée est cloisonnée grâce à un claustra de chêne qui la sépare visuellement de l’espace jour composé par le salon, la salle à manger et le bureau. Des meubles ont été installés pour séparer le salon de la salle à manger, avec sa grande table et ses six chaises en cuir noir.
©Sergio Pomar Montahud


Côté jour, le module central du salon est réalisé en Hi-Macs blanc et abrite une cheminée au bioéthanol, offrant sérénité et confort.  La cuisine ouverte donne sur la pièce à vivre, et pour accentuer l’impression de fluidité, la pierre acrylique s'est aussi imposée comme surface idéale pour concevoir l’ensemble de son mobilier, y compris le plan de travail et l’évier, l’Hi-Macs étant thermoformable à loisir. En revanche, le mur jouxtant la grande table et la suspension ont été réalisées en chêne afin de poursuivre l’effet de continuité avec le parquet.


Côté terrasse : un joli jardin intérieur abrite le tronc d’un olivier centenaire ; ceint de parois de verre, il conduit au second espace de vie, le côté nuit, tout en offrant une large vue sur la cuisine. Sinon, l’appartement a la chance d’être entouré de balcons et terrasses qui donnent des perspectives intéressantes et permettent de profiter des beaux jours.


La luxueuse feuille d'or tapisse le mur de la tête de lit, à baldaquin, of course !

La luxueuse feuille d'or tapisse le mur de la tête de lit, à baldaquin, of course !
©Sergio Pomar Montahud




Côté nuit, la chambre forme un seul et même espace avec la grande salle de bains, juste séparée par une cloison de verre. Grandiose, le lit à baldaquin contemporain en chêne occupe une position centrale dans la chambre. Dressing et rayonnages jouent la continuité avec l’agencement de la salle de bains, où l’Hi-Macs a aussi été largement utilisé pour le lavabo, la baignoire et la douche, tout comme pour les revêtements de mur et de sol.  


Cohérence des circulations et des matériaux, une parfaite démonstration de la plus value qu’apporte un architecte lorsqu’il imagine un appartement dès la conception.


www.hi-macs.fr


Large plan de travail et fluidité des circulations dans la cuisine.

Large plan de travail et fluidité des circulations dans la cuisine.
©Sergio Pomar Montahud