Manger, un restaurant chic et solidaire

Anne Swynghedauw
A Paris le nouveau restaurant “Manger” affiche un style industriel et raffiné dans la lignée du bistrot parisien.
Le comptoir de préparation est ouvert sur la salle de restaurant sobre et rigoureuse, structurée la lumière zénithale. Carrelage blanc (Droog design).

Le comptoir de préparation est ouvert sur la salle de restaurant sobre et rigoureuse, structurée la lumière zénithale. Carrelage blanc (Droog design).
©Thomas Duval

L’espace s’ouvre en trois temps


Pour concrétiser le projet gastronome et solidaire du restaurant Manger, Thierry Monassier et Ferdinand Fredonie ont fait appel à l’architecte Marie Deroudilhe. Une partie du personnel est en contrat de réinsertion ou en formation, avec l’agrément de l’Etat et le soutien de grands chefs qui proposent leurs recettes, et 10% du menu “Diner des chefs” est reversé à l’Association Toques & Partage. Après avoir longtemps cherché un lieu, le restaurant voit le jour dans cet ancien supermarché métamorphosé. L’architecte a restitué la verrière d’origine, qui était occultée, pour apporter une lumière zénithale appréciable. Puis elle imagine trois pôles d’activité le bistrot, le comptoir et le restaurant dans un espace libre et ouvert. La cuisine est reléguée au sous-sol pour dégager la salle de restaurant, et rendre visible l’activité des employés. Le comptoir de préparation est aménagé dans la salle et le kiosque à pâtisserie tout vitré fait la transition entre le restaurant et le bistrot.


Lignes graphiques et jeu de cloisons transparentes à mi-hauteur signent le décor de la partie bistrot. Lampes articulées (lampes Gras).

Lignes graphiques et jeu de cloisons transparentes à mi-hauteur signent le décor de la partie bistrot. Lampes articulées (lampes Gras).
©Thomas Duval


Un décor au sobre aux allures de brasserie chic


Grâce à un jeu subtil de transparence et d’ouvertures, l’espace du restaurant Manger est aéré, et la circulation entre les tables est fluide. Hormis la terrasse en devanture en carreaux de ciment, le sol unifie les espaces avec un parquet en chêne sombre. Les banquettes confortables et les fauteuils en cannage sont privilégiés pour le confort du restaurant. Le côté bistrot est éclairé par des lampes articulées, et  on y déjeune sur des chaises plus simples et autour de tables plus réduites en proportion qui s’alignent le long du bar, pour que le service soit plus fonctionnel. Enfin, les soubassements soulignés de noir, le papier peint japonisant aux motifs graphiques apportent  des touches raffinées autour des points d’activité.


L’atmosphère intimiste des tables est apportée par le soubassement laqué en noir,  le papier peint japonisant et les touches de jaune sur les fauteuils en cannage.

L’atmosphère intimiste des tables est apportée par le soubassement laqué en noir, le papier peint japonisant et les touches de jaune sur les fauteuils en cannage.
©Thomas Duval


Une démarche épurée et rigoureuse


Architecte DPLG, Marie Deroudilhe débute sa carrière chez Terence Conran à Londres ; puis elle rejoint l’agence Patrick Jouin, où elle collabore à de nombreux projets de restaurants, dont celui de Alain Ducasse. En 2007 elle fonde son agence, enchaînant projets privés et projets liés à la restauration, avec le même souci des volumes de la lumière naturelle et du détail.


La vitrine s’ouvre entièrement vers l’extérieur sur un petit espace qui fait office de terrasse aux beaux jours.

La vitrine s’ouvre entièrement vers l’extérieur sur un petit espace qui fait office de terrasse aux beaux jours.
©Thomas Duval


MANGER 

24, rue Keller

75011  Paris

Tél : 01 43 38 69 15

www.manger-leresto.com


ADRESSES

Architecte : Marie Deroudilhe www.mariederoudilhe.com

Gras : www.lampegras.fr

Droog Design: www.www.droog.com


Grâce à un jeu de transparence et de lignes graphiques, les cloisons vitrées, séparent habilement les espaces, sans les fermer totalement.

Grâce à un jeu de transparence et de lignes graphiques, les cloisons vitrées, séparent habilement les espaces, sans les fermer totalement.
©Thomas Duval


Avec sa verrière d’origine,  la salle de restaurant a pu être créée dans un espace lumineux en double hauteur.

Avec sa verrière d’origine, la salle de restaurant a pu être créée dans un espace lumineux en double hauteur.
©Thomas Duval