A Paris, un appartement de 24 m² habilement géré

Agnès Zamboni
L’architecte Laurence Chéret de l’agence Hors-Champs a remanié ce deux pièces en créant un mobilier intégré sur mesure, qui permet de vivre confortablement. Et l’accent a été mis sur le rangement.
De l’autre côté, la banquette intégrée dans le meuble de séparation qui cache l’espace chambre est surmontée d’un rangement avec une porte animée d’un cannage. Il se détache légèrement et volontairement du plafond pour éviter un trop gros effet de masse. A noter, la prise électrique pour connecter les outils numériques. A gauche, le passage sert de la communication entre les deux pièces. Astuce pratique, la porte équipée d’un miroir qui permet aussi l’accès au rangement latéral.

De l’autre côté, la banquette intégrée dans le meuble de séparation qui cache l’espace chambre est surmontée d’un rangement avec une porte animée d’un cannage. Il se détache légèrement et volontairement du plafond pour éviter un trop gros effet de masse. A noter, la prise électrique pour connecter les outils numériques. A gauche, le passage sert de la communication entre les deux pièces. Astuce pratique, la porte équipée d’un miroir qui permet aussi l’accès au rangement latéral.
©Cyrille Lallement


Un lieu réinventé



Dans cette ancienne cellule d’habitation, à l’aspect austère voire spartiate, autrefois habitée par une religieuse, l’architecte Laurence Chéret a aménagé un lieu de vie compact et optimisé comme une cabine de bateau. Pour rationnaliser l’espace et favoriser sa fonctionnalité, elle a conçu des éléments de mobilier qui délimitent en trois séquences spatiales l’appartement : depuis l’entrée, en premier lieu, elle a créé le bloc technique des pièces d’eau, ensuite l’espace à vivre puis la chambre. Un meuble haut fait office de séparation entre ces deux dernières séquences. Les meubles offrent un esprit double face, en déterminant l’usage des pièces : banquette et rangements hauts côté pièce à vivre et cuisine, armoire côté passage entre les deux pièces, tête de lit et bibliothèque coté chambre et bureau. Et la tablette à proximité de la banquette comme le miroir sur l’armoire sont autant de détails qui participent au confort du lieu et à son autonomie.



Tous les meubles sont en placage de chêne clair avec chant visible. Pour rajouter une touche de raffinement, les plinthes des meubles ont été fabriquées en chêne massif.

Tous les meubles sont en placage de chêne clair avec chant visible. Pour rajouter une touche de raffinement, les plinthes des meubles ont été fabriquées en chêne massif.
©Cyrille Lallement




Les contraintes techniques



L’architecte a mis un point d’honneur à rendre invisible la technique. Elle a utilisé tous les aménagements à sa disposition pour la dissimuler. Des passe-câbles ont été insérés dans tous les meubles. Les appliques et les prises ont été installées de façon ergonomique pour éviter les fils électriques anarchiques. Ainsi une prise électrique installée dans l’alcôve de la banquette permet de connecter tous les appareils numériques. Et tous les éléments techniques et la tuyauterie ont été cachés, sous le faux plancher ou sous le plan vasque de la salle de bains, dans le placard de l’entrée et les socles du mobilier.



L’îlot technique de la cuisine a été intégré derrière un muret qui cache sa fonctionnalité, côté pièce à vivre.

L’îlot technique de la cuisine a été intégré derrière un muret qui cache sa fonctionnalité, côté pièce à vivre.
©Cyrille Lallement




Un espace particulier



Pour créer l’illusion d’un grand appartement dans un petit espace, il a aussi fallu jouer avec les pentes du toit qui réduisaient l’espace en hauteur et font perdre 3 m² par rapport à la surface au sol. Le chantier a duré deux mois et le budget (mobilier compris) s’est limité à 40 000 €. L’accès à cet appartement était réduit à un escalier étroit. Par conséquence, il a fallu monter et assembler tous les éléments d’aménagement sur place. Un inconvénient qui a été étudié en amont du projet…  



Installé sous la pente et la fenêtre de toit, le plan vasque n’encombre pas l’espace au sol. A sa gauche, il dégage une plage de rangement pour disposer tous les accessoires de toilette.

Installé sous la pente et la fenêtre de toit, le plan vasque n’encombre pas l’espace au sol. A sa gauche, il dégage une plage de rangement pour disposer tous les accessoires de toilette.
©Cyrille Lallement




Renseignements :

Hors-Champs

Laurence Chéret, architecte dplg

16, rue Eugène Carrière

75018 Paris

Tél. : 06 24 44 55 38

Mail : contact@hors-champs.com

www.hors-champs.com



Avant les travaux: deux pièces monacales sans rangement et un aménagement réduit à l’essentiel pour un confort minimal.

Avant les travaux: deux pièces monacales sans rangement et un aménagement réduit à l’essentiel pour un confort minimal.
©DR




Après les travaux: deux pièces en connexion, mais visuellement séparées. Une cuisine cachée mais intégrée. Une salle de bains légèrement agrandie par le déplacement de la cloison à la limite de la fenêtre de toit, mais valorisée par l’aménagement d’une douche en remplacement d’une encombrante baignoire. La place de la salle de bains a été inversée avec celle de la cuisine pour ouvrir cette dernière sur la pièce à vivre.

Après les travaux: deux pièces en connexion, mais visuellement séparées. Une cuisine cachée mais intégrée. Une salle de bains légèrement agrandie par le déplacement de la cloison à la limite de la fenêtre de toit, mais valorisée par l’aménagement d’une douche en remplacement d’une encombrante baignoire. La place de la salle de bains a été inversée avec celle de la cuisine pour ouvrir cette dernière sur la pièce à vivre.
©DR




Côté pile, dans la chambre, la tête de lit fait office de séparation de pièce et le mur en soupente a été exploité en bibliothèque. Dans la tête de lit, des rainures, toute hauteur, ont été dessinées pour lui donner l’aspect d’une armoire, en trompe-l’œil.

Côté pile, dans la chambre, la tête de lit fait office de séparation de pièce et le mur en soupente a été exploité en bibliothèque. Dans la tête de lit, des rainures, toute hauteur, ont été dessinées pour lui donner l’aspect d’une armoire, en trompe-l’œil.
©Cyrille Lallement




L’ancien parquet a été mis à jour et rénové. La trace de l’ancien poêle a été conservée. Des volets intérieurs ont été installés pour favoriser l’intimité de l’espace et créer un effet de cocon boisé.

L’ancien parquet a été mis à jour et rénové. La trace de l’ancien poêle a été conservée. Des volets intérieurs ont été installés pour favoriser l’intimité de l’espace et créer un effet de cocon boisé.
©Cyrille Lallement




Le meuble central est composé de deux volumes distincts séparés de quelques centimètres pour alléger son impact visuel. A cette ouverture visuelle pour l’occupant, s’ajoute le passage de rais de lumière qui embellissent l’espace.

Le meuble central est composé de deux volumes distincts séparés de quelques centimètres pour alléger son impact visuel. A cette ouverture visuelle pour l’occupant, s’ajoute le passage de rais de lumière qui embellissent l’espace.
©Cyrille Lallement




Les portes sont dépourvues de poignées en relief qui alourdiraient l’espace. Un système de perforation ovalisée et élégante et le parti-pris de la façade pleine, sans bouton de porte avec système touche-lâche ont été choisis.

Les portes sont dépourvues de poignées en relief qui alourdiraient l’espace. Un système de perforation ovalisée et élégante et le parti-pris de la façade pleine, sans bouton de porte avec système touche-lâche ont été choisis.
©Cyrille Lallement




Le bureau épouse le mur en soupente. Il est composé d’un rangement fermé, de niches ouvertes et d’un plan de travail rabattable. L’éclairage est également intégré pour gagner de la place.

Le bureau épouse le mur en soupente. Il est composé d’un rangement fermé, de niches ouvertes et d’un plan de travail rabattable. L’éclairage est également intégré pour gagner de la place.
©Cyrille Lallement




La douche a été aménagée dans la partie la plus haute sous plafond. La mosaïque immaculée fait écho à l’origine monacale du lieu.

La douche a été aménagée dans la partie la plus haute sous plafond. La mosaïque immaculée fait écho à l’origine monacale du lieu.
©Cyrille Lallement




La communication entre la pièce à vivre et la chambre s’effectue par un espace libre. Un bureau a été aménagé dans un renfoncement de la chambre.

La communication entre la pièce à vivre et la chambre s’effectue par un espace libre. Un bureau a été aménagé dans un renfoncement de la chambre.
©Cyrille Lallement




L’appartement avant travaux et mis à nu après démolition du mur de séparation et dépose de tous les équipements techniques vétustes

L’appartement avant travaux et mis à nu après démolition du mur de séparation et dépose de tous les équipements techniques vétustes
©Cyrille Lallement




Situé au dernier étage d’un immeuble parisien construit au XVIIème siècle, comme une chambre de bonne, cet appartement offre une jolie vue sur les toits en zinc de la capitale.

Situé au dernier étage d’un immeuble parisien construit au XVIIème siècle, comme une chambre de bonne, cet appartement offre une jolie vue sur les toits en zinc de la capitale.
©Cyrille Lallement