DGT, un trio d’architectes prometteurs

Christian de Rivière
Les cabinets d’architecture français ont la cote, sans doute grâce à leur savoir-faire hérité d’un riche passé culturel. Chez DGT, aucun des trois associés fondateurs n’est natif de l’hexagone, et pourtant la conjoncture de leurs trois nationalités produit des résultats étonnants et innovants. Focus sur trois jeunes architectes qui ont clairement le vent en poupe.
Prolongement naturel de la piste d'aviation, le Musée d’Estonie est actuellement en construction.

Prolongement naturel de la piste d'aviation, le Musée d’Estonie est actuellement en construction.
©DR

Leurs réalisations se caractérisent par une insertion dans le site, un équilibre des masses né de proportions harmoniques rigoureuses, des matériaux nobles et la collaboration d'artistes sculpteurs, céramistes, paysagistes.


Dans le salon de l'appartement du quartier de la Muette, le sol est recouvert de travertin coupé comme du parquet et les fenêtres ont été traitées comme des tableaux.

Dans le salon de l'appartement du quartier de la Muette, le sol est recouvert de travertin coupé comme du parquet et les fenêtres ont été traitées comme des tableaux.
©Takuji Shimmura


Architecture, scénographie, stands, auditorium…  vous êtes un peu des touches à tout ?


Pour chaque projet, nous nous efforçons de construire un processus de conception qui peut ouvrir l’architecture à d’autres disciplines. L’intérêt de cette multiplicité est croissant, et permet de collaborer avec des artistes. Actuellement, de nombreux architectes cherchent à être pluridisciplinaires, mais cette envie doit de matérialiser par une pratique concrète. Formant un trio d’architectes, nous tentons de casser le « génie de l’architecte ». Tsuyoshi Tane a suivi une formation 100% d’architecte au Japon, Dan Dorell est davantage architecte et technicien, tandis que Lina Ghotmeh a suivi un cursus d’architecture pluridisciplinaire à Beyrouth, associé avec des options très différentes. Cette complémentarité de cultures fait que nous sommes avides de construire des bâtiments durables sur tous les continents. Quant aux installations éphémères, elles nous permettent de visualiser plus rapidement le résultat, car la temporalité est totalement différente. Nous avons gagné le concours du Musée Estonien en 2007 et les travaux n’ont débuté qu’en 2012. Pour le projet de Petra en Jordanie, nous souhaitions avant tout une fusion de l’architecture avec son contexte.


L'immeuble végétalisé Stone Garden, proche du quartier du port industriel de Beyrouth.

L'immeuble végétalisé Stone Garden, proche du quartier du port industriel de Beyrouth.
©DR


Vos influences ?


Etant tous trois extrêmement curieux, à chaque nouveau projet nous menons des recherches approfondies bien au-delà de l’architecture à proprement parler : histoire, sociologie, culture locale… Fluctuant entre l’organisé et l’arbitraire, la nature est aussi pour nous une réelle influence, une force qui nous fait rêver. Le lieu devient alors une extension du corps. Dans la conception du Musée Estonien sur un ancien aéroport désaffecté, nous avons imaginé un lieu intégré au maximum au paysage environnant ; et même si le projet est très technologique, le bâtiment a été conçu comme le prolongement de la piste.


Pour le stand de Renault au dernier Mondial de l’Auto à Paris, DGT a dessiné un paysage imaginaire autour de collines blanches ponctuées de lumières.


Côté art, l’œuvre d’Anish Kapoor laisse vivre nos émotions.


Concours pour la construction d'un auditorium en plein air à Riga, Lettonie

Concours pour la construction d'un auditorium en plein air à Riga, Lettonie
©DR


Vos archis référents?


L’influence de Renzo Piano sur Dan Dorell est grande, car il a travaillé sur le projet de la Pinacothèque Agnelli à Turin. Celle de Jean Nouvel est tout aussi prégnante chez lui, ayant travaillé 3 années dans son agence, et notamment sur le projet de la salle de concert de Copenhague. C’est d’ailleurs chez Jean Nouvel qu’il a rencontré Lina Ghotmeh pour un projet commun à Londres avec les équipes de Norman Foster.


Parmi ses inspirations marquantes, Lina se rappelle la découverte en Suisse d’un village construit par Certes, composé de petites maisons en bois, à contre-courant de l’architecture contemporaine, le bois étant la ressource principale du village. Elle apprécie aussi Beyrouth comme ville, car elle n’est pas parfaite, pleine de contradictions aves ses pleins et ses vides que l’on a envie d’occuper.


Et tout naturellement Dan aime Venise, car la mer entre dans la ville.


Appartement de la Muette: salle de bains en pierre bleue de Savoie dans laquelle toute la technologie, telle que le ciel de douche ou les speakers audio sont intégrés.

Appartement de la Muette: salle de bains en pierre bleue de Savoie dans laquelle toute la technologie, telle que le ciel de douche ou les speakers audio sont intégrés.
©Takuji Shimmura


Vos matériaux  fétiches ?


Tout matériau à l’état brut, afin de le sublimer en travaillant la structure, pour que la matière raconte quelque chose et lui donner de la texture. Grâce à des techniques mécaniques, chimiques… le matériau originel gagne en texture, prend la lumière. Nous travaillons aussi les superpositions de matériaux, par des jeux de transparences et de matières pour atteindre une sorte de dématérialisation ultime.


Stone Garden à Beyrouth : chaque ouverture accueille un jardin suspendu à son échelle,<br />
qui cadre une vue sur la mer, un jardin pour vivre et pour envahir l’architecture, l’entraînant dans un mouvement de renouvellement incessant.

Stone Garden à Beyrouth : chaque ouverture accueille un jardin suspendu à son échelle,

qui cadre une vue sur la mer, un jardin pour vivre et pour envahir l’architecture, l’entraînant dans un mouvement de renouvellement incessant.
©DR


Vos choix en termes de lumière et mobilier ?


Pour chaque chantier, nous cherchons à donner une cohérence à l’ensemble du projet. Certains éléments sont dessinés spécifiquement pour l’espace, mais nous conseillons aussi nos clients sur les choix d’objets et de meubles susceptibles de donner du sens au lieu.


Belle intégration végétale du projet du Tokyo Stadium de 80 000 places dans le paysage urbain. DGT est finaliste parmi 11 compétiteurs de renom.

Belle intégration végétale du projet du Tokyo Stadium de 80 000 places dans le paysage urbain. DGT est finaliste parmi 11 compétiteurs de renom.
©Japan Sport Council


Vos projets, envies ?


Gagner le projet de stade de 80 000 places au Japon à Tokyo pour lequel nous sommes en compétition finale, parmi les 11 finalistes dont Zaha Hadid. Et dans un avenir proche, finaliser le Musée d’Estonie, projet à la fois idéologique et réel, pour poétiser cette relation entre le bâtiment et la piste d’aviation.


 


Et chacun la maison ses rêves ?


Etant très citadin, mais aimant la nature et le soleil, Dan Dorell ne s’imagine vivre au quotidien que dans une grande métropole, mais pour prendre un peu de distance, ralentir le temps et sortir de la routine, il se prend à rêver d’une maison toute simple en Sardaigne, hors du monde et donnant sur la Méditerranée.


Quant à Lina Ghotmeh, elle se verrait bien vivre dans le désert d’Arizona dans une maison ancestrale ayant vécu une histoire, ou alors au beau milieu de la mer, sur un bateau.


Enfin, Tsuyoshi Tane passerait volontiers quelques jours dans un satellite sur la lune à contempler les étoiles, en absence de lumière artificielle pour avoir un regard sur le monde.


www.dgtarchitects.com


La Muette, un appartement à la technologie ultra présente, mais dissimulée.

La Muette, un appartement à la technologie ultra présente, mais dissimulée.
©Takuji Shimmura