Une maison contemporaine qui s’intègre parfaitement dans la nature

Agnès Zamboni
Spacieuse et contemporaine, la maison basse s’insère dans le site classé et compose avec le paysage à la végétation harmonieusement dessinée. Son créateur, l’architecte Raphaël van der Beken, l’a baptisée « La discrète ».
Le petit terrain est divisé en deux plateaux séparés par un mur de soutènement transversal de 2 mètres de hauteur.

Le petit terrain est divisé en deux plateaux séparés par un mur de soutènement transversal de 2 mètres de hauteur.
©Nicolas Fussler

Un contexte difficile


Bâtie sur la division d’un terrain de 360 m², cette maison basse a été construite en retrait de deux belles demeures bourgeoises, tout en conservant deux magnifiques marronniers et un beau mur en meulière. Le terrain offrait un dénivelé important de 2,5 mètres. Plusieurs projets ont abouti à une conception optimale. Elle n’a pu être mise en œuvre qu’à la suite d’un 2ème dépôt de permis de construire, obtenu grâce à un remaniement de détail. « Les exigences des propriétaires étaient importantes : il souhaitaient une grande maison sur un petit terrain, dotée de 3 chambres d’enfant, d’une suite parentale, d’un grand séjour, d’un atelier… Aucune dérogation n’a été accordée par la ville de Meudon, qui ne nous a offert ni conditions particulières, ni dérogation même minime pour faire aboutir le projet », raconte l’architecte Raphaël van der Beken.


Coupe transversale du bâtiment qui se glisse derrière le mur de meulières, entre les deux maisons voisines.

Coupe transversale du bâtiment qui se glisse derrière le mur de meulières, entre les deux maisons voisines.
©DR


La transparence à sens unique


L’architecte a trouvé la formule idéale pour créer une maison ouverte de l’intérieur, mais fermée de l’extérieur. Il a notamment usé des beaux arbres qui pouvaient masquer la maison, et préserver le vis-à-vis. Dans le salon, une grande baie vitrée permet de passer des journées entières dans les arbres. A l’intérieur, un flot de lumière et un panorama grand angle sur le jardin. La baie vitrée cadre des tableaux sur la végétation extérieure. De l’autre côté de l’espace traversant, on a une vue privilégiée sur la colline de Meudon. Et une terrasse couverte, dessinée en creux dans la maison, offre un espace ouvert par tous les temps.


Un autre coin agréable et perché pour les petits déjeuners d’été… pour les parents.

Un autre coin agréable et perché pour les petits déjeuners d’été… pour les parents.
©Nicolas Fussler


Un espace savamment sculpté


Les espaces intérieurs se déploient sur 3 niveaux ou demi-niveaux, un premier niveau donnant sur la rue, un second sur le jardin et un 3ème  relié par un pont à la suite parentale, qui s’ouvre sur une terrasse de 20 m² en plein ciel. L’escalier dessert toutes les fonctions du lieu, et on a fait l’économie d’un couloir. Seul un dégagement permet l’accès aux chambres des enfants, qui possèdent toutes les trois une surface identique et donnent sur le jardin.


Que pensez-vous de cette réalisation qui offre l’avantage de profiter de l’extérieur, et des couleurs de sa végétation changeante à chaque saison ? 


L’escalier en béton s’accorde avec les poteaux de soutènement conservés bruts.

L’escalier en béton s’accorde avec les poteaux de soutènement conservés bruts.
©Nicolas Fussler


Descriptif technique :

SHON : 235 m²

Année de création : 2010

Durée de l’étude : 12 mois

Durée du chantier : 10 mois

Montant des travaux : 480 000 € HT

Dispositif énergétique : chaudière à gaz à condensation

Performances énergétiques : RT2005


Réalisation :

Raphaël van der Beken, architecte DPLG

211, rue Saint-Maur, 75010 Paris

Mail : rvdb.div@gmail.com

Tél. : 01 42 38 93 34 et 06 72 22 02 43


A l’intérieur, le salon organisé autour d’une cheminée centrale décline la gamme des verts, dans un esprit dedans-dehors. Un linéaire de rangement occupe le soubassement des fenêtres.

A l’intérieur, le salon organisé autour d’une cheminée centrale décline la gamme des verts, dans un esprit dedans-dehors. Un linéaire de rangement occupe le soubassement des fenêtres.
©Nicolas Fussler


En maçonnerie traditionnelle, la maison est recouverte partiellement de panneaux de résine, avec effet de rouille pour s’accorder avec la couleur de la meulière. Une baie vitrée de 7 mètres de long s’ouvre côté jardin. La frontalité du bâtiment est décomposée dans la profondeur par un jeu de 3 volumes pour trouver la bonne échelle.

En maçonnerie traditionnelle, la maison est recouverte partiellement de panneaux de résine, avec effet de rouille pour s’accorder avec la couleur de la meulière. Une baie vitrée de 7 mètres de long s’ouvre côté jardin. La frontalité du bâtiment est décomposée dans la profondeur par un jeu de 3 volumes pour trouver la bonne échelle.
©Nicolas Fussler