A Proville, transformation du premier niveau d’habitation d’une maison individuelle

Agnès Zamboni
Située dans le nord de la France, près de Cambrai, cette maison plutôt ordinaire a été dotée de deux extensions au dessin différentié. 70 m² d’espace en bonus et une maison à l’allure folle !
Montée sur pilotis comme une cabane et accrochée au pignon nord-ouest, très long et doté d’une descente de garage, l’extension façon « Plug »dessine un volume iconoclaste travaillé avec un maximum de vide. Elle semble flotter dans l’espace.

Montée sur pilotis comme une cabane et accrochée au pignon nord-ouest, très long et doté d’une descente de garage, l’extension façon « Plug »dessine un volume iconoclaste travaillé avec un maximum de vide. Elle semble flotter dans l’espace.
©Alain Demarquette


« A partir des contraintes de l’ouvrage existant, du site, du terrain et de sa topographie, le projet d’extension de la maison ne pouvait que s’implanter sur certaines parties du bâtiment. Nous étions confrontés aux contraintes de limites séparatives de propriété. On a dû abattre une arbre », explique Alain Demarquette, architecte DPLG en charge du projet. En effet, suivant les objectifs des Maîtres d’Ouvrage, le projet nécessita une double extension à partir de l’organisation existante.



La boîte ou « Plug » qui cache une nouvelle suite parentale. Dans l’ombre, le bloc semble suspendu, car les poteaux qui sont en retrait par rapport à l’élévation disparaissent.

La boîte ou « Plug » qui cache une nouvelle suite parentale. Dans l’ombre, le bloc semble suspendu, car les poteaux qui sont en retrait par rapport à l’élévation disparaissent.
©Alain Demarquette




1 + 1 + 1 = 1



Sur ce pavillon des années 1960/70, qui ne possède pas de cave, les deux volumes d’extensions sont venus se positionner à leur manière selon le relief et les élévations existantes et leurs caractéristiques. Ils ont chacun une hauteur différente et une volumétrie particulière. Chacune des extensions possède sa propre identité suivant les espaces développés. D’un coté, l’extension au nord-est, vient s’intégrer avec l’existant en reprenant son parement d’enduit blanc. Ce nouveau volume vient se glisser contre la façade existante, tandis que l’extension, coté sud-ouest vient plutôt s’affirmer contre le grand pignon existant. Suivant son mode constructif et son parement sombre, il semble ainsi accroché et suspendu tel un « Plug ». Une forêt de petits poteaux de couleur sombre, qui le soutiennent, comme des branches, engendrent une sensation de légèreté, en harmonie avec les arbres limitrophes. Ainsi la greffe poétique répond à son prolongement lumineux, comme deux éléments indissociables qui dialoguent en synergie.   



Les traitements extérieurs sont également en étroite relation avec ces nouveaux bâtiments. Les nouveaux espaces fortement vitrés, ainsi que ceux de l’existant réaménagés, proposent de belles perspectives sur l’ensemble du jardin doté de très beaux arbres sculpturaux.



Côté sud-ouest, la nouvelle terrasse en bois foncé qui s’harmonise avec le bardage de l’extension.

Côté sud-ouest, la nouvelle terrasse en bois foncé qui s’harmonise avec le bardage de l’extension.
©Alain Demarquette




Un remaniement en profondeur



Le rez-de-chaussée de la maison existante, qui totalisait 170 m², fut entièrement « nettoyé » pour ne laisser que les maçonneries porteuses, les escaliers et la cheminée, en préambule aux nouveaux travaux. Ce niveau spacieux et lumineux, avec des espaces bien définis suivant le programme, a ainsi gagné en cohérence. On a redéfini l’entrée, la surface du séjour a été multipliée par deux et la cuisine n’a pas changé de place. L’extension côté sud-ouest a été réalisée en ossature bois et dotée d’un parement en panneaux composite (Equitone Tectiva d’Eternit).



L’extension coté nord-est a été recouverte d’un enduit protégeant des parpaings Itong de 30 cm doté d’une ITE (Isolation Thermique Extérieure) de 12 cm, qui a été aussi appliquée sur l’ensemble des murs du bâtiment, l’existant ayant été totalement renveloppé. Côté chauffage, après dépose du carrelage, on a installé un plancher chauffant pour supprimer tous les radiateurs. Et on a changé l’ensemble des menuiseries extérieures, de l’existant et des extensions avec de modèles en aluminium (Technal). L’architecte a ainsi apporté une vraie réponse économique en termes d’énergie, en accord avec la RT2012.  



L’autre extension qui dessine une nouvelle pièce à vivre complètement remaniée. L’entrée de la maison d’origine n’a pas été déplacée.

L’autre extension qui dessine une nouvelle pièce à vivre complètement remaniée. L’entrée de la maison d’origine n’a pas été déplacée.
©Alain Demarquette




Renseignements :

Alain Demarquette, architecte DPLG


1, rue du Bastion

59400 Cambrai

Tél. : 03 27 37 87 84

Et 100, rue de Londres

62520 Le Touquet

Et aussi 8, Impasse Charles Petit

75011 Paris

Mail : alain.demarquette@free.fr

www.ademarquette-architecte.com



La boîte recouverte de bardage Naturalis montée sur des poteaux métalliques laqués gris anthracite renferme une suite parentale comme une cabane. Elle accueille notamment un coin de 14 m². La terrasse existante en bois composite conservée a été agrandie avec une partie en bois.

La boîte recouverte de bardage Naturalis montée sur des poteaux métalliques laqués gris anthracite renferme une suite parentale comme une cabane. Elle accueille notamment un coin de 14 m². La terrasse existante en bois composite conservée a été agrandie avec une partie en bois.
©Alain Demarquette




En fonction du terrain, les extensions sont d’une hauteur différente pour rattraper le dénivelé du sol. L’extension recouverte d’enduit et de bardage Naturalis blanc (Eternit) offre une hauteur de 3,15 m. L’extension protégée par le bardage Naturalis gris anthracite (Eternit) offre une hauteur de 3,90 m.

En fonction du terrain, les extensions sont d’une hauteur différente pour rattraper le dénivelé du sol. L’extension recouverte d’enduit et de bardage Naturalis blanc (Eternit) offre une hauteur de 3,15 m. L’extension protégée par le bardage Naturalis gris anthracite (Eternit) offre une hauteur de 3,90 m.
©Alain Demarquette




Façade sud-ouest, la maison avant extension.

Façade sud-ouest, la maison avant extension.
©Alain Demarquette




Façade nord-est, avant extension, un pavillon à l’architecture sans particularité.

Façade nord-est, avant extension, un pavillon à l’architecture sans particularité.
©Alain Demarquette