Extension et surélévation d’une maison de ville à Bagnolet

Agnès Zamboni
Située à Bagnolet, après une restructuration complète composée d’une extension et d’une surélévation, cette maison est désormais dotée d’un atelier de peintre, pour la plus grande joie de son propriétaire, artiste. Une réalisation de l’atelier MAD, Myara Architecture & Design.
La surélévation, connectée à la construction d’origine, est réservée aux activités professionnelles et artistiques du propriétaire, tandis que la première maison est dédiée à la vie privée.

La surélévation, connectée à la construction d’origine, est réservée aux activités professionnelles et artistiques du propriétaire, tandis que la première maison est dédiée à la vie privée.
©DR

Le contexte et le projet


A l’origine, le bâti principal, une maison en R+ 1, est implanté sur le premier tiers sud de la parcelle. De l’autre côté de la cour extérieure, une annexe en rez-de-chaussée, non fermée fait office de salon d’été. Ancienne écurie, comme la maison principale, elle ne possède pas de vue sur la rue. « Le souhait du propriétaire peintre était de construire un atelier d'artiste sur sa parcelle déjà assez dense...Pour offrir un caractère privatif à l'atelier, je lui ai suggéré de ne pas y accéder par un escalier (perte de place,) mais plutôt par une passerelle qui ferai la connexion entre la maison existante (depuis le bureau) et l'atelier », raconte l’architecte Jonathan Myara.


La surélévation dessine un cube qui fait écho au volume trapu de la maison principale.

La surélévation dessine un cube qui fait écho au volume trapu de la maison principale.
©DR


Une solution d'extension astucieuse


« De cette manière, d'un point de vue légal, les deux bâtiments contigus ainsi reliés forment un seul et unique bâtiment sur la parcelle ! » Et on en a profité pour créer des ouvertures depuis l'atelier vers la cour, ce qui aurait été interdit par le PLU si les deux bâtiments étaient distincts. Une obligation de distance de 4 mètres minimum entre les deux doit être respectée dans ce cas. « Et c'est bien grâce à cette "astuce" qui a permis de contourner le PLU que le projet a pu voir le jour. Du coup, aucun souci particulier pour l'obtention du permis de construire », rajoute l’architecte.


La passerelle fait office de terrasse aux beaux jours.

La passerelle fait office de terrasse aux beaux jours.
©DR


Le choix de la surélévation ?


L'idée de privilégier la surélévation s’est vite imposée, car la cour était très agréable à vivre. En revanche, l'ancienne écurie (devenue depuis la restructuration salon d'été) n’était pas suffisamment solide pour construire dessus... « Nous avons donc démoli et reconstruit en maçonnerie traditionnelle (avec fondations) cette partie du rez-de-chaussée». L’occupation de l’atelier par intermittence ne justifiait pas une grosse dépense en termes de chauffage... donc, l'ossature bois s’est révélée, par elle-même, une très bonne enveloppe thermique...


Que pensez-vous de ce projet audacieux et astucieux?


La volumétrie de la surélévation reprend celle de la maison d’origine. Elle s’en distingue, esthétiquement, par un toit terrasse plus contemporain.

La volumétrie de la surélévation reprend celle de la maison d’origine. Elle s’en distingue, esthétiquement, par un toit terrasse plus contemporain.
©DR


Descriptif technique :

SHON : 35 m² de réhabilitation + 35 m² de neuf

Année de réalisation : 2013

Durée des travaux : 3 mois

Montant des travaux : 10 000 € HT, hors honoraires

Dispositif énergétique : convecteurs thermiques


Contact :

Atelier MAD, SCM Studio 9

100, bd de Belleville

75020 Paris

Tél. : 01 58 53 54 02 et 06 12 26 47 41

Mail : contact@atelier-mad.com


www.atelier-mad.com


La surélévation en ossature bois recouverte d’un bardage en douglas à claire-voie est construite au dessus du salon d’été. Les deux bâtiments sont désormais reliés par une passerelle et forment un ensemble unique, harmonieux, équilibré et cohérent.

La surélévation en ossature bois recouverte d’un bardage en douglas à claire-voie est construite au dessus du salon d’été. Les deux bâtiments sont désormais reliés par une passerelle et forment un ensemble unique, harmonieux, équilibré et cohérent.
©DR


L’accès à l’atelier se fait depuis l’étage du bâtiment principal par une passerelle en aluminium thermolaqué, comme les menuiseries.

L’accès à l’atelier se fait depuis l’étage du bâtiment principal par une passerelle en aluminium thermolaqué, comme les menuiseries.
©DR


Le bardage en douglas posé à la verticale dans le sens de la pluie offrira, au fil du temps, une patine plus homogène.

Le bardage en douglas posé à la verticale dans le sens de la pluie offrira, au fil du temps, une patine plus homogène.
©DR