Extension contemporaine d’une maison traditionnelle

Agnès Zamboni
En remplaçant une véranda vétuste par une extension moderne, cette maison en meulière a gagné un salon ouvert toute l’année sur le jardin.
L’extension offre une toiture terrasse légèrement en pente. Elle dessine une pièce transparente. A l’extérieur, la terrasse a été fabriquée en Ipé imputrescible et l’encadrement de la baie vitrée est habillé avec un bardage de chêne couleur caramel.

L’extension offre une toiture terrasse légèrement en pente. Elle dessine une pièce transparente. A l’extérieur, la terrasse a été fabriquée en Ipé imputrescible et l’encadrement de la baie vitrée est habillé avec un bardage de chêne couleur caramel.
©Ppil


Une transformation radicale



Cette extension, construite à la place d’une ancienne véranda, occupe l’espace maximum réglementaire octroyé par le PLU. De 27 m² autrefois occupé, on est passé à 30 m², mais le changement est total. « La véranda était perpendiculaire à la maison avec un jardin en forme de longue lanière. La nouvelle extension  forme un rectangle biseauté pour l’ouvrir sur la diagonale du jardin et éviter le vis-vis sur les voisins. Et cette pièce vouée à la détente et au repos est désormais directement connectée au jardin », raconte l’architecte Hortense Reynaud. La nouvelle construction en parpaings recouverts d’un enduit offre une façade entièrement vitrée avec des châssis à ouverture totale, pour dessiner une pièce dedans-dehors où la frontière entre l’intérieur et l’extérieur n’est pas palpable. Et la liaison indoor-oudoor est accentuée par une grande bibliothèque en bois qui fait écho aux lames rainurées de la terrasse et à son encadrement également boisé.



La bibliothèque dynamique en CP plaqué chêne offre un système mobile exclusif. On peut fermer toutes les étagères ou les ouvrir à loisir pour consulter les livres.

La bibliothèque dynamique en CP plaqué chêne offre un système mobile exclusif. On peut fermer toutes les étagères ou les ouvrir à loisir pour consulter les livres.
©Ppil




Des aménagements surprenants



Autre originalité de l’espace, son plafond sculpté culminant à 4 mètres est bien plus haut que celui de l’ancienne véranda. Il a été travaillé avec des plaques de plâtre à la façon d’un origami, selon un décor en pointes de diamant. Quant à la bibliothèque, elle dessine une sorte de mur en bois et offre un système dynamique de fermeture à clapets des étagères qui se rabattent de bas en haut, en fonction des besoins. Dans ce salon, le décor et le mobilier font aussi partie du désir de changement exprimé par les propriétaires, qui ont donné carte blanche à l’architecte pour dessiner un projet original avec notamment une bibliothèque au dessin unique. Et pour s’accorder à ce nouvel espace, ils ont privilégié du mobilier design.



Une grande faille vitrée du plafond court le long de la façade de l’ancienne maison. Dans le plafond sculpté en pointes de diamant, un éclairage à Leds a été intégré. Il flotte dans l’espace, avec beaucoup de légèreté.

Une grande faille vitrée du plafond court le long de la façade de l’ancienne maison. Dans le plafond sculpté en pointes de diamant, un éclairage à Leds a été intégré. Il flotte dans l’espace, avec beaucoup de légèreté.
©Ppil




Des jeux de lumière



Outre un travail sur les apports de lumière naturelle indispensables avec notamment la percée d’une faille dans le plafond, l’architecte a proposé un éclairage artificiel doux et aérien en intégrant des luminaires à Leds dans le l’architecture particulière du plafond. Comme des halos lumineux, ils éclairent la totalité de l’espace et mettent son origami immaculé en renforçant le jeu d’ombres et de lumière propre au pliage !



Avant, une véranda verrue qui n’apportait pas de lumière à l’intérieur de la maison de pierre meulière construite dans la première moitié du XXème.

Avant, une véranda verrue qui n’apportait pas de lumière à l’intérieur de la maison de pierre meulière construite dans la première moitié du XXème.
©Ppil




Réalisation :

Agence Demont Reynaud PPIL

Architecture et Urbanisme

Hortense Reynaud

6, rue du Vieux Versailles

78000 Versailles

Tél. : 01 30 21 12 68 et 06 61 98 99 78

Mail : h.reynaud@ppil.fr et ppil@ppil.fr

www.ppil.fr



Plan de coupe de l’extension qui prolonge l'ancienne maison de meulière pour créer une grande pièce à vivre de 30 m².

Plan de coupe de l’extension qui prolonge l'ancienne maison de meulière pour créer une grande pièce à vivre de 30 m².
©Ppil




Plan de l’extension mettant en avant l’orientation en biais de la construction et le dessin en diagonale de la terrasse.

Plan de l’extension mettant en avant l’orientation en biais de la construction et le dessin en diagonale de la terrasse.
©Ppil




Plan de la toiture de la nouvelle extension.

Plan de la toiture de la nouvelle extension.
©Ppil




Les cadres encastrés et les serrureries extrafines de la baie vitrée de 5 mètres de longueur ont été équipés de meneaux les plus fins possibles, pour donner l’impression d’une ouverture totale sur la nature environnante. Le sol de la pièce est recouvert d’une moquette textile acoustique. Canapés LC2, création Le Corbusier, édités par Cassina.

Les cadres encastrés et les serrureries extrafines de la baie vitrée de 5 mètres de longueur ont été équipés de meneaux les plus fins possibles, pour donner l’impression d’une ouverture totale sur la nature environnante. Le sol de la pièce est recouvert d’une moquette textile acoustique. Canapés LC2, création Le Corbusier, édités par Cassina.
©Ppil




Outre une fonction de protection des ouvrages anciens et fragiles, les clapets possèdent un design qui fait contrepoids.

Outre une fonction de protection des ouvrages anciens et fragiles, les clapets possèdent un design qui fait contrepoids.
©Ppil




Les passages existants entre la maison et l’extension ont été rhabillés avec des embrasures en ardoise pour marquer la transition entre les deux espaces. Console Bambi, création Benoît Convers, éditée par Ibride.

Les passages existants entre la maison et l’extension ont été rhabillés avec des embrasures en ardoise pour marquer la transition entre les deux espaces. Console Bambi, création Benoît Convers, éditée par Ibride.
©Ppil




Tout en composant des étagères qui font contrepoids, les clapets dessinent un ensemble où le bois est roi, assurant une continuité visuelle avec la terrasse.

Tout en composant des étagères qui font contrepoids, les clapets dessinent un ensemble où le bois est roi, assurant une continuité visuelle avec la terrasse.
©Ppil




Détail du plafond en origami avec intégration de l’éclairage (Downut, chez Modular).

Détail du plafond en origami avec intégration de l’éclairage (Downut, chez Modular).
©Ppil