Une extension de maison en bois au bord de l’eau

Agnès Zamboni
Elle s’étire en longueur sur une terrasse, avec vue sur la Seine. Et elle respecte l’environnement, autant que faire se peut ….
La maison a été construite sur la plate-forme haute tout en conservant le mur de soutènement en pierre d’origine. La dalle de la partie droite hors-sol a été posée sur des plots en béton.

La maison a été construite sur la plate-forme haute tout en conservant le mur de soutènement en pierre d’origine. La dalle de la partie droite hors-sol a été posée sur des plots en béton.
©DR

Des débuts difficiles


«Nous avions acquis la petite maison à gauche sur ce terrain. Nous l’avons habité avec le projet non réalisable de faire construire dans cette zone inondable. L’architecte Marc Lafagne nous a proposé de construire sur la partie non inondable et d’étendre la construction existante sur la gauche à l’ouest en s’appuyant sur le pilier de l’atelier existant à droite. Aujourd’hui, l’ancienne maison est devenue le lieu de travail de mon épouse, et l’atelier a été démoli», explique Jean-François Rubio, largement impliqué dans ce chantier, car en tant que propriétaire, il en a aussi assuré la décoration intérieure.


Prolongeant le pavillon existant la maison s'étire sur toute la largeur du terrain en un bâtiment étroit, ouvert largement au sud. Le séjour orienté au sud et à l’ouest profite désormais d’une terrasse en léger surplomb.

Prolongeant le pavillon existant la maison s'étire sur toute la largeur du terrain en un bâtiment étroit, ouvert largement au sud. Le séjour orienté au sud et à l’ouest profite désormais d’une terrasse en léger surplomb.
©DR


Le bois dans tous ses états


Un jeu subtil entre sols naturels et sols artificiels créent des rythmes et brisent la longueur du bâtiment. La maison alterne bardage en mélèze massif non traité qui grisaille avec le temps et panneaux de Fundermax, un stratifié composé d’un mélange de sciure de bois et de résine et pressé et collé à chaud. A l’intérieur, la jonction des deux bâtiments s’effectue par la galerie de l’entrée. La maison réalisée en six mois a nécessité un peu plus de matière qu’un chantier classique en ossature bois. Elle possède plus d’inertie thermique pour accentuer le confort en été, accumuler la chaleur et la restituer avec un décalage. Les murs en  panneaux de Leno ® de FinnForest sont isolés avec 80 mm de laine de bois à l’extérieur et 45 mm de laine minérale à l’intérieur. Les planchers sont protégés par de la ouate de cellulose.


Les volumes, au nord, accueillant les chambres, ont été recouverts de panneaux de Fundermax, un matériau inerte et durable et des patios au nord offrent des paysages alternatifs.

Les volumes, au nord, accueillant les chambres, ont été recouverts de panneaux de Fundermax, un matériau inerte et durable et des patios au nord offrent des paysages alternatifs.
©DR


Une gestion rigoureuse des énergies


Le propriétaire était prêt à tenter l’expérience sans installation de chauffage électrique. Mais on a tout de même passé les tuyaux. Le chauffage est assuré par un poêle à granulés de bois. Le système de ventilation double flux avec un échangeur récupérateur de chaleur permet de récupérer de précieuses calories. Avec des pièces de vie exposées au Sud, les apports solaires gratuits sont conséquents. On a constaté une utilisation très limitée des panneaux électriques radiants dans les chambres et des sèche-serviettes dans la salle de bains. Un peu moins de la moitié de l’eau chaude sanitaire est produite par un ballon chauffé par des capteurs solaires, et un complément électrique assure le reste de la production. Un système de récupération de l’eau permet d’arroser le jardin ou de laver les voitures. Que pensez-vous de toutes ces performances ?


La terrasse en bois exotique profite à la pièce à vivre, tout en mettant la maison à l’abri des inondations.

La terrasse en bois exotique profite à la pièce à vivre, tout en mettant la maison à l’abri des inondations.
©DR


Descriptif technique :

SHON : 150 m²

Année de construction: 2008

Durée de l’étude : non communiquée

Durée des travaux : 8 mois

Montant des travaux : 290 000 € HT (en sus honoraires de l’architecte 34 788  €, certains travaux ont été aussi réalisés par le propriétaire, donc pas de coût de main-d’œuvre)

Dispositif énergétique: poêle bois à granulés et complément par radiateurs électriques, VMC double flux avec récupérateur de chaleur, panneaux solaires thermiques pour eau chaude

Performances énergétiques : presque passive.


Réalisation :

Marc Lafagne, architecte DPLG

9, rue Elisabeth

94200 Ivry-sur-Seine

Tél. : 01 45 21 12 48 et 06 83 37 34 52

Mail : marc.lafagne@wanadoo.fr


Aménagement intérieur et décoration :

Jean-François Rubio

45, Quai Maréchal Leclerc

77590 Chartrettes

Tél. : 06 08 96 56 01

Mail : jfrubio@orange.fr