Une grange du Perche réhabilitée en maison de campagne

Agnès Zamboni
Une rénovation de charme : ce n’était qu’une vieille grange perdue dans les broussailles. L’architecte DPLG Didier Barray a su tirer partie de tout l’espace à sa disposition.
La maison après réfection de l’extérieur : mise en place des fenêtres de toit (lucarnes) pour rendre habitable le second niveau sous les combles ; pose de volets en bois peint en blanc, et création d’ouvertures sur le mur pignon qui donne sur la campagne et un petit cours d’eau.

La maison après réfection de l’extérieur : mise en place des fenêtres de toit (lucarnes) pour rendre habitable le second niveau sous les combles ; pose de volets en bois peint en blanc, et création d’ouvertures sur le mur pignon qui donne sur la campagne et un petit cours d’eau.
©DR

Une construction d’autrefois


« Cette maison était autrefois la grange de la ferme d’un manoir du Perche. Elle a certainement été initialement construite au XVIIème siècle, puis agrandie. Seul le rez-de-chaussée, surmonté par un grenier à foin, avait été habité, dans les années 1950, puis abandonné pendant de nombreuses années », raconte Didier Barray, architecte. Il a fallu donc défoncer les sols existants, les assainir et les isoler avec un principe de lit de sable, et mettre en place des tirants pour stabiliser les murs. La restauration d’une bâtisse très ancienne ne s’improvise pas, mais réclame un examen approfondi de l’ensemble de la construction pour une reprise globale.


Dans le salon, coiffé d’une poutraison peinte en blanc, le sol est nappé de pierre de Dordogne. Dans cet espace, désormais clair et lumineux, la cheminée créée par l’architecte, semble toujours avoir été là.

Dans le salon, coiffé d’une poutraison peinte en blanc, le sol est nappé de pierre de Dordogne. Dans cet espace, désormais clair et lumineux, la cheminée créée par l’architecte, semble toujours avoir été là.
©DR


Un an de travaux


Un an de gros travaux, à l’extérieur et à l’intérieur de la bâtisse, a été nécessaire pour lui redonner vie : réfection de la toiture, création de nouvelles ouvertures, création d’un plancher au second niveau en soupente et d’un escalier pour y accéder. Une grande partie du budget a été consacré à l’isolation, avec un doublage des murs et la mise en place de fenêtres à double vitrage. Une VMC double flux a été aussi installée. Le premier niveau est équipé d’un plancher chauffant, et le second, de radiateurs. Tous les sols du rez-de-chaussée ont été rénovés avec du grès cérame et de la Pierre de Dordogne, et un plancher en chêne blanchi, à l’étage.


Une cuisine digne de la campagne anglaise (meubles Ikea) avec des murs peints en bleu ciel.

Une cuisine digne de la campagne anglaise (meubles Ikea) avec des murs peints en bleu ciel.
©DR


Les choix déco


L’intérieur développe un style russo-anglais, teinté de rusticité raffinée. Les couleurs pastel des murs adoucissent les matériaux authentiques, le bois de la charpente, la pierre apparente des murs. Des teintes plus denses dynamisent l’espace. Les propriétaires, respectivement anglais et américain, qui avaient beaucoup voyagé notamment en Russie, ont souhaité mettre en scène tous leurs trésors dans un esprit de collection et d’accumulation, baroque et bohème. Au second niveau, des reproductions de tableaux jouent l’esprit galerie, dans le couloir. Vivant et accueillant, sans concept directif particulier, l’intérieur dessine un espace accueillant.


Aimez-vous cette maison à la décoration libre orchestrée par ses propriétaires ?


La nouvelle façade de la maison avec ses chiens assis en toiture et ses portes fenêtres qui laissent entrer la lumière.

La nouvelle façade de la maison avec ses chiens assis en toiture et ses portes fenêtres qui laissent entrer la lumière.
©DR


Réalisation :

Didier Barray, architecte d’intérieur

19, avenue de Parmentier

75011 Paris.

Tél. : 01 43 14 68 87

www.didierbarray.fr


Descriptif technique :

SHON : 300 m²

Année de création : 2011

Durée de l’étude : 6 mois

Durée des travaux : 1 an

Montant des travaux : non communiqué

Dispositif énergétique : chauffage, au fuel, par le sol et radiateurs

Performances énergétiques : non communiquées


Dans la salle de bains, on se croirait dans un tableau de Wassily Kandinsky. Peintures, Farrow and Ball.

Dans la salle de bains, on se croirait dans un tableau de Wassily Kandinsky. Peintures, Farrow and Ball.
©DR


Dans cette chambre d’inspiration tzigane, on se croirait dans une roulotte avec toute la chaleur des couleurs chatoyantes des coussins et du plaid fabriqué avec des carrés confectionnés au crochet.

Dans cette chambre d’inspiration tzigane, on se croirait dans une roulotte avec toute la chaleur des couleurs chatoyantes des coussins et du plaid fabriqué avec des carrés confectionnés au crochet.
©DR


L’escalier en bois pour monter à l’étage, l’ancien grenier, a été créé de toutes pièces. Les éléments de la charpente animent l’espace.

L’escalier en bois pour monter à l’étage, l’ancien grenier, a été créé de toutes pièces. Les éléments de la charpente animent l’espace.
©DR


Des pièces en enfilade desservies par un dégagement latéral. Au rez-de-chaussée, l’entrée sépare le salon de la cuisine. Un petit couloir sépare les espaces de réception d’une première chambre et de sa salle de bains qui jouxtent le cellier et le garage.

Des pièces en enfilade desservies par un dégagement latéral. Au rez-de-chaussée, l’entrée sépare le salon de la cuisine. Un petit couloir sépare les espaces de réception d’une première chambre et de sa salle de bains qui jouxtent le cellier et le garage.
©DR


Au premier, sous les combles, le couloir dessert 3 chambres accompagnées de leurs salles de bains respectives, et un atelier.

Au premier, sous les combles, le couloir dessert 3 chambres accompagnées de leurs salles de bains respectives, et un atelier.
©DR