Un loft atypique sur trois niveaux à Reims

Agnès Zamboni
A Reims, dans le quartier branché du Boulingrin, un loft atypique sur trois niveaux. La surface de 4 studios vétustes, le volume d’une cage d’escalier, une bonne dose d’audace et le talent d’un architecte intérieur et designer rémois : voici tous les ingrédients de cette rénovation, de grande ampleur, menée avec brio par Carlos Pujol.
Un salon qui cultive le goût de la brocante et des associations libres. Comme une installation narrative, il raconte une histoire du mobilier à travers quelques sièges…

Un salon qui cultive le goût de la brocante et des associations libres. Comme une installation narrative, il raconte une histoire du mobilier à travers quelques sièges…
©A-C Scoffoni

Un sacré chantier !


« On a tout démoli, même la toiture qui a complètement disparu au profit de la création d’un 3ème niveau avec une terrasse tout en zinc. On aménagé les pièces de nuit au 1er étage, un peu sombre, une grande et lumineuse pièce à vivre au second, en capturant la lumière par le sol, et un bureau, au 3ème niveau ,  qui s’ouvre sur la terrasse. Des travaux herculéens pour cette ancienne grange à foin …», raconte  Carlos Pujol. Une surface de 300 m² pour ce triplex où on a récupéré le volume de la copropriété, qui s’est ajouté au 166 m² habitables d’origine, distribué sur deux niveaux. On a pratiquement doublé la surface initiale. Et pour supporter le 3ème étage, il  a fallu mettre en place un linteau de 2,8 tonnes. Et il a fallu aussi capturer la lumière naturelle par le biais d’une dalle de verre, pour  répondre au souhait principal des propriétaires qui désiraient, avant tout, une agréable pièce à vivre. Comme dans les pays latins, on a aménagé les pièces de sommeil qui réclament de la fraîcheur et peu de lumière au 1er niveau. 


Mise place d’un linteau de 2,8 tonnes, des plus spectaculaires, pour supporter le 3ème niveau du triplex.

Mise place d’un linteau de 2,8 tonnes, des plus spectaculaires, pour supporter le 3ème niveau du triplex.
©DR


Un esprit déco singulier


Côté déco, aménagement et mobilier, Carlos Pujol a joué la carte du décalage de styles et de l’éclectisme en mixant couleurs vives et effets graphiques en association avec d’anciens matériaux de récupération, pour conserver l’âme du lieu. Les murs de la cuisine ont été décapés au burin pneumatique pour retrouver le joli rouge de la brique et dessiner un effet de contraste avec les autres murs en pierre blanche. Au sol, parquet en chêne de récupération et réédition de carreaux ciment. « J’ai choisi deux modèles différents, comme s’ils avaient toujours été là et correspondaient aux sols d’anciennes pièces existantes et décloisonnées ». Du mobilier sur mesure cohabite avec des pièces uniques, des accessoires et des éléments hétéroclites que les propriétaires possédaient avant leur nouvelle acquisition. Carlos Pujol a proposé des solutions pour les intégrer, comme ces anciennes caisses à vin dépareillées qui jouent les casiers de rangement dans le salon. Et il a fallu deux jours à deux personnes, équipées d’une perceuse à colonne, pour perforer les 485 BD qui habillent le poteau de soutènement, situé dans cette même pièce.


Un bureau en aile d’avion, création Carlos Pujol, cohabite avec un fauteuil customisé par Moon SL, pièce unique numérotée d’une jeune artiste d’Angoulême, réalisée à partir d’un modèle en plastique de « Qui est Paul ? ». Les placards aux façades miroitantes réfléchissent et agrandissent encore l’espace.

Un bureau en aile d’avion, création Carlos Pujol, cohabite avec un fauteuil customisé par Moon SL, pièce unique numérotée d’une jeune artiste d’Angoulême, réalisée à partir d’un modèle en plastique de « Qui est Paul ? ». Les placards aux façades miroitantes réfléchissent et agrandissent encore l’espace.
©A-C Scoffoni


La règlementation en question


Mais avant d’affronter les difficultés techniques pour créer un nouvel étage, Carlos Pujol a du batailler pour l’obtention du permis de construire, qui été très compliquée. La collaboration du directeur du service d’urbanisme de la ville de Reims, Michel Fallon, a été très précieuse. « Sans son aide, le projet n’aurait certainement pas pu aboutir et être accepté par l’ABF (Architecte des Bâtiments de France) de Reims », rappelle Carlos Pujol.


L’escalier décline la gamme chromatique, comme un nuancier : les contremarches partent des bruns chocolats en passant par les jaunes, orangés, rouges et jusqu’aux verts et bleus, dessinant une transition verticale des différents niveaux et espaces.

L’escalier décline la gamme chromatique, comme un nuancier : les contremarches partent des bruns chocolats en passant par les jaunes, orangés, rouges et jusqu’aux verts et bleus, dessinant une transition verticale des différents niveaux et espaces.
©A-C Scoffoni


Réalisation : 

Carlos Pujol, architecte d’intérieur et designer

Tél. : 06 11 34 07 48

Mail : contact@carlos.fr

Calligaris : www.calligaris.eu

Duravit : www.duravit.fr

Carodéco : www.carodeco.com

Kartell : http://www.kartell.it/global.aspx?idLingua=FR

Corian : www.corian.fr


Descriptif technique :

SHON : 300 m²

Année de création : 2011

Durée de l’étude : 2 mois

Durée des travaux : 8 mois

Montant des travaux : 250 000 € HT (honoraires compris)

Dispositif énergétique : pompe à chaleur air/eau raccordée sur plancher chauffant avec système de rafraîchissement (1er et 2ème niveau) et système de climatisation réversible (3ème  niveau)

Performances énergétiques : non communiquées.


Au 1er niveau, trompe-l’œil de portes moulurées et peintes redimensionnées qui contrastent avec des murs tapissés d’archives, aux teintes plus neutres, de Paris Match.

Au 1er niveau, trompe-l’œil de portes moulurées et peintes redimensionnées qui contrastent avec des murs tapissés d’archives, aux teintes plus neutres, de Paris Match.
©A-C Scoffoni