Rénovation et extension : le Lycée Albert Camus voit rouge !

Agnès Zamboni
Pas de panique, c’est la couleur choisie par les architectes Brigitte Helin et Hilda Sebbag pour signer la réhabilitation et la requalification d’un lycée de Nîmes, qui avait bien besoin d’un coup de neuf.
Le rouge donne le ton avec des « fanions » lumineux en verre fixés sur le mur rideau de la façade d’entrée. Ils servent de repère visuel dans la ville.

Le rouge donne le ton avec des « fanions » lumineux en verre fixés sur le mur rideau de la façade d’entrée. Ils servent de repère visuel dans la ville.
©B. Werhlé

Un contexte particulier


Un terrain en double pente, une entrée sans présence réelle, une petite façade de 40 mètres, qui contrastait avec la profondeur du site s’étirant sur 180 mètres constitué de sept bâtiments, dont un de 170 mètres de long, perpendiculaire à la pente… Pour ce lycée construit dans les années 1960, beaucoup de contraintes. Achevé au printemps dernier, la dernière phase de ce projet comprenait 1548 m² d’extension, 4548 m² de réhabilitation et 13500 m² de mise en sécurité et accessibilité. Le maître d’ouvrage avait fixé deux objectifs pour le concours, gagné par  l’agence Hellin Sebbag Associés : la construction d’un bâtiment destiné à la nouvelle filière Sciences et Techniques de Laboratoire (STL) et la requalification de l’entrée de l’établissement.


En extension au rez-de-chaussée sur cour, un petit corps de bâtiment central entièrement vitré est dédié à la « vie scolaire ».

En extension au rez-de-chaussée sur cour, un petit corps de bâtiment central entièrement vitré est dédié à la « vie scolaire ».
©B. Werhlé


La méthode Hellin Sebbag


La désobéissance de l’architecte est légendaire et fait toujours d’un projet, une réussite. Plutôt que de construire le nouveau bâtiment dans la cour, comme suggéré par le programme, les architectes ont répondu aux deux objectifs d’une façon différente : ils ont combiné la création du nouveau bâtiment STL avec la revalorisation de l'entrée en une seule et même intervention : le laboratoire, construit sur pilotis, s’est glissé sur deux niveaux dans la « dent creuse » laissée à l’entrée, et s'est aligné sur les bâtiments mitoyens. Sa façade, entièrement vitrée, est désormais ponctuée de "fanions" en verre rouge qui s'illuminent la nuit. Et ce choix d’implantation a permis de conserver la cour arborée, tout en laissant un accès libre à la salle de conférence.


A l’intérieur des bâtiments, le rouge est aussi un élément signalétique fort. Il nappe les espaces avec un linoléum rutilant pour les couloirs et circulations, dans le nouveau bâtiment STL, comme dans les anciens.

A l’intérieur des bâtiments, le rouge est aussi un élément signalétique fort. Il nappe les espaces avec un linoléum rutilant pour les couloirs et circulations, dans le nouveau bâtiment STL, comme dans les anciens.
©A. Lautier


Un chantier complexe


Aux termes des 3 années de chantier, pendant lesquelles le lycée est resté occupé, les adjonctions, dont également, une agréable cafétéria, n’ont représenté que 18% du bâti total. Et dans ce projet, beaucoup de travail fastidieux est invisible, comme la reprise totale des installations électriques. Le bâtiment neuf a coûté environ 3 500 000 € et la réhabilitation 7 400 000 € HT.


Pensez-vous, comme Brigitte Sellin et Hilda Sebbag, qu’il est « inutile de tout démolir, et qu’en quelques touches bien placées, enlevées ou rajoutées, on peut remettre aux normes et changer l’image d’un bâtiment »?


L’arrière du bâtiment a été surélevé pour accueillir une cafétéria dotée d’une large terrasse couverte très appréciée des élèves. On y accède, depuis la cour, par un escalier suspendu peint en rouge.

L’arrière du bâtiment a été surélevé pour accueillir une cafétéria dotée d’une large terrasse couverte très appréciée des élèves. On y accède, depuis la cour, par un escalier suspendu peint en rouge.
©B. Werhlé


Contact :

Hellin-Sebbag architectes associés

10, rue Emile Zola

34000 Montpellier

Tél. : 04 67 58 85 71

Et

10, rue Boileau,

75016 Paris

Tél. : 01 42 24 90 90

Mail : hellin.sebbag.p@wanadoo.fr 

www.architectes.org/portfolios/hellin-sebbag


Ancienne cour du lycée Albert Camus : son seul atout, des arbres…

Ancienne cour du lycée Albert Camus : son seul atout, des arbres…
©B. Werhlé


Le vaste porche théâtralisé assure désormais plusieurs fonctions. La grande sous-face en résille métallique rouge du laboratoire devient un vaste porche. Il abrite le nouveau hall d'entrée conçu dans une courbe vitrée, et prolonge la salle de conférence. Il offre aussi aux élèves de l'établissement le préau couvert qui leur manquait. La lasure rouge des poteaux du porche accompagne le cheminement depuis la rue jusqu’à la cour.

Le vaste porche théâtralisé assure désormais plusieurs fonctions. La grande sous-face en résille métallique rouge du laboratoire devient un vaste porche. Il abrite le nouveau hall d'entrée conçu dans une courbe vitrée, et prolonge la salle de conférence. Il offre aussi aux élèves de l'établissement le préau couvert qui leur manquait. La lasure rouge des poteaux du porche accompagne le cheminement depuis la rue jusqu’à la cour.
©B. Werhlé


Ancien escalier qui ne permettait pas l’accessibilité aux handicapés.

Ancien escalier qui ne permettait pas l’accessibilité aux handicapés.
©B. Werhlé


Bardage en Eternit et verrière rouge pour les coursives et le nouvel ascenseur.

Bardage en Eternit et verrière rouge pour les coursives et le nouvel ascenseur.
©B. Werhlé


L’ancienne entrée frontale d’origine du lycée Albert Camus, située avenue Georges Pompidou à Nîmes. Une entrée anonyme, sans signalétique, on se croirait sur un site industriel…

L’ancienne entrée frontale d’origine du lycée Albert Camus, située avenue Georges Pompidou à Nîmes. Une entrée anonyme, sans signalétique, on se croirait sur un site industriel…
©Hellin-Sebbag