Une surélévation atypique qui met en valeur l’ancien

Agnès Zamboni
Elle se pose comme un diadème sur le toit d’une ancienne échoppe bordelaise. C’est l’œuvre pleine de poésie de l’architecte bordelais Bertrand Nivelle qui a reçu, en septembre, le Prix de la Surélévation Agora 2012.
Une échoppe bordelaise typique de la ville, sans étage, mais avec une façade particulièrement ouvragée, où travaillait et vivait autrefois un commerçant.

Une échoppe bordelaise typique de la ville, sans étage, mais avec une façade particulièrement ouvragée, où travaillait et vivait autrefois un commerçant.
©Paul Kozslowski

Une longue histoire


« Dans cette maison dotée de peu de chambres, les propriétaires rêvaient d’un étage supplémentaire. Le PLU autorisait  6,50 m de hauteur totale pour une surélévation. Mais la maison existante faisait déjà 5,50 m ! Les 2 architectes précédents avaient déjà déposé des dossiers qui se sont vus refusés. On est allé jusqu’au maire de Bordeaux. On n’a pas lâché. On a tenu tête, car il n’y avait pas de raison qu’on n’y arrive pas », raconte Bertrand Nivelle, qui a vécu un parcours compliqué, jusqu’à l’obtention du permis de construire.


Sept yeux dont un plus grand au centre. Trois petits d’un côté, et trois de taille moyenne de l’autre.

Sept yeux dont un plus grand au centre. Trois petits d’un côté, et trois de taille moyenne de l’autre.
©Paul Kozslowski


Enfin, la mise en œuvre


Il n’y a pas eu de création de surface dans les combles existants. Et l’on a pu rajouter un étage et une nouvelle toiture sur l’ancien toit que l’on a ouvert qu’au dernier moment. Le suivi des écoulements et des chenaux, le raccordement des fluides ont été effectués sur l’existant. Tous les éléments ont été montés à plat. La façade en zinc sur rue a été créée dans le gabarit du PLU. Et la façade en pierre a été ravalée. L’escalier présent dans la maison a été prolongé pour accéder au nouveau volume qui accueille 2 chambres d’enfant, une salle de jeux et une salle de bains avec toilettes.


L’extension accueille un grand rayon de lumière, et donne à voir les toits de Bordeaux, tout en conservant l’intimité.

L’extension accueille un grand rayon de lumière, et donne à voir les toits de Bordeaux, tout en conservant l’intimité.
©Paul Kozslowski


L’alliance du zinc et de la pierre


La brillance du zinc s’oppose à la matité de la pierre magnifiée. Et sur la façade en pierre qui ne reçoit jamais de soleil, les surfaces concaves et convexes du zinc capturent la couleur de la pierre. « J’ai cherché une idée qui s’accorde avec les frises et les sculptures existantes de la façade, qui n’était pas encore ravalée. J’ai introduit de la courbure avec un dessin d’œil. J’ai imaginé 7 oculus, un chiffre symbolique qui se rapporte au n° de la rue Mondenard, où elle est située, à Bordeaux, le 106 (1 + 6 = 7). Et les yeux en verre bombé, comme un masque de scaphandrier permettent de voir sans être vu…».


L’espace à l’architecture organique  a des accents futuristes. Tous les yeux sont de vraies fenêtres que l’on peut ouvrir pour l’aération.

L’espace à l’architecture organique a des accents futuristes. Tous les yeux sont de vraies fenêtres que l’on peut ouvrir pour l’aération.
©Paul Kozslowski


Que pensez-vous de cette signature esthétique différente qui offre une alternative au style contemporain épuré, pratiqué par nombre d’architectes ? 


Réalisation :

Bertrand Nivelle Architecture

Architecte DPLG

17, rue Professeur Demons

33000 Bordeaux

Mail : agence@bertrandnivelle.com

Tél. : 06 85 21 22 39

www.bertrandnivelle.com


 


Descriptif technique :

SHON : Maison d’origine : 140 m². Surélévation : + 70 m²

Année de création : 2009/2010

Durée de l’étude : 3 à 4 mois

Durée des travaux : 8 mois

Montant des travaux : 128 000  € HT  (hors honoraires)

Dispositif énergétique : Chaudière à condensation

Performances énergétiques : non communiquées

Vmzinc : www.vmzinc.fr


Le zinc dessine un passage entre les tuiles du toit et la pierre. La maison a reçu le Prix de la Surélévation Agora 2012.

Le zinc dessine un passage entre les tuiles du toit et la pierre. La maison a reçu le Prix de la Surélévation Agora 2012.
©Paul Kozslowski