Les Sauternes, du miel liquide, parfumé et magique, pour les fêtes

Alix Baboin-Jaubert
Selon le millésime, le viticulteur, le terroir et l’air du temps, les Sauternes nous offrent une palette de saveurs, du moelleux au doux, de l’acidulé aux plus légers…A déguster pour les fêtes, mais pas seulement, et avec quelques amis.
Une seule règle pour réussir un accord met-vin avec du Sauternes : lui éviter la confrontation avec plat doux comme le foie gras par exemple et les desserts trop sucrés. Les accords contrastés sont préférables et notamment avec des plats acidulés.

Une seule règle pour réussir un accord met-vin avec du Sauternes : lui éviter la confrontation avec plat doux comme le foie gras par exemple et les desserts trop sucrés. Les accords contrastés sont préférables et notamment avec des plats acidulés.
©DR

Le renouveau du Sauternes s’exprime pleinement dans cette dégustation comparative. L’exercice constituait à déguster des mets donnant des accords assez audacieux et qui, ma foi, ouvraient de nouvelles perspectives. Point ici de fromage bleu, de chocolat, mais des plats francs et nouveaux, plein de création.


Un magret de canard mariné, avec de fines tranches de céleri cru, une sauce orange-café, il fallait oser ! Mais le château de Commarque allait bien avec sa fraicheur, son équilibre en bouche, sa pointe d’amertume finale. Un délice innovant.


Le lieu jaune confit et cru avec fenouil et citron, s’accordait pleinement avec le So Sauternes 2010, robe couleur or brillant, nez d’iris et de poire confite, d’une rondeur plaisante, relevé par un caractère fruité et une jolie longueur en bouche. On aurait pu le déguster aussi à l’apéritif avec des bouchées marines.


Les figues de Sollies, rôties à la vanille, crème crue, s’accommodaient d’un Promesse de Rabaud-Promis : son nez d’ananas, ses arômes d’agrumes et de miel d’acacia, se révélait en bouche avec des saveurs de fruits confits, d’abricots mûrs, une vraie gourmandise à soi tout seul.  


On goûtait aussi  le château la Bouade 2010, cuvée Coccinelle, à la robe soutenue dorée, aux arômes de pain d’épices, à la saveur fruitée. 13,50 euros tel : 05 56 27 30 53.



  • Le château Barbier 2010, à teinte dorée, arômes de fruits secs et fleurs blanches, à la bouche miellée et fleurie. 14 euros, tél : 05 57 98 08 08.

  • Le château Armajan des Ormes 2010, élevé en barrique de 18 à 24 mois, au bouquet d’épices douces, de poivre et fruits confits. 22 euros, tél : 05 56 62 35 78.

  • Promesse de Rabaud-Promis,  tél : 05 56 76 67 38.

  • Château de Commarque, tél : 05 56 76 60 37

  • So Sauternes, tél : 05 56 63 27 66.