Le gingembre, l’aromate des plaisirs

Clément Martin
Reconnue à travers le monde comme épice et remède de médecine, le gingembre possède une réputation sulfureuse comme aphrodisiaque, dont la saveur orientale légèrement piquante apporte une touche d’exotisme.
Rhizome charnu et généreux, le gingembre procure un véritable voyage pour les sens, avec sa saveur chaude et piquante proche du citron. Emincé, en confit, dans une boisson ou un plat, il insuffle une sensation de fraîcheur intense.

Rhizome charnu et généreux, le gingembre procure un véritable voyage pour les sens, avec sa saveur chaude et piquante proche du citron. Emincé, en confit, dans une boisson ou un plat, il insuffle une sensation de fraîcheur intense.
©WavebreakmediaMicro pour Fotolia.com

Plante vivace des milieux tropicaux, le gingembre trouve son origine en Asie, où son rhizome est employé dans la cuisine et la médecine traditionnelle. D’une hauteur de 90 cm, il se déploie en longues feuilles persistantes et parfumées, alors que les fleurs présentent un blanc maculé de rouge sur les bords. Il tire son nom d’une dérivation du sanskrit signifiant « en forme du bois de cerf », qui a évolué en zingiber en latin. Originaire d’Inde ou de Chine, le gingembre est utilisé depuis plus de 5 000 ans en cuisine. Il est l’une des premières épices à faire son entrée dans le monde occidental au Ier siècle av. J.-C. par les marchands arabes. Considéré comme une plante magique, l’aromate connaît son succès dès le Moyen-Age comme aphrodisiaque. Mais ses vertus ne s’y limitent pas, servant à combattre l’asthme, à faciliter la digestion ou à éviter les nausées.


Si aujourd’hui le gingembre se cultive dans toutes les régions chaudes de la planète, la saveur et la qualité du rhizome évolue selon les lieux de culture. Ainsi le gingembre jamaïcain possède une certaine délicatesse de goût, alors que l’africain est le plus corsé et l’indien joue sur des notes citronnées. Mais l’épice peut également se cultiver à la maison ; il vous suffit de prélever une jeune pousse à planter dans un pot. Avec un arrosage régulier et une terre bien irriguée, la plante a juste besoin d’un peu de soleil pour croître. Attention aux périodes hivernales, car le rhizome doit être rentré à l’intérieur de la maison, supportant mal le gel. Lorsque les pousses auront atteint un minimum de 7 cm, vous pourrez les employer dans votre cuisine. Pouvant se conserver jusqu’à plusieurs semaines, vous pouvez les entreposer sur une tablette au réfrigérateur, ou à l’air libre comme les oignons ou les pommes de terre.


Charnues et juteuses, les racines possèdent un goût doux ou fort selon la maturité du rhizome, permettant de relever le goût des aliments que le gingembre accompagne. Largement employé en Inde ou en Chine, l’épice est parti à la conquête des cuisines du monde, devenant un indispensable. Son délicat parfum est idéal avec un plat de poisson, ou de fruits de mer, afin de couvrir leurs odeurs parfois trop fortes. Il s’intègre dans les préparations de marinades, de sauces, de vinaigrettes et même de mélange d’épices. En version confit, il permet de rafraichir le palais entre deux bouchées de sushis, de sashimi ou de maki. Même la pâtisserie n’a pas résisté devant son délicat parfum, comme le gâteau hongrois de gingembre frais. En poudre, son goût se modifie, ce qui empêche de les substituer l’un à l’autre, mais il reste idéal dans la préparation d’un pain d’épice.


En termes de boissons, vous pourrez vous délecter avec une bière de gingembre de la Jamaïque ou avec de la ginger ale au Canada. Pour les plus aventureux, essayez le Gnammankoudji d’Afrique au goût intense, réputé pour ses vertus aphrodisiaque. Réalisez un jus tonique pour vos petits déjeuners, en passant dans une centrifugeuse du gingembre avec du concombre et du citron. Une promesse de tonus pour la journée !


Avec son agréable parfum d’Orient, le gingembre apporte une saveur chaude et piquante proche du citron. Qui sait si sa légende d’aphrodisiaque est vraie, mais rien ne vous empêche de tenter l’expérience à l’image de Madame du Barry, qui en servait à chacun de ses amants.