Le surimi à toutes les sauces pour varier les plaisirs !

Alix Baboin-Jaubert
En 20 ans, le surimi, spécialité tout droit venue du Japon, a conquis le cœur des Français. 76 % en consomment, et parmi ceux-ci, 43 % en mangent plusieurs fois par mois. Mais de quoi est-il composé et comment l’accommoder au mieux ?
Poisson préféré des enfants, le surimi se déguste avec les doigts.

Poisson préféré des enfants, le surimi se déguste avec les doigts.
©Philippe Asset

Source de nutriments et en particulier de protéines, le surimi est composé de filets et chairs de poissons nobles, de blanc d’œuf, féculent et un peu d’huile de colza. Il est donc riche en protéines, source d’oméga 3 et de vitamine B12. Pauvre en sucre, il apporte assez peu de matières grasses et d’énergie. Jeunes, adultes, femmes enceintes, personnes âgées, tout le monde en consomme sans problème. Du reste, les dames qui font « attention à leur ligne » le savourent à toutes les sauces, surtout celles à base de fromage blanc aux herbes.


Dans la tradition japonaise, vieille de 4 siècles, le surimi était connu sous le nom de « Kamaboko » qui signifie « mode de conservation du poisson ». Cette spécialité était cuisinée de façon artisanale par les femmes des pêcheurs à partir des poissons à chair blanche. Les morceaux de poisson étaient émiettés, rincés à l’eau douce et assaisonnés. On modelait ensuite cette chair dans du sel, en forme de gâteaux ou de pains qui étaient cuits à la vapeur. Une fois cuit, le kamaboko était découpé et dégusté avec des sauces diverses. On pouvait ainsi déguster du poisson toute l’année en dehors des périodes de pêche.


Le surimi étant préparé sous diverses formes, en bâtonnets, en effilochés… vous pouvez non seulement le mettre dans tout type de salades, mais aussi dans les terrines, omelettes, gratins, cakes, quiches, pains, pizzas, et bien d’autres. Bref, mettez-le à toutes les sauces !


Pour partager leur engouement du surimi, les amateurs de gastronomie sont invités à exprimer leurs talents en créant des recettes nouvelles en s’inspirant de leur région. Les fabricants français de surimi et l’Atelier des Chefs organisent la première Coupe de France du Surimi. Ce concours inter-régional invite 9 équipes de cuisiniers amateurs à se livrer à des joutes culinaires dans 9 villes de France en imaginant des recettes de leur région. Les épreuves se déroulent dans les Ateliers des Chefs des 9 villes de France.


Suivre le concours sur Love Surimi

www.lovesurimi.com


En moyenne, le surimi est composé d’un tiers de chair de poisson, d’un tiers d’eau, et d’un tiers de fécule de pomme de terre, de blanc d’œuf, d’huile de colza, de sel et de sucre.

En moyenne, le surimi est composé d’un tiers de chair de poisson, d’un tiers d’eau, et d’un tiers de fécule de pomme de terre, de blanc d’œuf, d’huile de colza, de sel et de sucre.
©DR