Des nouveautés chocolatées à se damner !

Alix Baboin-Jaubert
De l’infusion de cacao Marcolini extraordinaire et si novatrice, à la Barre Infernale pistache signée Pralus, en passant par les tablettes Villars « Larmes de Kirsch » ou « Larmes de poires William », le chocolat reste une valeur hautement recherchée.
Totalement infernale la barre chocolat pistache de François Pralus; à tester de toute urgence!

Totalement infernale la barre chocolat pistache de François Pralus; à tester de toute urgence!
©DR

Et si le cacao s’infusait, voila une fameuse idée qu’a eu un jour le maître chocolatier belge Pierre Marcolini…  Dont acte, deux à trois ans de recherche et d’expérimentation plus tard, et nous voici en train de déguster une merveille de parfum, un concentré d’arôme, une subtilité totale.


100% naturelle l’infusion de cacao est composé de fèves de cacao qui sont torréfiées, broyées ; on en extrait la liqueur et le beurre de cacao qui sont utilisés par ailleurs. Tout ce travail fait minutieusement dans les ateliers de Bruxelles  permet de recueillir la peau des fèves de cacao qui est caramélisée et séchée. L’infusion se présente dans des sachets de mousseline  biodégradable. On la fait infuser quelques minutes  comme un thé. 5 minutes suffisent pour diffuser le précieux parfum et la coloration délicate de l’eau frémissante ajoutée. Un produit fabuleux totalement nouveau.


Chez Pierre Marcolini: trois ans de recherche et d’expérimentation plus tard pour obtenir la première infusion de cacao.

Chez Pierre Marcolini: trois ans de recherche et d’expérimentation plus tard pour obtenir la première infusion de cacao.
©DR


Et le chocolat primitif, vous connaissez ? Du même chocolatier passionné, ce produit délicat offre à  l’œil une texture plissée, le parfum est dense et très aromatique, le goût suave et intense. Il  sort tout simplement de la machine à trois cylindres, une idée de Pierre Marcolini qui se dit un jour « Quel dommage de ne pas proposer le chocolat dans cet état, il est splendide et quel goût !»


Primitif le chocolat de Marcolini, pas tant que ça. Plutôt raffiné avec sa texture plissée, son parfum dense et très aromatique.

Primitif le chocolat de Marcolini, pas tant que ça. Plutôt raffiné avec sa texture plissée, son parfum dense et très aromatique.
©DR


La Barre Infernale Pralus, attention addiction, comme c’est vrai ! Quand on y goûte, on est saisi par la suavité du chocolat au lait fondant, un gianduja qui est garni de pistaches et d’amandes entières. Entre le fondant et le croquant, le palais  perd la tête et s’affole littéralement !  C’est un festival en bouche, la délicatesse le dispute à l’onctuosité et au parfum. Bref, il faut l’essayer à tout prix et l’offrir aux « givrés » du chocolat. La sensation presque liquide du chocolat au lait est tout à fait originale.


Chocolatier suisse, Villars propose des associations chocolat alcool comme cette tablette corsée aux notes de Génépi.

Chocolatier suisse, Villars propose des associations chocolat alcool comme cette tablette corsée aux notes de Génépi.
©DR


Pour finir les fous de liqueur craqueront pour 3 variétés signées Villars, le maître chocolatier suisse. Il nous régale d’une plaque de chocolat lait aux larmes d’eau de vie de Poire du Valais, le feu de l’alcool très parfumé rencontre la douceur du lait, un joli festival en bouche.  Egalement chocolat au lait et liqueur de plantes de Génépi, moins connue mais toute aussi délicieuse plaque à offrir aux passionnés.


Les amateurs de chocolat noir, préféreront peut-être la variété  aux larmes de Kirsch, une sensation agréable entre délicatesse  et plénitude. Ces contrastes sont précieux et singuliers, un vrai plaisir à déguster avec un café ou un mieux encore un Armagnac pour le choc des alcools !



  • Chocolat Primitif, infusion de cacao, nature, parfumé au jasmin ou à la cannelle, 8 sachets 9,80 euros.

  • Barre infernale François Pralus, 9,50 euros les 160 g.

  • Tablettes à la liqueur Villars 2,09 euros, chez Auchan ou Leclerc