Lacanche, un fourneau d’orfèvre

Michel Tanguy
Lacanche est une marque de fourneaux évocatrice pour les passionnés de cuisine. Son histoire est ancrée dans un petit village bourguignon dont elle tire son nom.
Fourneau "Citeaux" équipé d'une friteuse intégrée.

Fourneau "Citeaux" équipé d'une friteuse intégrée.
©Michel Tanguy

Situé dans le département de la Côte d’Or, Lacanche est un petit village à 22 km au nord ouest de Beaune. C’est là que sont produits les fourneaux éponymes.


Le village bourguignon est un berceau historique de la métallurgie depuis le haut moyen-âge. La présence de bois, de minerai de fer dans le sol et d’eau, a fait du lieu un emplacement stratégique pour l’érection d’une forge. La première fonderie fût érigée au XVème par un fondeur du Duc de Bourgogne. Un bas fourneau est édifié en 1763 par Jean-Baptiste Richard de Curtill, propriétaire foncier de la région ; cédée à un maître de forge au moment de la révolution.


D'anciens fourneaux Lacanche exposés à l'entrée du showroom de l'usine.

D'anciens fourneaux Lacanche exposés à l'entrée du showroom de l'usine.
©Michel Tanguy


Revendue à Jacques-Etienne Caumartin comme «Bien National» en 1796, l’activité est ensuite transmise à sa fille adoptive Marie Costes. C’est la famille Costes qui contribuera à l’essor de l’activité industrielle aux XIX et au XXème siècle. Les premiers fourneaux vendus sous la marque Lacanche datent de 1820-1830.


Valeo, propriétaire de l’entreprise depuis 1973 prévoit de cesser son activité au début des années 1980. André Augagneur, alors intégré à l’une des filiales du groupe, propose de reprendre l’entreprise. Il s’installe sur le site de Lacanche en 1982 et relance l’activité des fourneaux sous la marque - déjà déposée - «Ambassadeur». Les fourneaux «Ambassadeur» encore produits aujourd’hui sont vendus aux professionnels. Le restaurant «Bernard Loiseau», le voisin de Saulieu, est équipé d’un magnifique fourneau de la marque, pièce centrale de la cuisine du triple étoilé bourguignon.


Découpe d'une pièce au laser pour la fabrication d'un fourneau.

Découpe d'une pièce au laser pour la fabrication d'un fourneau.
©Michel Tanguy


Jean-Jacques Augagneur rejoint son père en 1988. C’est à cette époque que, sentant l’intérêt des particuliers pour la cuisine, il décide de lancer une gamme dédiée à tous les passionnés, sous la marque Lacanche. La société emploie actuellement 120 personnes et fabrique des fourneaux, à l’image d’orfèvre, avec soin et minutie. Comme un bijou, chaque fourneau est unique. Le modèle est fabriqué à la commande selon les souhaits du client. Les pièces nécessaires sont découpées sur place, embouties - c’est-à-dire façonnées - puis tous les éléments sont assemblés. Une dizaine d’heures sont nécessaires à la fabrication d’un fourneau standard, deux jours pour les modèles plus imposants. Lacanche, reconnue pour la qualité de ses fourneaux, se distingue aussi par une palette de coloris quasi infinie. Possédant sa propre entreprise d’émaillage en Alsace, la maison Lacanche peut ainsi répondre à toutes les demandes - ou presque.


Quatre à cinq mille fourneaux seulement sortent chaque année du site de Lacanche, c’est dire si le bien est précieux et s’il faut mesurer au quotidien la chance de posséder dans sa cuisine un outil aussi beau et performant.


www.lacanche.com


Chaîne de montage des fourneaux standards.

Chaîne de montage des fourneaux standards.
©Michel Tanguy