Les coups de cœur du salon Révélation 2017

Anne Swynghedauw
Pour sa 3ème édition le salon Révélation, Biennale Internationale des Métiers d’Art et de la Création, a réussi son pari après avoir accueilli 40 268 visiteurs du 4 au 8 mai 2017 sous la splendide nef du Grand Palais à Paris.
Sur stand du groupe Bee Médias, cette composition en verre fait  référence à un paysage doux dans des variations de teintes  qui met en scène le végétal. Vase ShanShui, création Samuel Accoceberry et Vincent Breed, verre translucide et coloré.

Sur stand du groupe Bee Médias, cette composition en verre fait référence à un paysage doux dans des variations de teintes qui met en scène le végétal. Vase ShanShui, création Samuel Accoceberry et Vincent Breed, verre translucide et coloré.
©DR


Créé en 2013 par des Ateliers d’art de France le syndicat professionnel des métiers d’art, le salon Révélation a pour vocation tous les deux ans d’explorer toutes les facettes des métiers d’art et de mettre en lumière pour le grand public et les professionnels des œuvres exceptionnelles. De plus en plus audacieuses et sophistiquées, certaines de ces pièces uniques sont reléguées au rang de l’artisanat d’art et du savoir faire; d’autres frôlent l’œuvre art, sans toutefois franchir le cap de l’art contemporain. 



Cette passionnée de tressage réalise des panneaux en corde sur mesure pour la décoration, dans son atelier à Lyon, mais aussi des paravents, des têtes de lit.  Composition murale, création Véronique de Soultrait.

Cette passionnée de tressage réalise des panneaux en corde sur mesure pour la décoration, dans son atelier à Lyon, mais aussi des paravents, des têtes de lit. Composition murale, création Véronique de Soultrait.
©DR




L’autre tendance du salon, c’est l’ouverture à l’international. Pari gagné aussi de ce point de vue, avec le Chili comme invité d’honneur. Sur le stand scénographié par Nury Gonzales, directrice du Musée des Arts Populaires Tomás Lago (MAPA), on a pu admirer l’hybridation des matières, crin de cheval, algues ou bois, savamment mis en scène par le prisme des techniques artisanales. Les 27 créateurs sélectionnés ont réalisé des pièces autour du projet en mémoire de l'artiste internationale Violeta Parra, dans le cadre de la célébration du centenaire de la naissance de la République du Chili.



Ces objets, un brin kitsch, ont provoqué les éclats de rires de certains visiteurs. L’auteure, créatrice de bijoux belge, a traité le sujet du Banquet avec humour et dérision, mêlant faïence ancienne, morceaux de plastique et autres matériaux de récup. Objets sculptures, création Isabelle Azaïs, édition WCC.BF association pour la promotion des métiers d’art appliqués.

Ces objets, un brin kitsch, ont provoqué les éclats de rires de certains visiteurs. L’auteure, créatrice de bijoux belge, a traité le sujet du Banquet avec humour et dérision, mêlant faïence ancienne, morceaux de plastique et autres matériaux de récup. Objets sculptures, création Isabelle Azaïs, édition WCC.BF association pour la promotion des métiers d’art appliqués.
©DR




Au milieu de la nef du Grand Palais, l’exposition internationale Le Banquet a été la belle surprise du salon. Sur 150 mètres de longueur, elle a déployé des pièces spectaculaires témoignant de l’audace et de la diversité des pays participants: Allemagne, Belgique, Chine, Corée du Sud, France, Luxembourg, Russie, Sénégal, Suisse et Togo.



Bois laqué associé à la marqueterie de paille teintée… Le designer remet au goût du jour des savoir faire précieux pour cette nouvelle collection, évoquant l’équilibre et la justesse des proportions des métiers d’art asiatique. Commode, collection Shitake, création Jean-Marc Gady, édition Fort Royal.

Bois laqué associé à la marqueterie de paille teintée… Le designer remet au goût du jour des savoir faire précieux pour cette nouvelle collection, évoquant l’équilibre et la justesse des proportions des métiers d’art asiatique. Commode, collection Shitake, création Jean-Marc Gady, édition Fort Royal.
©DR




Le succès du salon Révélation a donc été au rendez-vous. Les visiteurs amateurs et collectionneurs ont montré leur enthousiasme face au foisonnement des œuvres et à la complexité des techniques. Les professionnels furent nombreux à se distinguer: les designers, India Madhavi, Noé Duchaufour-Lawrence, Vincent Daré, Ross Lovegrove, les décorateurs Rodolphe Parente, Fabrizio Casiraghi, Studio Pinto ou les  bureaux d’achats français et internationaux, les directeurs artistiques de maisons de luxe…



La pureté de la matière et des formes sont les qualités et les principes dictés par la galerie, centrée sur le design et les savoir faire haut de gamme. Tabouret en marbre création Guillaume Delvigne, ToolsGalerie.

La pureté de la matière et des formes sont les qualités et les principes dictés par la galerie, centrée sur le design et les savoir faire haut de gamme. Tabouret en marbre création Guillaume Delvigne, ToolsGalerie.
©DR




Le partenariat engagé avec les D’Days, autre événement en parallèle, a permis de renforcer la venue d’un plus large public, ainsi que les grandes institutions françaises et internationales représentées : Sèvres, Le Mobilier National, Les Gobelins, l’Institut Français, l’INMA, les Ateliers de Paris, la KCDF, le Direktorenhaus, Urban Art Nations...



Représentant la Russie, ce créateur se confronte à la matière brute, en métamorphosant les troncs d’arbre en meubles, chaleureux, poétiques et uniques. Fauteuil, création Denis Milovanov, chêne massif, huile de lin, Galerie Armel Soyer.

Représentant la Russie, ce créateur se confronte à la matière brute, en métamorphosant les troncs d’arbre en meubles, chaleureux, poétiques et uniques. Fauteuil, création Denis Milovanov, chêne massif, huile de lin, Galerie Armel Soyer.
©DR




Sous l’égide du Comité d’Orientation Artistique, 400 créateurs de haut niveau ont investi ce lieu emblématique du Grand palais, au cœur de la capitale, avec 300 m² d’espace d’exposition supplémentaire. Et si la qualité́ des stands a révélé une montée en gamme, on peut regretter aussi  la mise en scène de pièces uniquement vouées à un savoir faire sans vraie réflexion sur l’intention et la matière, et c’est parfois raté…



Parmi d’autres créateurs et artisans de la Corée du Sud pour le Banquet, on a adoré les fabuleuses laques du grand maître en la matière, reconnu dans le monde entier. Vases, création Chung Hae-chho, édition KCDF, Korean Craft Design et Innovation, établissement public sous la tutelle du Ministère de la Culture Coréen valorisant les jeunes artisans d’art.

Parmi d’autres créateurs et artisans de la Corée du Sud pour le Banquet, on a adoré les fabuleuses laques du grand maître en la matière, reconnu dans le monde entier. Vases, création Chung Hae-chho, édition KCDF, Korean Craft Design et Innovation, établissement public sous la tutelle du Ministère de la Culture Coréen valorisant les jeunes artisans d’art.
©DR




Revoir ces objets :

Atelier d’art de France, www.ateliersdart.com

Fort Royal, www.fort-royal.com

Galerie Armel Soyer, www.armelsoyer.com

Galerie Bensimon, www.gallerybensimon.com

Guillaume Delvigne, www.guillaumedelvigne.com

Isabelle Azaïs, www.wcc-bf.org

Jean Nouvel Design, www.jeannouveldesign.fr

KCDF, Korean Craft Design et Innovation, www.kcdf.kr/eng

Myriam Olmi, www.myriamolmi.com

Poo, www.pooldesign.fr

Révélations, www.revelations-grandpalais.com

Samuel Accoceberry, www.samuelaccoceberry.com

Studio Harow, www.harow.fr

Toolsgalerie, www.toolsgalerie.com

Véronique de Soultrait, www.veronique-de-soultrait.com



À travers la tradition ancestrale du métier de tapissier, ce fauteuil démontre sa double fonctionnalité, doté d’une tablette dans son accoudoir. Projet réalisé en collaboration avec le tapissier Druetta. Fauteuil Valsusa, création Pool, cuir, noyer, velours, Galerie Bensimon.

À travers la tradition ancestrale du métier de tapissier, ce fauteuil démontre sa double fonctionnalité, doté d’une tablette dans son accoudoir. Projet réalisé en collaboration avec le tapissier Druetta. Fauteuil Valsusa, création Pool, cuir, noyer, velours, Galerie Bensimon.
©DR




En associant la porcelaine tournée à la main et un socle en ciment récupéré, la créatrice suisse a donné naissance à cet objet utilitaire et intriguant, sur l’exposition du Banquet. Théière, création  Myriam Olmi, Swissceramics.

En associant la porcelaine tournée à la main et un socle en ciment récupéré, la créatrice suisse a donné naissance à cet objet utilitaire et intriguant, sur l’exposition du Banquet. Théière, création Myriam Olmi, Swissceramics.
©DR




Cette collection décline la variation des essences de bois du Périgord: bouleau, chêne, cèdre, merisier, pin, frêne, noyer dans une finition vernis veloutée remarquable au toucher. Chaque bois exprime par ses assemblages une culture toujours vivante. Les objets sont monolithiques, emprunts d’émotion. Série de tables, caissons/pouf, petites boites et, création Jean Nouvel Design, artisan Eric Rouchon.

Cette collection décline la variation des essences de bois du Périgord: bouleau, chêne, cèdre, merisier, pin, frêne, noyer dans une finition vernis veloutée remarquable au toucher. Chaque bois exprime par ses assemblages une culture toujours vivante. Les objets sont monolithiques, emprunts d’émotion. Série de tables, caissons/pouf, petites boites et, création Jean Nouvel Design, artisan Eric Rouchon.
©DR




Décorative et utilitaire, cette coupe s’inscrit dans le travail de cet artisan chilien qui conçoit ses objets en observant les formes naturelles et en jouant de la nature organique du bois. Coupe création Egon Munoz, Museo De Arte Popular Americano Mapa.

Décorative et utilitaire, cette coupe s’inscrit dans le travail de cet artisan chilien qui conçoit ses objets en observant les formes naturelles et en jouant de la nature organique du bois. Coupe création Egon Munoz, Museo De Arte Popular Americano Mapa.
©DR




Autre découverte sur le stand du groupe Bee Médias cette pièce  réalisée en marbre Negro Dulac, est un vrai défi à la matière, à l’image de cet artiste éclectique. Console Khéops création Harold Sangouard, alias Harow.Monumentale, édition limitée de 12 exemplaires.

Autre découverte sur le stand du groupe Bee Médias cette pièce réalisée en marbre Negro Dulac, est un vrai défi à la matière, à l’image de cet artiste éclectique. Console Khéops création Harold Sangouard, alias Harow.Monumentale, édition limitée de 12 exemplaires.
©DR




Sous la nef mythique du Grand Palais, les partenaires soutiennent la création contemporaine : Fondation Banque Populaire, Bee Medias, Fonds Carré Rive Gauche, Cape and cape, Ex Nihilo.

Sous la nef mythique du Grand Palais, les partenaires soutiennent la création contemporaine : Fondation Banque Populaire, Bee Medias, Fonds Carré Rive Gauche, Cape and cape, Ex Nihilo.
©DR