La décoration se plie en deux devant l’origami

Clément Martin
Art d’origine asiatique, l’origami se lance à la conquête d’un nouveau territoire, avec l’architecture intérieure. Reprenant l’esprit de l’origami, la matière se plie comme une feuille de papier, pour créer de nouvelles lignes.
Feuille d’aluminium pliée à la main, la table basse « Sputnik » de Sander Mulder pour Uare Design présente une esthétique structurelle sobre, grâce à l’influence de l’art asiatique de l’origami.

Feuille d’aluminium pliée à la main, la table basse « Sputnik » de Sander Mulder pour Uare Design présente une esthétique structurelle sobre, grâce à l’influence de l’art asiatique de l’origami.
©DR

Origine et histoire de l’origami


Terme reprenant les caractères japonais qui signifient « plier » et « papier », l’origami est à l’origine un art populaire de Chine, qui apparait au IIème siècle av. J.-C., durant la dynastie des Han occidentaux. Apparu conjointement avec l’invention du papier, il consiste en une série de techniques artistiques de découpage et de pliage de la matière. Très tôt, une valeur symbolique est conférée aux créations, utilisées lors de cérémonies religieuses, comme porte-bonheur ou cadeau. Diffusé dans toute l’Asie par des moines bouddhistes, l’origami connaît un véritable essor au Japon, à l’époque Edo, où le découpage est abandonné au profit du simple pliage. Depuis, l’origami est considéré comme un véritable art, qui connaît une évolution jalonnée par des mouvements. Mais il faut attendre le XIXème siècle, pour que l’origami arrive en Europe, avec la vague orientaliste.


es animaux prennent forme avec une simple feuille de papier sous la main de Julien Gritte, qui réalise chacune des pièces, comme une œuvre unique à l’image de cette réalisation origami, nommée « Chouette ».

es animaux prennent forme avec une simple feuille de papier sous la main de Julien Gritte, qui réalise chacune des pièces, comme une œuvre unique à l’image de cette réalisation origami, nommée « Chouette ».
©DR


Issu d’une longue tradition, l’origami est avant tout un art décoratif, qui permet de représenter animaux, plantes, objets ou formes géométriques. De manière générale, il nécessite une feuille de papier de forme carrée, utilisée comme telle sans découpage préalable. Chaque modèle est constitué d’une succession de plis, qui suivent un diagramme ou schéma, pour arriver à un modèle final plus ou moins complexe. Si l’origami au sens strict ne se prête pas au collage, ou à d’autres formats, matières ou techniques, certains artistes n’hésitent pas à enfreindre les règles ancestrales, pour en repousser les limites par l’introduction de nouveaux procédés (comme la technique du papier mouillé, l’utilisation d’un papier métal, ou de forme circulaire). De ce fait, seules l’imagination et l’habilité forment les limites de l’origami.


Réalisée de centaines de bandelettes en papier recyclé en plus de 25 heures, la suspension « Moleko 1 » dessinée par Céline Andrieu pour Art Terre tente une nouvelle approche de l’éclairage, en s’inspirant de l’origami.

Réalisée de centaines de bandelettes en papier recyclé en plus de 25 heures, la suspension « Moleko 1 » dessinée par Céline Andrieu pour Art Terre tente une nouvelle approche de l’éclairage, en s’inspirant de l’origami.
©DR


Plier son mobilier en origami


Que vous ayez l’âme d’un artiste ou d’un bricoleur peu importe, puisque l’origami est à la portée de tous, même des plus jeunes. Le plus souvent, un schéma suffit pour suivre les étapes de la réalisation, qui ne nécessite qu’une feuille de papier aux dimensions exactes. Si vous savez faire des cocottes en papier, vous pourrez monter petit à petit les échelons, pour des figures plus complexes. Réunissant la famille autour d’une même activité, l’origami sera également utile, pour décorer votre intérieur. Avec le développement des arts de la table, il sert à mettre en valeur votre dîner, avec le pliage des serviettes ou de nombreux accessoires. Il permettra de créer des figurines, qui serviront de jouets aux enfants, ou qui trôneront comme sujets dans une vitrine. N’hésitez pas à créer votre propre mobile, pour les nouveau-nés, avec quelques bouts de ficelles et une structure porteuse. L’origami est devenu un motif graphique, que ce soit pour la literie ou le papier peint, où la régularité des formes géométriques vient rythmer un intérieur.


Avec le set de table « Origami » de Franck Josseaume, l’art ancestral asiatique devient un motif textile, adapté dans une visée contemporaine. Symbole de longue vie et de bonne santé, la grue n’est pas un hasard, pour apporter une touche ésotérique.

Avec le set de table « Origami » de Franck Josseaume, l’art ancestral asiatique devient un motif textile, adapté dans une visée contemporaine. Symbole de longue vie et de bonne santé, la grue n’est pas un hasard, pour apporter une touche ésotérique.
©DR


Si l’origami connaît un succès grandissant dans l’univers de la maison, ce n’est pas uniquement comme création manuelle, puisqu’il touche à la forme même du mobilier. Désormais, le papier n’est plus la seule matière à souffrir du pliage, car le métal, le bois ou le plastique subissent le même sort. L’origami influence les créateurs, qui veulent soumettre la matière à la recherche d’un nouveau vocabulaire visuel. Les luminaires furent les premiers à s’ouvrir à cette nouvelle source, avec les suspensions et les lustres. La souplesse de la matière répond à une facilité dans le maniement, qui se prête plus facilement au pli. La lumière se diffuse avec élégance, grâce à l’impression de légèreté qui se dégage de la réalisation. Peu à peu la révolution est en marche, conquérant toutes sortes de meubles ou de textiles comme les rideaux et stores de Pietro Seminelli. Avec le charme délicat de son rendu, l’origami apporte une touche d’originalité, qui suscite une certaine émotion. Son apparente fragilité crée un contraste avec le caractère sensible de la matière. Le principe même du pliage permet de créer un jeu d’ombres et de lumières, qui met en valeur les formes complexes, dans un effet de texture. L’épuré se réalise dans la simplicité des formes avec une grâce, qui donne du raffinement à l’intérieur.


Créé par le designer Shin Azumi, le tabouret « AP » fait preuve d’un travail de précision, pour obtenir un monocoque de contreplaqué. Alliant résistance et légèreté, l’origami prend place dans une structure qui met le bois à l’honneur.

Créé par le designer Shin Azumi, le tabouret « AP » fait preuve d’un travail de précision, pour obtenir un monocoque de contreplaqué. Alliant résistance et légèreté, l’origami prend place dans une structure qui met le bois à l’honneur.
©Made In Design


Quelque soit votre style, l’origami s’inscrit avec harmonie, grâce à son histoire traditionnelle et à ses lignes épurées, qui en font un classique sans âge. Avec un esprit asiatique, il joue sur les impressions de légèreté et de fragilité, pour insuffler du sentiment à l’architecture intérieure.


www.uaredesign.com

www.madeindesign.com

www.julieprisca.com

www.juliengritte.com

www.laboutiquedanoise.com

www.agenceartterre.com

www.franckjosseaume.com

www.reinemere.com

www.edouardrambaud.com

www.mdfitalia.it

www.keria.com

www.qui-est-paul.com

www.amadeus-online.net


Il fallait l’oser, mais le studio JDS Architects l’a fait. Désormais l’origami se plaît à structurer la porcelaine avec le bol « Crushed », qui s’amuse avec les reliefs dans une forme expressive et poétique. Chez Made in Design.

Il fallait l’oser, mais le studio JDS Architects l’a fait. Désormais l’origami se plaît à structurer la porcelaine avec le bol « Crushed », qui s’amuse avec les reliefs dans une forme expressive et poétique. Chez Made in Design.
©Made In Design