La Maison Fragonard souffle ses 90 printemps

Bettina Aykroyd
A l’occasion de cet anniversaire, la maison de parfums Fragonard, vous invite à trois expositions à Grasse et à Paris.
L’ambiance d’un atelier de conditionnement chez Fragonard, 1925.

L’ambiance d’un atelier de conditionnement chez Fragonard, 1925.
©Fragonard Parfumeur


La première s’intitule « 1926-2016, 90 ans de parfum Fragonard » suivie de la deuxième « Trompe l’Oeil, l’art de l’Illusion » et enfin la troisième « Dentelles et Parures, précieuses provençales ». Deux de ces expostions sont un clin d’oeil aux multiples passions de Jean-François Costa pour la peinture et à Hélène Costa, sa femme, pour le costume provençal. Ces expositions sont au Musée Jean-Honoré Fragonard et au Musée Provençal du Costume et du Bijou.



Coffret du parfum Belle de Nuit dans son coffret d’origine, 1946.

Coffret du parfum Belle de Nuit dans son coffret d’origine, 1946.
©Fragonard Parfumeur




1926-2016 Fragonard, une saga familliale et innovante



La saga Fragonard, est une aventure familliale, qui fête aujourd’hui ses 90 ans. Depuis sa création, ce sont quatre générations qui œuvrent pour le parfum, le monde des arts et de la culture du parfum. Le fil rouge qui les anime tous, depuis son créateur Eugène Fuchs jusqu’aux trois sœurs que sont Agnès, Françoise et Anne Costa, l’actuelle équipe dirigeante, en passant par leurs parents Jean-François et Hélène Costa, c’est  la passion du beau, du parfum, du goût du voyage dans une ambiance joyeuse et bienveillante. Rencontrer les dames Costa, est un bonheur, un vent de fraîcheur, tant elles sont spontanées, heureuses, dynamiques, avec toujours un projet à l’esprit. Elles ont une âme de bâtisseur. Ce sont des conquérantes, spécialement élégantes, dans un monde qui en manque cruellement !...



Agnès et Françoise Costa en séance de travail d’olfaction, 2015.

Agnès et Françoise Costa en séance de travail d’olfaction, 2015.
©Fragonard Parfumeur




Cet état d’esprit et cette philosophie, se retrouvent dans la simplicité et l’authenticité de la mise en scène de l’exposition 1926-2016. Le visiteur est accueilli par l’arbre généalogique de la maison Fragonard, à côté duquel se trouve un pêle mêle de photos de toute la famille Fuchs/Costa. Puis, l’exposition se poursuit dans la pièce adjacente.



Flacon à sels piriforme en or et pierre dure. France, circa 1840. 11,5 x 3,8 x 2 cm.

Flacon à sels piriforme en or et pierre dure. France, circa 1840. 11,5 x 3,8 x 2 cm.
©Fragonard Parfumeur




Sur un papier-peint reprenant les différents flacons Fragonard au monochrome de gris, ce sont de jolies vitrines qui retracent l’histoire de la maison Fragonard, agrémentées d’objets, de papiers, de publicités, de photos, qui parlent d’eux mêmes. Le tout choisi et pensé par Jean Hueges, directeur artistique de Fraganard.



7 vitrines, 7 grandes périodes de l’histoire Fragonard, soit



  • Fragonard, enfant de Grasse

  • L’Estagnon, un flacon pour signature

  • Belle de Nuit, un parfum mythique

  • De Grasse à New York

  • Jean-François Costa, collectionneur

  • La Provence en héritage

  • Un parfumeur voyageur



Affiche ancienne du parfum « Belle de Nuit», 1946, toujours best-seller de la maison Fragonard.

Affiche ancienne du parfum « Belle de Nuit», 1946, toujours best-seller de la maison Fragonard.
©Fragonard Parfumeur




Enfin, ne manquez surtout pas, de voir le film touchant, en images de la saga Fragonard. Il s’agit d’un film réalisé par Monsieur Karimova, le mari de Charlotte Urbain, elle-même chargée de la communication Fragonard Parfumeur à Grasse.



A Grasse au Musée Jean-Honoré Fragonard ; du 25 avril au 31 octobre 2016 et à Paris au Nouveau Musée du Parfum ; du 16 avril au 31 octobre 2016



Musée Jean-Honoré Fragonard : 14 rue Jean Ossola, Grasse, Tel 04 93 36 02 07. Entrée Libre

Nouveau Musée du Parfum : 3 - 5 square de l’Opéré Louis Jouvet Tel 01 40 06 10 09. Ouvert du lundi au samedi de 9h à 18h.



Carte postale de l’Usine Historique Fragonard, Grasse, vers 1950.

Carte postale de l’Usine Historique Fragonard, Grasse, vers 1950.
©Fragonard Parfumeur




« Trompe l’œil, l’art de l’illusion », un clin d’œil à Jean-François Costa



Toujours dans le Musée Jean-Honoré Fragonard, cette exposition montre certains tableaux de la collection de Jean-François Costa, le père d’Agnès, Françoise et Anne Costa, l’actuelle équipe dirigeante de la maison Fragonard. Insatiable collectionneur et passionné d’art, Jean-François Costa n’a découvert le trompe-l’œil que lors d’une exposition dans les années 80. C’est ainsi que sa grande curiosité, va l’amener à acquérir un tableau, entrainant un autre, puis un autre !... C’est alors qu’Agnès Costa Webster nous raconte « Mon père appréciait tout particulièrement leur côté personnel, et qualifiait avec affection ces œuvres de petites choses quotidiennes et intimistes. » Effectivement, certains d’eux donnent l’impression d’une invitation à rentrer dans l’intimité du peintre.



Gaspard Gresly, trompe l’œil au vide poches 1712, Collection Particulière.

Gaspard Gresly, trompe l’œil au vide poches 1712, Collection Particulière.
©Fragonard Parfumeur




Pour cette exposition, Andrea Zanella, le commissaire de l’exposition et historien d’art, a décidé de se consacrer plus précisément « au trompe l’œil de chevalet », beaucoup moins connu que le trompe l’œil monumental. Comme toutes les expositions dans ce musée, le point de départ se doit d’être le peintre Fragonard. De son œuvre, ce sera le Portrait de François de Bourbon, comte d’Enghien, qui sans être a proprement parlé un trompe l’œil, en adopte quelques caractéristiques. Au cours de cette exposition, Andrea Zanella, a voulu exposer non seulement des artistes du 18ème, comme Gaspard Gabriel Gresly, Jean-François de le Motte, Anne Vallayer-Coster, Luigi Sabatelli…. Mais aussi des artistes contemporains, comme Julien Carreyn, Michelangelo Pistoletto. Enfin, le clou de l’exposition se terminera sur un trompe l’œil virtuel de Vittorio Gidotti, Ginevra Napoleoni et Massi Miliano Siccardi (auteur de « Spectacles de Lumières et de Mouvement » qui connurent un vif succès aux Baux de Provence). Leur travail est une représentation d’un aspect nouveau de l’illusion.



A Grasse ; du 25 avril au 30 septembre 2016

Musée Jean-Honoré Fragonard : 14 rue Jean Ossola, Grasse, Tel 04 93 36 02 07. Entrée Libre



Gaspard Gresly, trompe-l’œil à la gravure des patineurs, après 1745, collection particulière.

Gaspard Gresly, trompe-l’œil à la gravure des patineurs, après 1745, collection particulière.
©Fragonard Parfumeur




« Dentelles et Parures, précieuses provençales », un clin d’œil à Hélène Costa



Eva Lorenzini, la conservatrice du Musée Provençal du Costume et du Bijou, a décidé de révéler l’influence de la bonne société parisienne sur la mode provençale, tout en gardant quelques uns de ses propres codes. C’est ainsi que le visiteur pourra découvrir 16 modèles, provenant du fond permanent du Musée, c’est-à-dire de la Collection d’Hélène Costa, la mère des trois sœurs Costa, mais aussi de prêts de familles grassoises, aixoises et marseillaises. Parmi ces modèles, une robe à l’anglaise de 1780 en satin de soie, vert céladon, aux côtés de nombreuses robes en mousseline avec leurs manches gigot.



Musée Provençale du Costume et du Bijou : 2 rue Jean Ossola Grasse, Tel : 04 93 36 44 65. Entrée Libre



www.fragonard.com/fr



Robes de mode, collections particulières Capotes milieu du XIXe siècle, collection du Musée d’Art et d’Histoire de Provence, Grasse.

Robes de mode, collections particulières Capotes milieu du XIXe siècle, collection du Musée d’Art et d’Histoire de Provence, Grasse.
©Fragonard Parfumeur




Robe en coton imprimé à énormes manches «gigot», origine Grasse vers 1829-30 Canezou en mousseline brodée au point de chaînette, vers 1830-35.

Robe en coton imprimé à énormes manches «gigot», origine Grasse vers 1829-30 Canezou en mousseline brodée au point de chaînette, vers 1830-35.
©Fragonard Parfumeur




Mes d'hôtels préférés à Grasse :



  • La Bastide Saint-Antoine, www.jacques-chibois.com   Dans un cadre idyllique, juste à la sortie de Grasse. La vue est superbe dans une ambiance provençale et élégante.

  • Best Western Elixir, www.bestwestern-elixir-grasse.com   L'hôtel est sympathique, belle piscine et salle de sport pour se détendre, bon petit déjeuner. En bas de Grasse, il vaut mieux avoir une voiture, sinon on fait de l'exercice...

  • L’Hôtel Panorama, www.hotelpanorama-grasse.com   Il donne sur le Cours Cresp, donc très central.

  • L’Hôtel Mandarina Réservations Tel 04 28 38 02 20   Sur les hauteurs de la ville, le cadre est superbe, un calme olympien. On entend le chant des oiseaux comme si on était à la campagne. Bon petit déjeuner. Cliquez ici pour voir des photos.



Par le peintre Eugène Poncelet-Delpech, trompe l’œil à l’assiette de fruits, huile sur toile, Collection Particulière.

Par le peintre Eugène Poncelet-Delpech, trompe l’œil à l’assiette de fruits, huile sur toile, Collection Particulière.
©Fragonard Parfumeur