La coiffeuse, un meuble essentiellement féminin

Clément Martin
Qui n’a jamais rêvé devant une coiffeuse ? Instant de grâce, presque sacré où la mère se transforme en femme. Ce meuble est devenu l’expression même de la féminité, dévoilant l’intimité comme un témoin de son histoire.
Dessinée pour incarner Joséphine Baker, cette coiffeuse de Clément et Lise reprend dans les moindres détails les codes graphiques de la célèbre meneuse de revue. Elle dissimule sous son miroir 8 boitiers colorés, pour ranger son nécessaire de toilette et ses secrets.

Dessinée pour incarner Joséphine Baker, cette coiffeuse de Clément et Lise reprend dans les moindres détails les codes graphiques de la célèbre meneuse de revue. Elle dissimule sous son miroir 8 boitiers colorés, pour ranger son nécessaire de toilette et ses secrets.
©DR

La coiffeuse, une incarnation de la femme


Le terme de coiffeuse apparaît au début du XXème siècle, alors que le meuble existe depuis l’Antiquité, comme le prouvent les fresques de la Villa des Mystères à Pompéi. Il désigne une structure, qui se constitue d’une tablette, d’un ou de plusieurs miroirs, avec un aménagement de tiroirs. La coiffeuse est à la fois un meuble de rangement, mais surtout un lieu de préparation où l’on se pare, se maquille, se parfume et se coiffe. Si à l’origine, ce mobilier correspond aussi bien aux hommes qu’aux femmes, il devient très vite l’incarnation du mystère féminin. De ce fait, la coiffeuse peut se munir de cachettes secrètes, afin de recevoir la correspondance intime. Comme tous meubles de l’Histoire, elle évolue au gré des styles, représentation de l’image de la femme à travers les siècles. Malgré une légère disparition avec l’émancipation féminine, la coiffeuse revient sur le devant de la scène, pour offrir une nouvelle représentation de la femme.


La coiffeuse Soupir, de la Redoute Création, se décline en coloris taupe ou ivoire, dans un pin massif laqué. Elle s’orne d’un miroir en triptyque, pour observer son visage dans les moindres détails.

La coiffeuse Soupir, de la Redoute Création, se décline en coloris taupe ou ivoire, dans un pin massif laqué. Elle s’orne d’un miroir en triptyque, pour observer son visage dans les moindres détails.
©DR


Nommé également table de toilette, la coiffeuse est avant tout un meuble pratique et fonctionnel, destiné à la toilette et aux rangements de ses produits et de ses accessoires. De manière générale, elle reprend la forme d’un petit bureau, avec une table rectangulaire à quatre pieds, dont la façade est munie d’une tablette escamotable. En se soulevant, elle révèle un miroir en son centre, ainsi que des caves latérales, où sont placés les flacons et les objets de toilette. Un siège sommaire permet de s’installer confortablement pendant la toilette. Après la Révolution, la coiffeuse cesse d’être polyvalente avec la disparition de la toilette d’apparat, pour devenir apparente avec un tiroir central, jouxté par des tiroirs latéraux. Au dessus du tiroir central, le miroir est en saillie, pour permettre son articulation selon les besoins. Aujourd’hui, le meuble n’est plus l’emblème du spectacle de l’élégance, mais il garde une certaine aura, où se joue le mystère de la transformation.


Rééditée chez Poltrona Frau, la coiffeuse d’Andrée Putman joue sur des lignes féminines, dans une conception gracieuse. La Feluca se permet une touche de fantaisie dans son piètement, avec la forme sinueuse de l’un des trois supports en acier.

Rééditée chez Poltrona Frau, la coiffeuse d’Andrée Putman joue sur des lignes féminines, dans une conception gracieuse. La Feluca se permet une touche de fantaisie dans son piètement, avec la forme sinueuse de l’un des trois supports en acier.
©DR


Un mobilier historique, aux charmes mélancoliques


Choisir sa coiffeuse revient à distinguer l’ancien de la modernité. D’une certaine manière, le meuble s’adapte à tous les styles de décoration, même s’il est emblématique de romantisme, avec une touche de noblesse. Il est la personnification d’une époque de raffinement, où il s’agit de s’installer confortablement pour passer un  moment de plaisir et de détente avec soi. Les modèles varient selon les matériaux, les coloris, mais surtout les aménagements proposés, qui offrent des solutions plus ou moins fonctionnelles pour le rangement de son nécessaire à toilette. Il est plus judicieux de choisir une coiffeuse munie d’un miroir, pour éviter des aller-retour inutiles entre le meuble et la salle de bains. Certaines coiffeuses peuvent être équipées de luminaires, afin d’illuminer le visage et permettre une meilleure visibilité.


Habillée de jean, la coiffeuse Directoire de Moissonnier possède deux tiroirs en façades, pour pouvoir s’utiliser également en commode. Elle reprend la forme classique d’un meuble d’époque avec un revêtement moderne, dans un effet de contraste.

Habillée de jean, la coiffeuse Directoire de Moissonnier possède deux tiroirs en façades, pour pouvoir s’utiliser également en commode. Elle reprend la forme classique d’un meuble d’époque avec un revêtement moderne, dans un effet de contraste.
©DR


Pour les amateurs de mobilier ancien, chargé d’histoire, la coiffeuse peut se chiner dans des brocantes ou des vide-grenier. Sinon, les fabricants de meubles classiques reprennent des modèles de coiffeuse, avec des fonctionnalités modernes, comme la présence de LED. Le meuble est fabriqué en bois, afin d’affirmer son caractère noble. Généralement, les lignes de la coiffeuse sont conçues autour de la courbe, comme un clin d’œil à sa féminité. Des moulures apparentes peuvent orner le pourtour du miroir, dans un esprit baroque. D’autres sont conçues dans des formes plus modernes, où l’épuré et le minimalisme sont à l’honneur, afin d’asseoir un style plus actuel. Le meuble est souvent fourni avec un siège qui reprend les codes graphique de la coiffeuse, afin d’assurer le confort. Elle apportera une impression de douceur à la pièce, un véritable espace de cocooning, où la relaxation est à l’honneur.


Dessinée par Stéphane Lebrun, la coiffeuse Assemblage, de Roche Bobois, s’inscrit dans la collection Eco conçue, grâce à sa structure en noyer ou chêne massif. Elle reprend l’idée de la coiffeuse dans une forme épurée, presque minimaliste.

Dessinée par Stéphane Lebrun, la coiffeuse Assemblage, de Roche Bobois, s’inscrit dans la collection Eco conçue, grâce à sa structure en noyer ou chêne massif. Elle reprend l’idée de la coiffeuse dans une forme épurée, presque minimaliste.
©DR


Si vous ne trouvez pas votre bonheur dans les modèles de coiffeuses du marché, il est possible de la réaliser soi-même. Pour ce faire, il vous suffira de vous munir d’une console rectangulaire à quatre pieds et de laisser faire votre imagination, pour qu’elle puisse correspondre au style de votre pièce. Choisissez une couleur qui flatte le visage, afin de lui procurer un teint rosé et flatteur. Cette couleur dépend principalement des nuances de votre visage ; n’hésitez pas à tenir près de vous un échantillon afin d’observer ses reflets sur votre peau. Choisissez un miroir à accrocher au mur ou à fixer directement au meuble. De la même manière, optez pour des rangements fonctionnels, afin d’y disposer tout votre nécessaire à toilette. Afin d’avoir un rendu flatteur, il est conseillé de positionner sa coiffeuse prêt d’une fenêtre, où la lumière du soleil pourra illuminer votre teint.


Une coiffeuse est un lieu chargé d’histoire et de mystère, un écho aux célèbres paroles de la reine-mère de Blanche-Neige : « Miroir, mon beau miroir, … »


En merisier, la coiffeuse Marie-Antoinette de Grange tente de reproduire un meuble authentique, chargé d’une âme historique. Avec un travail sur la patine, son ameublement intérieur se colore de rose pastel, pour égayer une pièce.

En merisier, la coiffeuse Marie-Antoinette de Grange tente de reproduire un meuble authentique, chargé d’une âme historique. Avec un travail sur la patine, son ameublement intérieur se colore de rose pastel, pour égayer une pièce.
©DR


www.poltronafrau.com

www.roche-bobois.com

www.hermes.com

www.maisonsdumonde.com

www.clementetlise.com

www.laredoute.fr

www.grange.fr

www.moissonnier.com