Roche Bobois plonge dans l’univers de Jean Cocteau

Mathilde Elie
50 ans après la mort de Jean Cocteau, artiste éclectique du XXème siècle, le Comité Jean Cocteau s’est associé à Roche Bobois pour créer une ligne de textiles et de céramiques en son hommage.
Jean Cocteau disait : « je ne suis ni dessinateur, ni peintre ; mes dessins sont de l’écriture dénouée et renouée autrement ». Au travers de ces multiples visages, Jean Cocteau exprime sa singularité, comme si chacun d’entre eux représentait une partie de lui et de son travail d’artiste.

Jean Cocteau disait : « je ne suis ni dessinateur, ni peintre ; mes dessins sont de l’écriture dénouée et renouée autrement ». Au travers de ces multiples visages, Jean Cocteau exprime sa singularité, comme si chacun d’entre eux représentait une partie de lui et de son travail d’artiste.
©DR

Poète, romancier, dessinateur, mais aussi peintre, dramaturge, réalisateur et journaliste, Jean Cocteau a de multiples talents. Artiste complet, il a bâti autour de lui une œuvre considérable aux accents oniriques. Et alors que l’année 2013 marque le cinquantenaire de sa mort, le Comité Jean Cocteau, présidé par l’homme d’affaires et mécène Pierre Bergé, s’est associé à Roche Bobois, leader dans l’édition et la distribution de mobilier haut de gamme, pour lui rendre hommage. De cette collaboration est née une ligne de textiles et de céramiques uniques et originaux. L’occasion de découvrir, ou de redécouvrir, un artiste anticonformiste, figure de l’avant-garde du XXéme siècle.


Entre 1957 et 1963, Jean Cocteau réalise des centaines de céramiques « tatouées » dans l’atelier Madeline-Jolly à Villefranche-sur-Mer. Poussé par sa passion, un maître artisan potier italien a reproduit fidèlement les pièces de l’édition originale, imitant avec précision le trait de Jean Cocteau. C’est ainsi que le Comité Jean Cocteau et Roche Bobois présentent une réédition en série limitée des céramiques originales du poète, aux motifs « Théâtre du Cap d’ail », « Gabier de Vigie » et « Côte d’Azur ».

Entre 1957 et 1963, Jean Cocteau réalise des centaines de céramiques « tatouées » dans l’atelier Madeline-Jolly à Villefranche-sur-Mer. Poussé par sa passion, un maître artisan potier italien a reproduit fidèlement les pièces de l’édition originale, imitant avec précision le trait de Jean Cocteau. C’est ainsi que le Comité Jean Cocteau et Roche Bobois présentent une réédition en série limitée des céramiques originales du poète, aux motifs « Théâtre du Cap d’ail », « Gabier de Vigie » et « Côte d’Azur ».
©DR


Jean Cocteau, un artiste inclassable


Née en 1889 à Maisons-Laffitte, dans une famille qui lui transmet l’amour de l’art, Jean Cocteau explore différents domaines artistiques, tout au long de sa vie. Sa carrière d’artiste débute à l’âge de 20 ans, avec la publication de ses premiers écrits et poèmes. Puis, dans les années 1940, Jean Cocteau investit le milieu du cinéma, où il s’exprime en réinterprétant des mythes comme Orphée, la Belle et la Bête, ou encore l’Eternel Retour, qui reprend la légende amoureuse de Tristan et Iseult. Très vite, ses œuvres sont couronnées de succès, et le dandy devient une figure parisienne. Après avoir fait son entrée à l’Académie Française, il est nommé président d’honneur du Festival de Cannes en 1957.


Le fauteuil Izmir en hêtre massif est habillé d’un tissu brodé d’un visage, signé de l’étoile de Jean Cocteau. Un croquis célèbre et maintes fois repris, qui apporte une touche contemporaine à ce fauteuil au style Louis XV.

Le fauteuil Izmir en hêtre massif est habillé d’un tissu brodé d’un visage, signé de l’étoile de Jean Cocteau. Un croquis célèbre et maintes fois repris, qui apporte une touche contemporaine à ce fauteuil au style Louis XV.
©DR


Artiste aux multiples facettes, Jean Cocteau est aussi connu pour ses grandes fresques inspirées de la mythologie grecque et de la Méditerranée, réalisées dans la Villa Santo Sospir à Saint-Jean-Cap-Ferrat, et dans les chapelles Saint-Pierre à Villefranche-sur-Mer, et Saint-Blaise des Simples à Milly-la-Forêt.


Les abat-jour de ces lampes de chevet sont ornés des dessins poétiques caractéristiques de Jean Cocteau, l’un représentant une aile d’ange, l’autre un portrait signé de l’artiste… pour éteindre la lumière en toute sérénité.

Les abat-jour de ces lampes de chevet sont ornés des dessins poétiques caractéristiques de Jean Cocteau, l’un représentant une aile d’ange, l’autre un portrait signé de l’artiste… pour éteindre la lumière en toute sérénité.
©DR


Une ligne d’accessoires haut de gamme, poétique et raffinée


Le Comité Jean Cocteau et Roche Bobois présentent une collection d’accessoires exclusive, construite autour de l’œuvre de cet artiste singulier, considéré comme l’un des plus grands de son époque. Les nombreux croquis et dessins de l’artiste sont reproduits, et les arts de la céramique et du textile rencontrent l’art décoratif. « L’ornementation est comme un tatouage » répétait Jean Cocteau, et les objets du quotidien deviennent alors des objets de décoration tatoués. Les plats en terre cuite, les coussins, les parures de lit et les abat-jours se parent ainsi de couleurs, de mots, de croquis de dormeurs, de visages, d’ailes d’ange… et vous invite à un voyage dans l’univers protéiforme de l’artiste, inspiré par Picasso, Vélasquez ou encore Gaudi.


Roche Bobois propose différents tapis en laine et en coton tuftés mains, reprenant l’un des thèmes de prédilection de Jean Cocteau : les visages.

Roche Bobois propose différents tapis en laine et en coton tuftés mains, reprenant l’un des thèmes de prédilection de Jean Cocteau : les visages.
©DR


Laissez-vous porter par la magie de cette ligne d’objets et de textiles de haute facture, des accessoires témoins du travail de Jean Cocteau, marqué par un graphisme élégant, facilement reconnaissable, dans un monde lyrique et sensible, où, comme le disait l’artiste, « tout travail est poétique ».


www.roche-bobois.com

www.jeancocteau.net


Jean Cocteau écrit « Les enfants terribles » en 1929, en dix-sept jours seulement, lors d’une cure de désintoxication. Dans un récit poétique, il relate la vie de Paul et Elisabeth, un frère et une sœur délaissés par leur mère, qui plongent dans un univers imaginaire, afin d’échapper au monde des adultes. Ce roman reflète parfaitement le travail de l’artiste, léger et grave à la fois, mais surtout, empreint de fantaisie.

Jean Cocteau écrit « Les enfants terribles » en 1929, en dix-sept jours seulement, lors d’une cure de désintoxication. Dans un récit poétique, il relate la vie de Paul et Elisabeth, un frère et une sœur délaissés par leur mère, qui plongent dans un univers imaginaire, afin d’échapper au monde des adultes. Ce roman reflète parfaitement le travail de l’artiste, léger et grave à la fois, mais surtout, empreint de fantaisie.
©DR


Le coussin Clair Obscur fait référence au recueil de poèmes du même nom, publié en 1955, où Jean Cocteau s’interroge sur la vitesse du passage du temps. Cet autoportrait positif/négatif, qui fige l’image du poète sur le coussin, est une jolie réponse à ses interrogations.

Le coussin Clair Obscur fait référence au recueil de poèmes du même nom, publié en 1955, où Jean Cocteau s’interroge sur la vitesse du passage du temps. Cet autoportrait positif/négatif, qui fige l’image du poète sur le coussin, est une jolie réponse à ses interrogations.
©DR


Un pouf cylindrique recouvert d’une housse en satin de coton et en velours, et un coussin en satin de coton : deux accessoires ornés de trois visages sortant des flammes, des motifs souvent repris, et caractérisant l’univers onirique de Jean Cocteau.

Un pouf cylindrique recouvert d’une housse en satin de coton et en velours, et un coussin en satin de coton : deux accessoires ornés de trois visages sortant des flammes, des motifs souvent repris, et caractérisant l’univers onirique de Jean Cocteau.
©DR