Ça groove à l’Idol Hotel!

Agnès Zamboni
A Paris, dans le quartier des Grands Magasins, un hôtel unique propose une plongée dans la musique black des années 1960 à 1980.
Suite Blue Sunshine équipée d’une baignoire lumineuse.

Suite Blue Sunshine équipée d’une baignoire lumineuse.
©Céline Demoux


Une création iconoclaste



C’est l’œuvre combinée d’un amateur de jazz, Yann Gasparini, maître des lieux et d’une décoratrice-artiste qui ose et revisite le style pop, Julie Gauthron. Comme les autres réalisations, de son agence Exquise Exquisse, l’hôtel Crayon, l’hôtel Crayon Rouge, l’hôtel Joséphine et l’hôtel Exquis, il offre une explosion de couleurs, une excentricité peu commune et une ambiance plutôt funky.



Le saviez-vous ? Dans la rue de l’Idol Hotel, le Conservatoire Municipal de Paris et le Conservatoire National ont longtemps séjourné. Du coup, les luthiers sont légion dans la rue et dans tout le quartier, fabricants de guitares, de contrebasses et de violons. Une plaque commémorative rappelle même qu’ici a vécu Adolphe Boschot, célèbre critique musical et immense spécialiste de Berlioz. Alors, ici, un environnement musical s’imposait !



Dès la réception, le rythme  est donné avec un parti-pris vintage et kitsch.

Dès la réception, le rythme est donné avec un parti-pris vintage et kitsch.
©Céline Demoux




Des chambres Pop soul



Lady Soul, Moon Blue, Light My Fire, Jungle Fever, Give me the Night ….Habillées comme les pochettes de disques colorées des fameux labels Stax Records ou Motown, les 32 chambres et suites de 30 à 35 m² jouent une mélodie vintage sans jamais se figer dans une époque particulière : un peu de 50’s, un brin de 70’s et quelques touches 80’s. Loin du minimalisme néo-brut, l’hôtel assume les papiers peintsà paillettes, les meubles en Corian® aux teintes pop (rouge, vert, orange), les lampes boules (clin d’œil au Studio 54, temple du Disco dans les années 70), et tous les télescopages de couleurs décomplexés : bleu canard-or, fuchsia-vert olive, jaune-rouge... Un peu mauvais goût ? Non, pas du tout, car les faux camaïeux et dégradés sont toujours très travaillés. C’est d’ailleurs beaucoup plus raffiné qu’à l’époque. Rappelez-vous…



Dans le lobby “musical”, surplombant les piles de vinyles, la collection des suspensions sculpturales “Clark”, signées de l’éditeur DelightFull, en laiton trempé dans un bain d’or, détourne la trompette, le trombone et l’orgue de leur fonction purement musicale, et annoncent la partition qui va se jouer dans l’hôtel. Au mur, néon lumineux sculpté par l’artiste Julie Gauthron et intitulé “Le Son de la Trompette”.

Dans le lobby “musical”, surplombant les piles de vinyles, la collection des suspensions sculpturales “Clark”, signées de l’éditeur DelightFull, en laiton trempé dans un bain d’or, détourne la trompette, le trombone et l’orgue de leur fonction purement musicale, et annoncent la partition qui va se jouer dans l’hôtel. Au mur, néon lumineux sculpté par l’artiste Julie Gauthron et intitulé “Le Son de la Trompette”.
©Céline Demoux




Une décoration mélodieuse



Le glamour de Julie Gauthron est plein de fraîcheur, car revisité dans des matériaux, carrelages et papiers peints actuels. C’est le mixage qui est propre à son style très libre. La décoration gaie et sensuelle met en valeur des matières texturées (velours, vinyle...). On a envie de toucher
à tout, de caresser les murs et les meubles.



Que pensez-vous de ce lieu à nul autre pareil ?



Chambre Lady Soul version verte aux murs encadrés par des baguettes peintes en rose-orangé fluo.

Chambre Lady Soul version verte aux murs encadrés par des baguettes peintes en rose-orangé fluo.
©Céline Demoux




Idol Hotel

16, rue d’Edimbourg

75008 Paris

Tél. : 01 45 22 14 31

Mail : contact@idolhotel-paris.com

www.idolhotel-paris.com



Inspiration chinoisante dans la chambre Moon Blue modernisée par des touches d’orange.

Inspiration chinoisante dans la chambre Moon Blue modernisée par des touches d’orange.
©Céline Demoux




Le carrelage de la salle de bains de la chambre Light My fire, version rouge imite un décor de grosses écailles.

Le carrelage de la salle de bains de la chambre Light My fire, version rouge imite un décor de grosses écailles.
©Céline Demoux




Sous les toits, douce harmonie acidulée pour la suite feeling Good, équipée d’un hammam.

Sous les toits, douce harmonie acidulée pour la suite feeling Good, équipée d’un hammam.
©Céline Demoux




Carrelage façon Origami, modèle Tex par Raw Edges chez Mutina, dans la chambre Lady Soul version verte.

Carrelage façon Origami, modèle Tex par Raw Edges chez Mutina, dans la chambre Lady Soul version verte.
©Céline Demoux




Suite Chérie Amour, en dégradé de rose, du rose dragée au rose bonbon jusqu’au fluo.

Suite Chérie Amour, en dégradé de rose, du rose dragée au rose bonbon jusqu’au fluo.
©Céline Demoux




La chambre Joy, comme toutes les chambres, est équipée d’enceintes “boules” où l’on peut connecter son smartphone via le Bluetooth de l’ampli installé dans le petit bureau.

La chambre Joy, comme toutes les chambres, est équipée d’enceintes “boules” où l’on peut connecter son smartphone via le Bluetooth de l’ampli installé dans le petit bureau.
©Céline Demoux




A chaque étage, le sol du couloir est personnalisé par un motif graphique bicolore. La rampe et les barreaux de la cage d’escalier dessinent un fil rouge.

A chaque étage, le sol du couloir est personnalisé par un motif graphique bicolore. La rampe et les barreaux de la cage d’escalier dessinent un fil rouge.
©Céline Demoux




Ambiance inspirée d’un bar américain dans la salle de petit-déjeuner.

Ambiance inspirée d’un bar américain dans la salle de petit-déjeuner.
©Céline Demoux