Un hôtel pas comme les autres

Agnès Zamboni
En hommage au poète Arthur Rimbaud, natif de Charleville-Mézières, dans les Ardennes, cet hôtel, 4 étoiles, a été baptisé Le Dormeur du Val. Décoré avec beaucoup de poésie, son auteur, le décorateur parisien Carlos Pujol, l’a imaginé iconoclaste et unique, comme Rimbaud.
Dans chaque chambre, le lit est équipé d’une tablette de lecture avec bras domotisé pour tout piloter. Ici, une chambre « Strophe ».

Dans chaque chambre, le lit est équipé d’une tablette de lecture avec bras domotisé pour tout piloter. Ici, une chambre « Strophe ».
©DR

Carte blanche à Carlos Pujol


« Devenu ensuite propriété de la chaîne d’hôtels Best Western, ce projet, d’abord indépendant, et très audacieux, a été réalisé avec une prise de risque assumé pour réaliser quelque chose de différent. J’ai souhaité conserver le caractère originel du bâtiment industriel, qui avait abrité la rédaction du magazine L’Usine Nouvelle », raconte l’architecte d’intérieur Carlos Pujol. Le chantier, qui a duré un an, fut sa première mission complète et d’importance. On comprend son attachement au lieu et l’inventivité dont il a fait preuve dans chaque espace.


Une série d’anciennes baignoires en fonte, hors d’usage, repeintes, ont été reconverties en jardinières.

Une série d’anciennes baignoires en fonte, hors d’usage, repeintes, ont été reconverties en jardinières.
©DR


Entre passé et présent


Tout en conservant la mémoire du lieu, Carlos Pujol, a associé mobilier d’hier et d’aujourd’hui. Sols en parquet travaillé comme autrefois, portes anciennes de récupération utilisées jadis dans les étables, il a mis en relief la tradition du bois et des forêts des Ardennes pour retrouver l’âme de la région. « J’ai fait travailler des entreprises du coin, des ébénistes, et j’ai aussi souhaité rendre hommage aux origines industrielles de la Champagne-Ardenne, berceau de la fonderie, véritable fleuron économique autrefois. Mais j’ai  aussi fait participer des artisans d’autres départements qui allient futur et passé ».


La façade de l’hôtel en verre est décorée de citations appartenant à la poésie rimbaldienne. Ce principe d’adhésif imite le verre dépoli et sablé par transparence.

La façade de l’hôtel en verre est décorée de citations appartenant à la poésie rimbaldienne. Ce principe d’adhésif imite le verre dépoli et sablé par transparence.
©DR


Dans un « joyeux bordel », la décoration éclectique offre un patchwork d’influences, de la salle d’accueil aux chambres, en passant par la salle de conférence, bien différente d’une salle de réunion conventionnelle. Si l’on s’ennuie, on peut toujours rêver en regardant les différents lés de papier peint qui tapissent les murs choisis pour attirer l’attention. OVNI dans le monde de l’hôtellerie comme Rimbaud dans la littérature, cet espace raconte un parcours atypique, comme celui du poète enterré à 200 mètres de là. Le fil conducteur, a été l’originalité, pour être résolument moderne, comme Rimbaud l’a été en son temps. Réussite totale pour cet hôtel qui offre trois catégories de chambres : « Rime », entrée de gamme ; « Strophe », milieu de gamme et « Poème », avec une surface plus grande et une salle de bains incluant douche et bain.


Aimeriez-vous séjourner dans cet hôtel qui pourrait être le « best » lieu d’une grande ville ?


La bibliothèque est composée d’un mur planté de flèches qui rend hommage aux livres de façon inattendue. C’est aussi une façon très maligne et spectaculaire d’aménager un rangement mural pour les livres, lorsqu’on a peu d’ouvrages. Ici, on a choisi aussi des BD et des lectures pas très sérieuses.

La bibliothèque est composée d’un mur planté de flèches qui rend hommage aux livres de façon inattendue. C’est aussi une façon très maligne et spectaculaire d’aménager un rangement mural pour les livres, lorsqu’on a peu d’ouvrages. Ici, on a choisi aussi des BD et des lectures pas très sérieuses.
©DR


Réalisation :

Carlos Pujol, designer

Tél. : 06 11 34 07 48

Mail : contact@carlos.fr

Site internet : www.carlos.fr

www.hotel-dormeur-du-val.com


Le bar dévoile, sans complexe, la mémoire industrielle du lieu, avec une collection de sièges tous différents et qui dynamise l’esprit du lieu.

Le bar dévoile, sans complexe, la mémoire industrielle du lieu, avec une collection de sièges tous différents et qui dynamise l’esprit du lieu.
©DR


Le mur de la salle de conférences décline une sélection de papiers choisis dans un dégradé de tons rouges, qui dessine un effet de rayures vibrantes. L’éclairage (Modular) dessine des jeux de lumière. Autour de la table, un choix de sièges dépareillés (Calligaris, Cinna, Ligne Roset…). Rien à voir avec les espaces aseptisés classiques.

Le mur de la salle de conférences décline une sélection de papiers choisis dans un dégradé de tons rouges, qui dessine un effet de rayures vibrantes. L’éclairage (Modular) dessine des jeux de lumière. Autour de la table, un choix de sièges dépareillés (Calligaris, Cinna, Ligne Roset…). Rien à voir avec les espaces aseptisés classiques.
©DR


Pratique et gain de place, la cabine Tris (Idéal Standard) conjugue hammam, douche et sauna. Le meuble d’entrée, dessiné par Carlos Pujol, permet de ranger serviettes et accessoires pour le sauna.

Pratique et gain de place, la cabine Tris (Idéal Standard) conjugue hammam, douche et sauna. Le meuble d’entrée, dessiné par Carlos Pujol, permet de ranger serviettes et accessoires pour le sauna.
©DR


Le plafond du bar de l’accueil est animé par un moteur d’avion trouvé chez un antiquaire de Nice.

Le plafond du bar de l’accueil est animé par un moteur d’avion trouvé chez un antiquaire de Nice.
©DR


Comme dans toutes les chambres, la chambre « Rime » est décorée avec des lés de papier peint choisis dans une harmonie de deux tons. Le bureau est aussi une création de Carlos Pujol. Il fait office de rangement avec tiroir, repose-bagages, penderie et coffre-fort.

Comme dans toutes les chambres, la chambre « Rime » est décorée avec des lés de papier peint choisis dans une harmonie de deux tons. Le bureau est aussi une création de Carlos Pujol. Il fait office de rangement avec tiroir, repose-bagages, penderie et coffre-fort.
©DR


Dans la salle de sport, on retrouve les mêmes codes graphiques : papiers peints déclinés dans une gamme de couleurs particulières, et éclairage singulier façon « donuts », création Modular.

Dans la salle de sport, on retrouve les mêmes codes graphiques : papiers peints déclinés dans une gamme de couleurs particulières, et éclairage singulier façon « donuts », création Modular.
©DR