Les nouvelles couleurs d’un presbytère rénové

Agnès Zamboni
Située en Bourgogne, cette grande demeure a retrouvé une seconde jeunesse. La mise en teinte de l’espace met en valeur son architecte forte et rustique.
La façade du presbytère n’a pas perdu son âme originale. Seules les ouvertures ont été retravaillées, pour dessiner une symétrie  et un équilibre.

La façade du presbytère n’a pas perdu son âme originale. Seules les ouvertures ont été retravaillées, pour dessiner une symétrie et un équilibre.
©DR

De l’utilisation de la couleur


« Les propriétaires souhaitaient des teintes neutres. C’est en choisissant des tissus qu’ils ont pu se rendre compte par eux même, que la couleur apportait beaucoup. Et il fallait définir 3 teintes qui s’harmonisent et se déclinent à travers l’espace avec un lien entre chaque pièce. La mise au point de la palette a été longue. J’ai choisi les peintures professionnelles la Seigneurerie. Pour trouver le bon vert de  la cage d’escalier, on a fait 10 essais avant de s’arrêter sur une nuance précise », raconte Didier Barray, architecte d’intérieur. Dans cette maison datant du XVIIème, restaurée une première fois, au début du XXème siècle, l’esprit du presbytère devait être conservé tout en apportant modernité et confort.


Le premier salon de 25 m² a été habillé de tissu tendu rutilant, qui camoufle les imperfections des murs, tout en les laissant respirer. La cheminée et son trumeau en bois d’origine ont été conservées. Les boiseries en partie basse ont été remplacées à l’identique.

Le premier salon de 25 m² a été habillé de tissu tendu rutilant, qui camoufle les imperfections des murs, tout en les laissant respirer. La cheminée et son trumeau en bois d’origine ont été conservées. Les boiseries en partie basse ont été remplacées à l’identique.
©DR


Entre tradition et modernité    


La maison a gardé son charme d’antan avec son grand escalier en bois qui dessert le second étage et les combles à la charpente surélevée de 1,70 m à 1,90 m, à l’occasion des travaux. C’est à ces deux niveaux que se trouvent les 5 chambres, chacune décorées dans un style différent. Une chambre principale est accompagnée d’une salle de bains privative. Tandis que les 4 autres chambres se partagent deux salles de d’eau. Le rez-de-chaussée accueille la cuisine séparée par une cloison vitrée, façon portes d’atelier, ainsi que deux grands salons. Chacun possède sa propre identité et harmonie chromatique. A ce niveau, les sols ont été nappés de dalles de pierre de Dordogne traitées différemment en fonction des espaces. A l’étage, on a conservé les terres cuites existantes. Et partout dans la maison, on a composé avec le meilleur du passé et des accents plus actuels, pour ne pas dénaturer le bâtiment, tout en lui insufflant un esprit d’aujourd’hui.


La cuisine au sol bicolore nappé d’un damier de pierre de Dordogne dessine un espace lumineux. Les éléments de rangement en plaquage de chêne cérusé et blanchi, ont été réalisés sur mesure. Leurs façades offrent des panneaux rainurés imitant un assemblage de planches massives. Le plan de travail est en granit.

La cuisine au sol bicolore nappé d’un damier de pierre de Dordogne dessine un espace lumineux. Les éléments de rangement en plaquage de chêne cérusé et blanchi, ont été réalisés sur mesure. Leurs façades offrent des panneaux rainurés imitant un assemblage de planches massives. Le plan de travail est en granit.
©DR


D’autres projets


Mais le presbytère n’a pas terminé sa douce mutation. Une dépendance actuellement convertie en garage deviendra bientôt un bureau accompagné d’un petit appartement indépendant en attendant que la piscine prenne forme. 


Que pensez-vous de cette restauration qui concilie passé et présent ?


L’escalier, créé en 1810, à la rampe monumentale affiche son ossature campagnarde et solide, mise en valeur par la couleur verte.

L’escalier, créé en 1810, à la rampe monumentale affiche son ossature campagnarde et solide, mise en valeur par la couleur verte.
©DR


Descriptif technique :

SHON : 250 m²

Année de création : 2012

Durée de l’étude : 6 mois

Durée du chantier : 9 mois

Montant des travaux : non communiqué

Dispositif énergétique : gaz de ville, doublage et isolation des murs, remplacement de toutes les fenêtres et

huisseries et mise en place d’un double vitrage. VMC au rez-de-chaussée.

Performances énergétiques : non communiquées


Réalisation :

Didier Barray, architecte d’intérieur

19, avenue de Parmentier, 75011 Paris.

Tél. : 01 43 14 68 87

Mail : didier.barray@wanadoo.fr

www.didierbarray.fr

Duravit : www.duravit.fr

Seigneurerie : www.seigneurerie.tm.fr

Emaux de Briare : www.emauxdebriare.com


Le premier niveau d’habitation, et sa dépendance, qui offre des pièces de jour en enfilade.

Le premier niveau d’habitation, et sa dépendance, qui offre des pièces de jour en enfilade.
©DR


Combles surélevés pour accueillir deux chambres séparées par une salle de bains.

Combles surélevés pour accueillir deux chambres séparées par une salle de bains.
©DR


Le 1er étage occupé par 3 chambres et 2 salles de bains, accompagné du projet d’aménagement de la dépendance, en cours.

Le 1er étage occupé par 3 chambres et 2 salles de bains, accompagné du projet d’aménagement de la dépendance, en cours.
©DR


Derrière la façade du presbytère, un long corridor dessert toutes les pièces du rez-de-chaussée. Le sol a été recouvert d’un calepinage dalles de pierre de Dordogne (40 x 40 cm) ponctuées de cabochons. Ses couleurs claires contrastent avec les murs peints en vert.

Derrière la façade du presbytère, un long corridor dessert toutes les pièces du rez-de-chaussée. Le sol a été recouvert d’un calepinage dalles de pierre de Dordogne (40 x 40 cm) ponctuées de cabochons. Ses couleurs claires contrastent avec les murs peints en vert.
©DR


La salle de bains de la chambre principale est personnalisée par un patchwork de carreaux ciment, ponctué par des carreaux unis bleus. Au sol, des carreaux en pierre de Tunisie. Les  courbes du meuble, réalisé sur mesure, s’accordent avec celles de la baignoire en îlot (création Philippe Starck, Duravit) et de la vasque intégrée.

La salle de bains de la chambre principale est personnalisée par un patchwork de carreaux ciment, ponctué par des carreaux unis bleus. Au sol, des carreaux en pierre de Tunisie. Les courbes du meuble, réalisé sur mesure, s’accordent avec celles de la baignoire en îlot (création Philippe Starck, Duravit) et de la vasque intégrée.
©DR