Découvrez les dernières collections Modénature

Clément Martin
Editeur français de mobilier contemporain de luxe, Modénature met à l’œuvre son savoir-faire dans le domaine de l’ébénisterie, pour la création de nouvelles gammes de meubles sous le signe du contraste.
Dans cet intérieur Modénature, la table à thé « Eden Roc » côtoie le lampadaire « Duo » et le fauteuil « Claridge ». Conçu par Kaki Kroener, ce siège promet un confort d’exception, revêtu par une housse en lin tramé blanc.

Dans cet intérieur Modénature, la table à thé « Eden Roc » côtoie le lampadaire « Duo » et le fauteuil « Claridge ». Conçu par Kaki Kroener, ce siège promet un confort d’exception, revêtu par une housse en lin tramé blanc.
©DR

Depuis sa création en 1996, les collections de Modénature font preuve d’une élégance sobre et discrète, dans un style actuel marqué par l’intemporalité. Afin de rester dans le nec plus ultra, un véritable dialogue s’instaure de la conception à la production avec les différents maillons de la chaîne. Avec la rentrée 2012, la maison fait peau neuve grâce à toute une série de nouveautés, en conservant une certaine tradition soulignée par la pureté des lignes et la noblesse des matières. Sous le nom d’ « Insoutenable Légèreté », la collection se présente comme le mariage des contrastes, dans un choc entre les formes, les matières, avec pour seul prérogative : la qualité.


Dans un décor à l’esprit sixties, les tables « Tribu » prennent place près du fauteuil club « Gatsby ». Dessiné par Olivier Peyricot, le siège reprend la tradition du capitonnage dans une association entre le cuir et la toile de coton.

Dans un décor à l’esprit sixties, les tables « Tribu » prennent place près du fauteuil club « Gatsby ». Dessiné par Olivier Peyricot, le siège reprend la tradition du capitonnage dans une association entre le cuir et la toile de coton.
©DR


Entre canapés, fauteuils, tables et autres meubles, Modénature revisite l’ensemble de la maison dans un style classique remis au goût du jour. Ainsi, la collection s’inspire des lignes de l’architecture moderniste et du mouvement Art Déco des années 20 et 30. Elle est l’opportunité pour la maison de faire preuve de son savoir-faire de fabricant, en osant réunir différentes matières, pour des assemblages toujours plus audacieux. A ce titre, la table à thé « Eden Roc » marque l’alliance d’un plateau en pierre, d’un piètement en bois et d’une colossale vis en métal. Les formes ne sont pas en reste, avec l’association du massif et du léger pour la table à manger « Grace ».


Avec la table à thé « Eden Roc », Modénature joue sur la modularité grâce à un plateau tournant d’une hauteur ajustable de 45 à 67 cm. La gamme propose deux hauteurs différentes et un large choix de couleurs pour son plateau en laque.

Avec la table à thé « Eden Roc », Modénature joue sur la modularité grâce à un plateau tournant d’une hauteur ajustable de 45 à 67 cm. La gamme propose deux hauteurs différentes et un large choix de couleurs pour son plateau en laque.
©DR


Dans une recherche toujours plus poussée de matières de qualité, la collection met à jour la noblesse du louro-faia, un bois d’origine brésilienne. Sa particularité réside dans sa texture, évocation de la peau d’un reptile, et son aspect proche de celle du galuchat. Difficile à travailler, il nécessite un long ponçage avant d’obtenir une surface lisse, engendrant beaucoup de perte. Modénature met en œuvre un véritable savoir-faire et une maîtrise des règles de son art. Cette nouvelle collection est également l’occasion de découvrir de nouveaux designers, mis en lumière sur le devant de la scène : Kaki Kroener et Olivier Peyricot.


En d’autres termes, l’ « Insoutenable légèreté » de Modénature est à découvrir dès à présent.


www.modenature.com


La table « Grace » de Modénature possède une belle structure formée par un jeu de contrastes entre les matières et les formes. Alors que le chêne rencontre le louro-faya, la massivité du plateau contraste avec la finesse du piètement.

La table « Grace » de Modénature possède une belle structure formée par un jeu de contrastes entre les matières et les formes. Alors que le chêne rencontre le louro-faya, la massivité du plateau contraste avec la finesse du piètement.
©DR