« Ceci n’est pas une copie »…mais sans doute du design

Agnès Zamboni
C’est le titre de la nouvelle exposition organisée par le CID au Grand-Hornu, près de Mons, en Belgique, qui dévoile les coulisses la création.
Eames Lounge Outdoor Mal, fauteuil et repose-pied en polyéthylène recyclé, création Bob et Copray and Niels Wildenberg, 1956/2012.

Eames Lounge Outdoor Mal, fauteuil et repose-pied en polyéthylène recyclé, création Bob et Copray and Niels Wildenberg, 1956/2012.
©Mal Furniture


La copie sous toutes ses coutures



Analyser le phénomène de la copie dans l’univers du mobilier et objet design n’est pas chose facile. Le disséquer est cependant passionnant. C’est ce que propose cette exposition qui évoque tous les aspects de la copie. En effet, la copie est inhérente à toutes créations humaines, car on ne peut créer que ce que l’on a déjà vu. À la copie peu soignée et vénale, s’opposent des stratégies de réemploi reconnues, telles que l’hommage et la réinterprétation avec mention des sources. De tout temps, la copie a été un moyen d’étudier, d’optimiser, de commenter, d’expérimenter voir de provoquer. Réinterprétations
de bleus de Delft inspirés de la porcelaine chinoise, variantes de tapis d’Orient traditionnels, approches modernes de vases ou sièges Ming, comme ceux du scandinave Hans J. Wegner ou encore sculptures lumineuses en papier comme celles de Isamu Noguchi (lui-même copié par la grande diffusion) ; la copie peut être aussi créative.  



Extrapolations and Anachronisms, vases à tulipe formant une tour réalisée à partir de pots de cactus empilés. Fabrication en impression 3D. Ce travail d’appropriation est à la fois une analyse critique et une parodie intelligente. Création Bas Van Beek, en référence à la création de Jan van der Vaart, 2015.

Extrapolations and Anachronisms, vases à tulipe formant une tour réalisée à partir de pots de cactus empilés. Fabrication en impression 3D. Ce travail d’appropriation est à la fois une analyse critique et une parodie intelligente. Création Bas Van Beek, en référence à la création de Jan van der Vaart, 2015.
©Courtesy Galerie Vivid




Les spécialistes de la copie positive



Dans le flot incessant de créations objets et mobilier, nombre de produits se ressemblent et parfois volontairement par un choix personnel et assumé de leur créateur. C’est le cas de Bas Van Beek qui remet en selle des projets célèbres, après étude minutieuse sur le plan historique et technique, mais aussi des projets non réalisés ou de nouvelles variations. Jasper Morrison prend délibérément un siège existant comme point de départ d’un nouveau siège : on voit à peine la différence entre le modèle et son successeur (entre la chaise 40/4 créée en 1964 par David Rowland et la chaise Sim de 1999). Les questions de paternité et d’originalité sont aussi inhérentes à l’œuvre de la créatrice allemande Hanna Krüger. Quant à Martino Gamper, il déconstruit des meubles et des matériaux existants pour les réassembler en quelque chose de neuf. « Ce n’est pas parce que quelqu’un a déjà courbé du bois, que plus personne ne peut le faire. Nous devrions faire preuve d’une plus grande franchise et ne pas craindre de marcher sur les traces d’autrui. Des idées existantes, des processus de réalisation déjà explorés devraient davantage nous servir de modèles, nous inspirer, pour nous donner le cran précisément de reculer les limites de ce qui existe et tenter de réinventer les choses », nous rappelle-t-il.  Le designer néerlandais Richard Hutten a fait lui aussi de nombreuses recherches sur le copiage. Et il a conçu de très nombreux objets inspirés de projets existants, comme sa chaise Berlage pour le Gemeentemuseum de La Haye et s’interroge sur la culture chinoise du copycat. « Ce que l’acte de copier vous révèle », explique Hutten, « c’est l’amélioration d’un original. Et c’est ce qu’ils font en Chine. »



Walnut stool, tabouret en bois massif. Création Charles et Ray Eames, 1960, éditée par Herman Miller.

Walnut stool, tabouret en bois massif. Création Charles et Ray Eames, 1960, éditée par Herman Miller.
©Vitra




La copie, bonne ou mauvaise ?



Pas de réponse tranchée à cette question si complexe, car polymorphe. Mais des réflexions ouvertes comme celle de Marnix Smessaert, fondateur et gérant de la société d’éclairage design Dark qui s’inquiète et lutte contre les copycats chinois. Ou le conseil éclairé d’un avocat bruxellois qui rappelle au consommateur, qui pourrait se laisser tenter par l’achat de copies illégales, ses obligations. Alors que les technologies permettent de dupliquer n’importe quel objet, comme le pratique le duo belgo-néerlandais Unfold, Claire Warnier et Dries Verbruggen avec leur Kiosk, un triporteur équipé d’un scanner 3D mobile et d’une imprimante…



Long Neck Groove Bottle, bouteille en céramique, verre et papier adhésif. Création Hella Jongerius, 2000.

Long Neck Groove Bottle, bouteille en céramique, verre et papier adhésif. Création Hella Jongerius, 2000.
©Jongeriuslab




Contact Exposition :

Ceci n’est pas une copie


Design entre innovation et imitation

Du 27 novembre 2016 au 26 février 2017

CID - centre d'innovation et de design au Grand-Hornu


82, rue Sainte-Louise

7301 Hornu

Belgique

Tél. : 0032 (0) 65 65.21.21


Mail : info.cid@grand-hornu.be

www.cid-grand-hornu.be

Et www.grand-hornu.eu



Plywood Group DCW, chaise en multiplex de bois édité par Evans Products en 1945, Herman Miller de 1946 à 1958 et Vitra de nos jours. Création Charles Ray Eames.

Plywood Group DCW, chaise en multiplex de bois édité par Evans Products en 1945, Herman Miller de 1946 à 1958 et Vitra de nos jours. Création Charles Ray Eames.
©Vitra




Mini Lee, table d’appoint et lampe en cuivre, verre, plastique ABS et Corian ®. Création Studio Hanna Krüger, 2014.

Mini Lee, table d’appoint et lampe en cuivre, verre, plastique ABS et Corian ®. Création Studio Hanna Krüger, 2014.
©Studio Hanna Krüger




Handle with care, théière en céramique avec poignée en plastique ABS. Création Richard Hutten, 2011.

Handle with care, théière en céramique avec poignée en plastique ABS. Création Richard Hutten, 2011.
©Droog




Lu Yi Wij, sièges en bloc de polypropylène recouverts d’une fausse housse Vuitton. Création Volker Albus, 2014.

Lu Yi Wij, sièges en bloc de polypropylène recouverts d’une fausse housse Vuitton. Création Volker Albus, 2014.
©Courtesy Volker Albus




The Dudes, sièges en polypropylène. Création Bert Loeschner, 2011, édition limitée.

The Dudes, sièges en polypropylène. Création Bert Loeschner, 2011, édition limitée.
©Bert Loeschner




Square fruit bowl, corbeille à fruits en argent, ivoire et ébène, édition limitée de 5 exemplaires. Figure de proue d’un renouveau stylistique historique, cette pièce semblerait avoir été inspirée par une œuvre antérieure de son contemporain moins connu, Kolomon Moser. Création Josef Hoffman, 1910, éditée par les Wiener Werkstätte.

Square fruit bowl, corbeille à fruits en argent, ivoire et ébène, édition limitée de 5 exemplaires. Figure de proue d’un renouveau stylistique historique, cette pièce semblerait avoir été inspirée par une œuvre antérieure de son contemporain moins connu, Kolomon Moser. Création Josef Hoffman, 1910, éditée par les Wiener Werkstätte.
©Collection Design Museum Gent




Rest in peace, chaises 1 et 2 et table en aluminium coulé recouvert d’une peinture époxy blanche. Création Robert Stadler, 2010.

Rest in peace, chaises 1 et 2 et table en aluminium coulé recouvert d’une peinture époxy blanche. Création Robert Stadler, 2010.
©Robert Stadler