La « Rainbow Chair » de Patrick Norguet

Clément Martin
Editée par Cappellini, la « Rainbow Chair » fut conçue par Patrick Norguet, où l’innovation fait la part belle à la couleur. Entièrement réalisée en méthacrylate, le siège s’amuse avec les nuances d’un arc-en-ciel de transparences.
En plaques de méthacrylate, la « Rainbow Chair » fut réalisée par Patrick Norguet, grâce à une technique de pointe utilisant les ultrasons. Mises en valeur par la transparence, les rayures bayadères s’auréolent d’une esthétique arc-en-ciel.

En plaques de méthacrylate, la « Rainbow Chair » fut réalisée par Patrick Norguet, grâce à une technique de pointe utilisant les ultrasons. Mises en valeur par la transparence, les rayures bayadères s’auréolent d’une esthétique arc-en-ciel.
©DR

A voir la « Rainbow Chair », il serait possible de décrire le designer responsable de cette œuvre. Né à Tours en 1969, Patrick Norguet entreprend des études à l’Ecole Supérieure de Design industriel à Paris. Un projet à la hauteur de ses ambitions, puisqu’il s’intéresse très tôt au monde industriel, pour créer à travers le dessin un lien avec le design. Son diplôme en poche, il entre dans la maison Louis Vuitton, comme responsable de l’identité visuelle. Ce n’est pas tant le concept qu’il cherche à exprimer que la beauté formelle des lignes. Inspiré par les innovations, le designer français conçoit un design aux accents industriels, où la réception de l’œuvre compte moins que les moyens mis en place pour sa fabrication. Son travail démarre par une série de détails, qu’il cherche à rassembler dans un esprit épuré, pour former un ensemble fonctionnel.


Réalisée en 2000, la « Rainbow Chair » est l’expression d’une beauté plastique, que tente d’atteindre Patrick Norguet à chacune de ses œuvres. Reprenant la forme classique d’une chaise, il s’agit pour le designer de faire fi de l’ornement, dans une sobriété élégante, qui s’intègre dans l’intemporalité. Avec une technique de pointe, totalement innovante à l’époque, utilisant des ultrasons, il réussit à assembler différentes plaques de méthacrylate, mises en valeur par un jeu sur la couleur. Avec éclat, le siège s’habille de rayures bayadères aux mille et une nuances, où l’acidulé est adoucit par la transparence de la matière. En illuminant les couleurs, la transparence permet à la lumière de pénétrer la matière, pour apporter de la clarté.


Grâce à sa forme traditionnelle, la « Rainbow Chair » s’intègre avec raffinement dans tous les intérieurs. Dans un contraste entre ligne sobre et couleur audacieuse, il met l’accent sur les qualités industrielles de son œuvre, en simplifiant sa fabrication au maximum, pour correspondre aux exigences de la production. Avec la transparence, Patrick Norguet réalise un siège atypique, dont la variation colorée en tranche napolitaine permet de donner du rythme à la composition. Chaque plaque semble se fusionner dans l’idée constante d’un équilibre, où la justesse incarne le sens du détail du designer. Dans un mouvement aérien, le dynamisme des plaques montre qu’une conception technique ne signifie pas l’abandon de la créativité.


En inventant un vocabulaire de formes classiques twistées par le prisme de la modernité, Patrick Norguet cherche une intemporalité, qui s’est concrétisé par l’entrée de la « Rainbow Chair » dans les collections du MoMA. Editée Cappelini, la « Rainbow Chair » est devenue un classique de l’univers de la maison, que vous pourrez vous procurer pour 13 000 dollar l’unité.


www.patricknorguet.com

www.cappellini.it