Joseph-André Motte, le design vintage des années 50

Clément Martin
Du 15 mai au 23 juin 2012, Steiner organise une exposition, pour célébrer l’une des figures majeures du design français, Joseph-André Motte. Une occasion qui se tient dans la lignée de la réédition de deux sièges mythiques.
Rouge ou jaune, la couleur des fauteuils 740 est éclatante, ce qui les rend typiques de l’esthétique des années 50. Le piètement en acier est d’une finesse telle, que le meuble semble flotter dans les airs.

Rouge ou jaune, la couleur des fauteuils 740 est éclatante, ce qui les rend typiques de l’esthétique des années 50. Le piètement en acier est d’une finesse telle, que le meuble semble flotter dans les airs.
©DR

Située sur le boulevard Sébastopol, une exposition, dédiée à Joseph-André Motte, retrace la carrière du célèbre designer, en présentant des modèles d’origine, issus de sa collaboration avec Steiner de 1954 à 1960. Fondé en 1927, dans l’historique faubourg Saint-Antoine, Steiner développe un mobilier haut de gamme, qui met à l’honneur la qualité, le confort et l’esthétisme. Distributeur de pièces phares, l’éditeur n’a de cesse de se tourner vers l’avenir, sans oublier les figures mythiques qui ont fait son succès.


Le designer français Joseph-André Motte est devenu l’une des figures mythiques des fifties, contribuant à lui apporter ses codes graphiques.

Le designer français Joseph-André Motte est devenu l’une des figures mythiques des fifties, contribuant à lui apporter ses codes graphiques.
©DR


Né en 1925, Joseph-André Motte s’inscrit à l’école des arts appliqués, d’où il sort premier de sa promotion. Fort de ses premiers succès, il crée l’Atelier de recherche plastique, en collaboration avec Michel Mortier et Pierre Guariche. Au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, il se lance dans le design, avec comme axe majeur l’utilisation de techniques modernes pour réinventer les formes classiques du mobilier. L’après-guerre lui est particulièrement favorable avec la reconstruction systématique des foyers, qui nécessite un réameublement complet. De ce fait, après un séjour dans l’atelier de Marcel Gasoin, il est considéré comme le chef de file d’une nouvelle école de design, caractérisée par l’élégance à la française. Innovant, son travail n’a eu de cesse de chercher la modernité, en réalisant des pièces aux charmes intemporels.


En 1973, une campagne de requalification des quais du métro parisien est lancée, qui trouve son accomplissement avec un nouvel aménagement, fait d’espace et de confort, proposé par Joseph-André Motte.

En 1973, une campagne de requalification des quais du métro parisien est lancée, qui trouve son accomplissement avec un nouvel aménagement, fait d’espace et de confort, proposé par Joseph-André Motte.
©RATP - CARRIER Jean-Marie


Devenu décorateur-architecte, Joseph-André Motte est à l’origine du style Andreu-Motte du métro parisien, de plus d’une centaine de stations entre 1974 et 1984. En collaboration avec Paul Andreu, ils cherchent une véritable rupture avec l’ancien style dit « Mouton », où l’orange est omniprésent. Ils érigent le blanc comme couleur principale, pour apporter de la luminosité et de la neutralité, avec un carrelage biseauté classique, qui produit du rythme. La couleur est réintroduite indépendamment de chaque station, afin d’offrir un code visuel reconnaissable par les voyageurs. L’aménagement est conçu pour correspondre aux deux points essentiels de son œuvre : l’espace et le confort.


L’exposition chez Steiner a pour origine la réédition de deux meubles, emblèmes de la créativité du designer : le fauteuil 740 et le canapé 800. Une gamme de sièges qui se caractérisent par des lignes, jouant sur la courbe et la rondeur, pour contraster avec des volumes orthogonales. Créé en 1958, le canapé 800 offre ses formes généreuses, presque féminines, pour un confort optimal. Présenté au Salon des Arts Ménagers de 1957, où il remporte le prix René-Gabriel, le fauteuil 740, quant à lui, est à la fois vintage et contemporain. Avec sa forme fuselée et dynamique, ce fauteuil possède un piètement en acier, dont la finesse donne l’impression que l’assise est suspendue dans l’espace. La couleur n’est pas en reste, puisque les sièges sont habillés de nuances intenses et vivifiantes, des jaune et rouge primaires, qui s’inscrivent dans l’univers coloré de l’époque.


Elégant et raffiné, le canapé 800 se fond avec charme dans l’architecture intérieure, avec son gris souris. Généreusement rembourré, il donne envie de se prélasser sur ses coussins moelleux.

Elégant et raffiné, le canapé 800 se fond avec charme dans l’architecture intérieure, avec son gris souris. Généreusement rembourré, il donne envie de se prélasser sur ses coussins moelleux.
©DR


Pour découvrir ou redécouvrir une œuvre fondamentale des fifties, l’exposition Joseph-André Motte ouvrira ses portes du 15 mai au 23 juin 2012.


www.steiner-paris.com