Hugo & Victor : un nouveau concept pâtissier

Marie-Laure de Vienne
A mi chemin entre une boutique de vente et un service de luxe au service des gourmands, Hugo & Victor ouvre une intéressante enseigne en plein septième arrondissement.
Hugo Caramel

Hugo Caramel
©2010 DR

Deux gourmands avec un parcours classique mais chez des grands (Carlton à Cannes, Ladurée, Bristol, Guy Savoy) pour Hugues Pouget et pour Sylvain Blanc, son co-équipier en restauration, un chemin atypique qui le conduit de Polytechnique et des Mines à la conception de cette boutique inédite.



Un point commun : une même passion pour la gourmandise, le sucré et le vin surtout, laquelle gourmandise leur fait pétiller, à tous les deux, les pupilles et cela fait plaisir à voir, surtout quand on comprend et partage le fait d’être un bec sucré !



Un bel ensemble architectural mis en œuvre par la même agence que celle qui a conçu les espaces de dégustation de Nespresso : lumière, espace, sobriété, mise en valeur de quelques produits seulement à l’opposé des grandes vitrines et des étagères croulant sous les gâteaux. Au final, une belle réussite qui met en valeur, via des colonnes en arc de cercle, différentes saveurs. D’un côté, les trois saveurs permanentes que sont le chocolat, la vanille et le caramel, de l’autre, les produits saisonniers (5) avec, entres autres douceurs hivernales du moment, le combawa, le litchi, l’ananas qui seront suivis plus tard, lors des beaux jours, par la fraise, la cerise, la pêche, l’abricot, la mirabelle, la figue de Solliès, etc.….Ici, pas le classicisme habituel d’un éclair, d’un mille feuille, mais le détournement pour un mille feuille au caramel ou aux fruits exotiques, tandis que l’éclair est fourré de crème d’orange sanguine.



A chaque saveur, trois spécificités : une création innovante et très restaurant appelée « Victor » et facturée 5, 80 €, une pâtisserie plus traditionnelle nommée « Hugo » comme la tarte ou le chou à 5 €, le bonbon de chocolat. Sous chacune des huit colonnes, un vin sélectionné pour son aptitude à être servi sur la saveur et mettre en valeur la vanille, le fruit, le cacao.



Et Hugues Pouget, le chef pâtissier, de conclure : nous ne voulons pas vendre des gâteaux comme dans une simple pâtisserie, mais apporter une offre et un service en proposant de ramener à demeure un dessert de restaurant.



Enfin, l’ultime clin d’œil au nom pris par l’enseigne : les macarons et les chocolats sont présentés dans des coffrets noirs façon moleskine, carnet d’écrivains oblige. Vous avez dit Victor Hugo ou Hugo & Victor ?



Hugo & Victor

40 bd Raspail

75007 Paris

Tél : 01 44 39 97 73