Redécouvrir les acteurs du Patrimoine Culturel

Mario de Castro
Du 3 au 6 novembre 2011, la 17 ème Édition du Salon du Patrimoine Culturel au Carrousel du Louvre, ouvre ses portes à Paris. Rencontre avec son Président, Serge Nicole.
La chapelle Cocteau de Fréjus, longtemps restée à l'abandon, puis restaurée en 1989 sous l'impulsion de François Léotard : nettoyage des vitraux, restauration des pastels au mur et création de mosaïques à l'extérieur de la Chapelle.

La chapelle Cocteau de Fréjus, longtemps restée à l'abandon, puis restaurée en 1989 sous l'impulsion de François Léotard : nettoyage des vitraux, restauration des pastels au mur et création de mosaïques à l'extérieur de la Chapelle.
©Service Communication Ville de Fréjus - Robin Hacquard

Vous êtes  propriétaire du Salon International du Patrimoine Culturel, quel est son but ?


Serge Nicole : Chaque année, le Salon International du Patrimoine Culturel réunit les principaux acteurs du patrimoine : ateliers détenteurs de savoir-faire d’exception, architectes, éditeurs de presse, ministères de la Culture et de la Communication et celui du Commerce et de l’Artisanat, structures institutionnelles, associations de défense du patrimoine… Il offre au public l’occasion de découvrir ou de redécouvrir l'immense richesse du patrimoine culturel français et international. Vitrine des artisans d'excellence, des lieux et sites patrimoniaux, il s'intéresse à toutes les facettes de la vie patrimoniale. Chaque année, il accueille plus de 250 exposants et environ 20 000 visiteurs dans l’enceinte prestigieuse du Carrousel du Louvre à Paris.


Restauration d’une console en bois doré

Restauration d’une console en bois doré
©L’atelier Rechampi et Or


Bientôt une nouvelle édition du salon ?


S. N. : Le prochain salon ouvrira ses portes du 3 au 6 novembre 2011. Ateliers d’Art de France s’est attaché à mettre en lumière les métiers d’art au cœur du salon. Pour la première fois, un vaste espace de démonstrations permettra aux visiteurs de rencontrer directement de grands professionnels à l’ouvrage, d’approcher au plus près leurs savoir-faire, leurs gestes, mais aussi d’entrer en dialogue avec ces figures de nos métiers.  


Cette 17ème édition aura pour thème « le patrimoine dans la ville ». Une thématique aux enjeux économiques, sociaux, culturels mais également touristiques qui offrira l’opportunité d’aborder les questions liées au patrimoine architectural et mobilier à travers les cités. Cette thématique fera l’objet d’une superbe exposition de photographies et illustrations sur les passages couverts de la Ville de Paris que je vous invite à découvrir ! Elle sera également abordée en profondeur grâce au cycle de conférences dispensées par des experts du patrimoine pendant la durée du Salon. Ils apporteront leur point de vue, leurs questionnements, leurs témoignages sur toutes les questions qui se posent autour du patrimoine dans la ville.


La restauration de des façades de la cathédrale d'Amiens (XIIIe siècle), engagée à partir de 1994, a permis de mettre au jour des vestiges de polychromies médiévales.

La restauration de des façades de la cathédrale d'Amiens (XIIIe siècle), engagée à partir de 1994, a permis de mettre au jour des vestiges de polychromies médiévales.
©L. Rousselin pour Amiens Métropole


Pensez-vous que le Made in France a encore de beaux jours à venir ? Prenez-vous des initiatives dans ce sens ?


S. N. : Je ne le pense pas, j’en suis sûr ! Notre communauté porte des valeurs d’authenticité, de liberté et d’innovation qui correspondent à la quête actuelle de nos sociétés. Dans ces temps bouleversés par des crises économiques et morales, chaque individu a besoin de se recentrer sur l’essentiel : l’humain, l’authentique. Les métiers d’art offrent une réponse inégalable.


Le 15 septembre dernier, j’ai annoncé la création de la Fondation Ateliers d’Art de France au Petit Palais, à Paris. Au-delà des créations,  notre démarche est de contribuer à promouvoir le créateur et sa pensée en tant que précurseur de toutes les modernités. Ainsi, la Fondation Ateliers d’Art de France récompense les professionnels à travers un cycle de trois Prix : L’œuvre, en 2011 / 2012, puis les années suivantes : le Créateur puis  la Pensée. Le premier cycle vient d’être lancé et cette année,  pour la première fois, une Fondation récompense une œuvre  en devenir, à travers un financement pouvant aller jusqu’à 60 000 euros. Un projet ambitieux et passionnant !”


Boiseries sculptées en chêne XVIIIème classées monuments historiques

Boiseries sculptées en chêne XVIIIème classées monuments historiques
©L’atelier du Thau


Informations pratiques:

Du 3 au 6 novembre 2011, de 10h à 19h (dimanche de 10h à 18h)

Carrousel du Louvre

99, rue de Rivoli, Paris 1er

Métro : Palais Royal-Musée du Louvre

Tarif normal : 11 € / tarif réduit : 5 € (étudiants, groupes de 10 personnes et plus)

Gratuit pour les moins de 12 ans

www.patrimoineculturel.com