Le Salon du Chocolat 2011 sous l’égide de la pâtisserie

Marie-Laure de Vienne
La 17 ème édition du Salon du Chocolat met à l’honneur les pâtissiers dont le travail souvent artistique sort enfin de l’ombre.
Bel hommage au dieu chocolat avec le duo éclair + macaron de La Maison du Chocolat

Bel hommage au dieu chocolat avec le duo éclair + macaron de La Maison du Chocolat
©DR

C’est Pierre Hermé, surnommé par un journaliste américain le Picasso de la pâtisserie, qui avait amorcé le tournant et commencé à donner ses lettres de noblesse à la pâtisserie française. Il faut dire que ses compositions tiennent plus de l’œuvre artistique que du gâteau du dimanche des grands-mères. Pierre Hermé a entraîné toute une génération de jeunes pâtissiers qui ont laissé libre cours à leur créativité et à leur talent ; certains ont même été formés par lui. Avec les desserts pâtissiers d’hommes tels que Gilles Marchal, Arnaud Lahrer, les 3 Christophe (Felder, Adam et Michalak), la pâtisserie sort enfin des ténèbres où elle était cantonnée et à l’horizon se profile une très géniale génération qui va émoustiller nos papilles les prochaines années (Christelle Brua au Pré Catelan, Alice Barday chez Popelini, Laurent Jeannin au Bristol, Elsa Marie au Grand Véfour).


Les bonnes nouvelles adresses de pâtisseries sont légion tant sur la capitale qu’en province : La Pâtisserie des Rêves, Hugo & Victor, Gaudard, au Pain de Sucre. Les hôtels fourmillent d’idées pour attirer les gourmandes même à l’heure du tea time avec une pâtisserie design à l’image du Café de la Paix qui invite des acteurs de la mode à créer un dessert élaboré par le pâtissier maison. Les grands traiteurs de la place parisienne éditent des pièces en édition limitée dans le temps (bûche de Noël chez Lenôtre, Dalloyau), voire même un dessert seulement disponible le jour du 31 décembre (Fauchon).


A côté des macarons devenus presque emblématiques de la France (Pierre Hermé a réussi à instituer un jour du macaron) se créent des modes de certains gâteaux (cupcakes, cookies).


La Haute Pâtisserie comme la haute couture est née, l’éclair d’antan et le baba au rhum d’autrefois ne sont pas enterrés ; mais la pâtisserie d’aujourd’hui est créative, légère, flashy, design et frissonnante en bouche afin de nous apporter au-delà de la seule gourmandise l’émotion et le pur plaisir.


Salon du Chocolat de Paris

Du 20 au 24 octobre

Porte de Versailles